décembre 2, 2020

Knock Knock – Qui est-là?

11997160_1157971270882947_130363339_n

De: Eli Roth

Avec Keanu Reeves, Ana De Armas, Lorenza Izzo, Aaron Burns

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Un soir d’orage, un architecte, marié et bon père de famille, resté seul pour le weekend, ouvre sa porte à 2 superbes jeunes femmes mal intentionnées…

Avis:

Eli Roth, c’est l’ours juif chez Tarantino, mais c’est surtout un réalisateur particulièrement pointu dans le domaine de l’horreur. Sorti en 2002, son premier long métrage « Cabin Fever » avait fait sa petite sensation, mais c’est quatre années plus tard que le réalisateur connaît la reconnaissance du public, avec son torture-porn gore et finalement devenu culte « Hostel« . Le film connut un très large succès qui lui donna une sacrée belle réputation dans le domaine. Depuis, Eli Roth a réalisé un second volet en 2007 qui connut le même succès que le premier. Sa dernière réalisation en date est un court-métrage appelé « La fierté de la nation« . Un court-métrage que l’on peut voir dans le film de son pote Quentin Tarantino, « Inglourious Basterds« .

Le film s’annonce d’ores et déjà comme un bon moment décomplexé, délirant et assumé. Porté par un Keanu Reeves sur le retour depuis l’excellent « John Wick« , le nouveau film d’Eli Roth est l’un de ceux qui fait le plus envie dans la sélection de ce festival de Deauville. Un film que l’on imagine fun et décomplexé et c’est ce qu’il est. On passe un moment sympa devant les malheurs d’Evan, mais on aurait aimé que le film donne plus encore, car c’est fun, mais pas assez.

11086654_1157971300882944_788994302_n

Un soir d’orage, alors que sa femme et ses enfants sont partis pour le weekend, Evan entend frapper à la porte. Il ouvre et trouve deux jeunes femmes trempées de la tête aux pieds. Elles lui demandent de l’aide et Evan, en homme bien, les laisse rentrer chez lui. Il n’aurait pas dû…

Pour ceux qui aiment le cinéma de genre, comme pour les cinéphiles en général, un nouveau film réalisé par Eli Roth est toujours un joli cadeau qu’on a hâte d’ouvrir. Alors quand celui-ci s’associe à l’excellent Keanu Reeves, on a qu’une envie, c’est de voir le résultat.

Porté par un scénario terriblement simple mais pourtant efficace, « Knock Knock » va être un peu plus d’une heure trente d’un bon divertissement. L’intrigue, dans les grandes lignes, tient la route, c’est con, c’est bête, parfois un peu trop gros, mais il nous offre ce que l’on est venu chercher. Dans ce sens-là, le film donne ce qu’il vend et il est irréprochable. Surtout dans sa première partie où Eli Roth se fait plaisir avec des situations cocasses et des dialogues bien ambigus. On appréciera la sincérité du réalisateur à vouloir offrir un film amusant et différent de ce qu’il nous avait déjà donné. On peut même dire que « Knock Knock » est son film le plus grand public, dans le sens où le réalisateur a délaissé tout gore.

Mais voilà, « Knock Knock » déçoit quelque peu car il n’est pas aussi fun et déluré qu’on l’espérait. Une fois la supercherie dévoilée, et le film a tendance à tourner en rond. On a bien compris où Eli Roth veut aller mais ça reste très « pépère ». Bien sûr, on s’amuse des malheurs de Keanu Reeves, on sourit devant la folie sadique qui habite ces deux filles, ces démones, mais le réalisateur reste dans les rangs et ne part pas assez loin et c’est dommage, parce qu’avec la matière, l’idée et les comédiens qu’a choisi Eli Roth devant sa caméra, on se dit que « Knock Knock » aurait pu être bien plus. C’est presque frustrant.

Le film est porté par des comédiens très sympas. Keanu Reeves continue son retour en force et c’est très plaisant de le voir dans ce genre de rôle. Loin de Néo de « Matrix« , loin de Jack Traven de « Speed » ou dernièrement de « John Wick« , l’acteur est ici la victime de ces deux emmerdeuses désaxées. Il est touchant et involontairement drôle. On s’amuse plus des situations dans lesquelles il se retrouve que du jeu de l’acteur. Le film développe un côté absurde et burlesque dans son humour qui est bien vu, on aurait simplement aimé en avoir plus.

Les deux folles qui viennent chambouler la vie de notre bon père de famille sont tenues par deux comédiennes pas vraiment connues que le réalisateur veut mettre en lumière. En particulier Lorenza Izzo, qui tient aussi la tête d’affiche de « The Green Inferno« , son prochain film. Et quand on voit l’actrice à l’écran, on peut comprendre pourquoi Eli Roth a voulu retravailler avec elle. Belle et furieuse, elle est excellente dans son rôle, si bien qu’elle pourrait presque en être flippante. Sa partenaire de torture est tenue par Ana de Armas qui est dans un rôle aussi opposé que similaire. Elle est bien sans jamais avoir la petite étincelle qu’a en plus sa partenaire.

11121540_1157971284216279_784007464_n

« Knock Knock » est donc un film plutôt sympa, qui donne ce qu’il vend. Mais l’ayant trop bien vendu, « Knock Knock » laisse un petit goût de déception, car on aurait aimé qu’il soit encore plus fun et absurde. Après, ça reste un bon moment en compagnie de deux folles furieuses « presque » sans pitié.

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.