octobre 27, 2020

Garde à Vue

11909746_1148602785153129_1398480399_n

De : Claude Miller

Avec Lino Ventura, Yves Pignot, Michel Serrault, Romy Schneider

Année : 1981

Pays : France

Genre : Policier

Résumé :

Le soir du 31 décembre, Jérôme Martinaud, un notaire, est convoqué au commissariat afin de témoigner sur l’assassinat et le viol de deux petites filles. Les inspecteurs Gallien et Belmont, persuadés de la culpabilité du notable, le mettent en garde à vue. Gallien essaye à tout prix de le faire avouer mais malgré tout, l’affaire piétine. C’est alors que Madame Martinaud, la femme du suspect, fait un témoignage décisif pour l’enquête.

Avis :

Claude Miller débute sa carrière en tant qu’assistant chez Marcel Carné, Jean-Luc Godard ou encore Michel Deville. Après quelques courts-métrages, il passe au long-métrage et connaîtra une belle carrière qu’il ne cessera de nourrir, son dernier film « Thérèse Desqueyroux » avec Audrey Tautou, est même sorti quelque mois après sa mort.

J’ai vu que peu de films de Claude Miller, et je dois dire que j’ai plus ou moins apprécié les films que j’ai vu sans jamais avoir de réels coups de cœur. Enfin, ça c’était jusqu’à ce que je vois ce « Garde à vue« , un huis-clos dans un commissariat un soir de jour de l’an. Car si je n’ai pas encore vu tous les films de Miller, je peux dire sans aucune crainte et avec beaucoup d’assurance qu’avec celui-ci, j’ai vu l’un des sommets de sa carrière. « Garde à vue » est un face-à-face magistral entre les immenses Lino Ventura et Michel Serrault. Avec ce film, Claude Miller a réalisé un film où chaque détail compte autant qu’il fait douter et c’est purement génial.

11873102_1148603285153079_1289570400_o

Le soir du 31 Décembre 1980, Jérôme Martinaud, un notaire qui vient de retrouver le corps d’une jeune fille quelques jours plus tôt, est convoqué au commissariat pour une audition. Si au départ, ce n’est qu’une simple audition, des événements étranges mettent des doutes sur l’emploi du temps de ce notaire bien sous tout rapport. L’inspecteur Antoine Gallien veut tirer au clair ces doutes, dans l’espoir d’innocenter le notaire. Mais ce dernier a l’air de cacher quelque chose et l’audition se transforme alors en garde à vue. Interrogeant sans relâche le suspect, difficile de savoir le vrai du faux.

C’est dans une ambiance oppressante, presque glauque, que Claude Miller, pour son troisième film, nous offre un grand huis-clos. Magistralement mis en scène, ce film est tout simplement passionnant à suivre et laisse planer, non sans sadisme, un goût de mystère, allant même au-delà de son générique.

Adapté d’un roman de John Wainwright et desservi par des dialogues signés Michel Audiard, « Garde à vue » nous entraîne dans une heure et demi d’une confrontation intime et intense à la fois. Le scénario est d’une intelligence absolue. Ingénieux, abouti et maîtrisé, je trouve qu’il approfondit bien ses personnages et distille au compte-gouttes les facettes de leur personnalité. L’intrigue va crescendo et s’amuse à créer le doute dans l’esprit de son spectateur. C’est génial, car cet entretien, presque touchant parfois, nous fait douter en permanence. Claude Miller fait ce qu’il veut de nous et l’interprétation impeccable de Michel Serrault (qui a reçu le César du meilleur acteur pour ce film) rajoute encore un peu plus au flou qui habite le film. À plusieurs reprises, je me suis surpris à passer d’un sentiment à l’autre. Oui, aux grès des dialogues, des silences ou des regards, j’étais tour à tour convaincu de la culpabilité de Serrault et d’un coup, à la scène suivante, je me suis vu bourré de doutes, ne sachant plus quoi et qui croire. C’était génial et je dois dire que je n’ai vraiment pas boudé mon plaisir et je suis resté accroché tout du long.

Alors, je sais que c’est un peu facile, et même cliché ce que je m’apprête à écrire, mais avec ce film, Claude Miller prouve de façon extraordinaire que le cinéma n’a pas besoin de tomber dans la démesure à outrance pour rendre un film captivant. Ce film, c’est un seul lieu, quatre acteurs géniaux, charismatiques, qui s’affrontent, qui s’écoutent, qui se charment et qui se respectent, et un doute dans l’histoire. On ajoute à cela une bonne tension et une mise en scène soutenue et voilà le tour est joué, on reste autant scotché devant ce film que devant n’importe quel autre film hollywoodien.

Autre gros point fort du film, c’est bien entendu son casting, incroyablement fabuleux, quatre légendes de notre cinéma mis face à face, Lino Ventura, Michel Serrault, la magnifique et triste Romy Schneider dans l’un de ses derniers rôles et Guy Marchand (qui reçut lui aussi un César pour ce film). Ces quatre comédiens sont absolument parfaits dans leurs rôles et chacun à sa manière trouve son identité sans faire de l’ombre à l’autre.

11880073_1148602858486455_252383796_n

« Garde à vue » fait donc partie de ces films français à ranger parmi les meilleurs du genre. C’est un film que j’ai adoré de bout en bout, que j’ai trouvé passionnant de bout en bout et qui est tenu par quatre comédiens magistraux.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.