Prémonitions

12087426_1173328129347261_2125166449_n

Titre Original : Solace

De : Afonso Poyart

Avec Anthony Hopkins, Colin Farrell, Jeffrey Dean Morgan, Abbie Cornish

Année : 2015

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Un tueur en série énigmatique sévit à Atlanta, laissant le FBI totalement désemparé. Quoi qu’ils fassent, les enquêteurs ont toujours un coup de retard, comme si le tueur pouvait anticiper leurs mouvements à l’avance ! En désespoir de cause, ils se tournent vers le docteur John Clancy (Anthony Hopkins), un médium retraité dont les visions les ont aidés dans le passé. En étudiant le dossier, Clancy devine rapidement la raison pour laquelle le FBI est incapable de coincer le tueur : ce dernier possède le même don divinatoire que lui. Comment dès lors arrêter un tueur capable de prévoir l’avenir ? Commence alors une partie d’échecs impitoyable.

Avis :

Afonso Poyart est un nom qui ne parle pas à grand monde, pour ne pas dire personne, tant le réalisateur est inconnu au bataillon. Alors qui est cet homme qui dirige mine de rien Sir Anthony Hopkins dans son nouveau film ? Eh bien c’est un réalisateur brésilien, qui après un premier film encore inédit chez nous, « 2 Coelhos« , a trouvé le chemin d’Hollywood.

« Prémonitions » est le film qu’on n’attendait pas malgré son très beau casting. Et pourtant, c’est un film qui mériterait bien toute notre attention, car Afonso Poyart nous offre un petit thriller bien efficace et convaincant. Emporté par un casting impeccable, le film s’avère être la bonne surprise de la rentrée. Une surprise qui finalement trouve son public, puisque presque un mois plus tard, le film reste encore sur plus de trois cent copies et il a déjà fait se déplacer en salle près de six cent mille spectateurs et c’est mérité.

12083930_1173328192680588_1924982243_n

Atlanta, un tueur en série sème la peur dans la ville. La police est dans l’impasse, car elle compte déjà trois victimes et elle n’a pas l’ombre d’une trace, face au professionnalisme de ce tueur. Joe Merriwether et sa coéquipière Katherine Cowles admettent qu’ils sont dépassés. Joe décide alors de faire appel au docteur John Clancy, qui est une sorte de médium qui par le passé a beaucoup aidé la police. Aujourd’hui, le Docteur Clancy vit reclus chez lui, n’arrivant pas à se remettre de la mort de sa fille, emportée par une leucémie. Joe et Katherine arrivent à convaincre Clancy de travailler sur l’affaire et très vite le Docteur va découvrir pourquoi le tueur ne laisse aucune trace, car ce dernier est médium comme Clancy et grâce à cela, il a toujours un coup d’avance sur la police. Comment alors arrêter quelqu’un qui voit l’avenir ?

Ce qui est excellent, c’est que « Prémonitions » commence comme un film tout ce qu’il y a de plus classique. Des meurtres, un assassin insaisissable, et l’arrivée d’un vieux de la vieille qui va faire bouger les choses. Et même si ça peut être bien fait, le film n’apporte au départ rien de bien neuf. Et pourtant, au fur et à mesure que l’enquête avance, que le médium découvre des indices insoupçonnables, on va vite se rentre compte que « Prémonitions » va nous offrir autre chose que du déjà-vu. Le scénario s’avère original et l’idée de faire se confronter deux médiums, l’un du bon côté et l’autre du côté « obscur » est très bonne idée et une fois dedans, le film nous tient en haleine sans aucun mal jusqu’à son final. Petit reproche sur la fluidité de l’intrigue, car à un certain moment, sur le départ d’un personnage, on a l’impression d’une coupure, qu’il manque un petit quelque chose qu’on risque de retrouver dans des scènes coupées. Le film passe d’un fait à l’autre en un claquement de doigts et ça n’aurait pas été dérangeant si le fait n’était pas très important.

Le rythme est soutenu, le réalisateur s’amuse avec nous offrant plusieurs points de vue et plusieurs solutions qui surprennent. Et ce qui est quelque peu agaçant (dans le bon sens), c’est qu’on finit par se faire avoir plusieurs fois, alors même que la réponse est évidente. Les motivations de ce tueur sont plaisantes. Sans vous les révéler, vous verrez que le film est bien plus complexe, nuancé et ambiguë que ce que l’on aurait pu penser et dans un sens, ce tueur est finalement attachant et peut nous faire remettre en question, le réalisateur appuyant les motivations de son tueur, sur un sujet qu’on peut qualifier d’actualité sur le fond.

Après si l’intrigue est intelligente et bien foutue, que l’ambiance est réussie, la réalisation est assez inégale, dans le sens où le film détient un montage épileptique. Alors que le reste de la réalisation est classique mais très efficace, dès qu’on bascule dans les visions du personnage d’Anthony Hopkins, le film donne dans la facilité et livre un côté tape à l’œil agaçant. Et c’est dommage, car c’est l’un des seuls points noirs.

Du côté du casting, on n’a rien à lui reprocher, entre un Anthony Hopkins charismatique, une Abbie Cornish impliquée, un Jeffrey Dean Morgan convaincant en flic et un Colin Farrell inquiétant et attachant, « Prémonitions » a très bien su trouver ses acteurs pour ses personnages. Afonso Poyart a très bien su diriger tout ce beau monde et leur a trouvé une très bonne place dans son récit. Même l’apparition tardive de Colin Farrell est bien vue.

12084161_1173328182680589_585787340_n

« Prémonitions » est un bon petit thriller comme on n’en avait pas vu depuis un petit bout de temps. Si le film parait classique au départ, il va se révéler original et emporter son spectateur jusqu’au bout. Il y a bien des petits éléments dérangeants, des maladresses, mais au final, le film est plaisant et c’est bien là l’essentiel.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net