Fear Factory – Genexus

FearFactory-Genexus

Avis :

Quand on est un pilier du métal industriel, et peut-être même son instigateur, il est très difficile de rester durant plusieurs décennies au même niveau. Si Rammstein réussit parfaitement son office, il ne faut pas oublier que les précurseurs de ce genre sont américains et font de la musique depuis le tout début des années 90. Fear Factory s’est rapidement imposé comme LA référence en matière de métal industriel, notamment grâce à des prises de risque sur certains morceaux, comme l’ajout de samples ou encore l’utilisation d’une guitare à 7 cordes. Mais le plus fort, c’est qu’ils ont réussi à avoir une atmosphère à eux, partant d’un concept, l’homme et la machine, et ne le lâchant que très rarement. D’ailleurs, trois de leurs albums sont des albums-concepts, abordant la relation de l’homme à la machine de manière différente à chaque fois. Ce qui fait que lorsque l’on écoute Fear Factory, il n’y a aucun doute possible sur leur identité. Malgré une discorde en 2002 et une pause en 2006, le groupe est toujours revenu et propose cette année son dixième album studio, Genexus, partant toujours d’un concept sur la robotique, évoquant largement Teminator ou encore Blade Runner. Mais le groupe est-il toujours en forme après plus de vingt ans d’existence ? La réponse est claire : OUI !

Le skeud commence avec le morceau Autonomous Combat System et il est exactement dans la veine de ce que propose Fear Factory depuis ses débuts. Une intro à grands coups de piano avec une voix fait office d’intro pour ensuite attaquer dans le vif du sujet, avec une double pédale omniprésente et des riffs ravageur. Le schéma de construction est parfait avec ce qu’il faut de nervosité, accumulant des riffs surpuissants et un chant crié maîtrisé la perfection, pour ensuite s’envoler vers un chant plus clair aérien, faisant office de refrain. La conclusion sera ultra nerveuse tout en gardant une énorme cohérence avec le reste du morceau. Autre classique dans la musique de Fear Factory, l’ajout de sample faisant penser à des machines en fonction avec des rouages de partout. Ce qui fait la touche de ce groupe se retrouve dans quasiment tous les morceaux, mais surtout dans Anodized ou encore Dielectric, deux titres qui fonctionnent sur le même schéma, couplet ravageur et refrain plus aérien et entêtant. Cela fonctionne parfaitement et sied à merveille au métal industriel du groupe. En revanche, on aura moins cela dans Soul Hacker, qui sera un titre plus puissant, sans aucun chant clair, mais qui se rattrape sur un refrain ultra efficace et des riffs scandés absolument parfaits. Le groupe est aussi hyper efficace en ce qui concerne les intros, notamment grâce à une batterie époustouflante de rapidité et de maîtrise, qui insuffle un rythme surpuissant à l’ensemble. Protomech et Genexus en sont des exemples flagrants.

87b194c555ef754dbc7813fae36cb000-650x400

Mais là où le groupe surprend sur ce skeud, c’est sur son final. En effet, Expiration Date est un morceau qui dure plus de huit minutes et qui n’ennuie pas un seul instant alors que c’est le titre le plus calme de l’album. En effet, avec une intro typique du groupe, le chant clair fait office de priorité offrant quelque chose de posé, de reposant, ce qui est rare venant de ce groupe qui a tendance à partir dans la vitesse et parfois le hardcore. Même le refrain est d‘une grande beauté, montrant que le groupe peut aussi faire dans la délicatesse, tout en utilisant des instruments électrique et des samples bien trouvés. Autre surprise, cela ne sera pas le seul titre calme de l’album, puisqu’en bonus on trouvera Enhanced Reality, un titre complètement éthéré et d’une grande puissance lyrique. C’est assez bizarre à décrire venant d’un groupe comme Fear Factory, mais la formation démontre une grande ouverture d’esprit, proposant autre chose que des riffs agressifs. Par contre, comme à leur habitude, on aura droit à un remix hardcore avec Mandatory Sacrifice qui envoie du très lourd en termes de rythmique.

Au final, Genexus, le dernier album de Fear Factory, est un excellent cru qui déménage mais pas seulement. Suivant son crédo technique et psychique depuis leur début, le groupe fournit un album puissant, mais aussi doux quand il faut l’être et n’hésite pas à proposer des choses calmes calmant les riffs agressifs et le chant crié. Un album pas exempt de défauts (certains morceaux se ressemblent un peu), mais qui montre que les pionniers du métal indus sont toujours présents et qu’il ne faut pas les faire chier !

  1. Autonomous Combat System
  2. Anodized
  3. Dielectric
  4. Soul Hacker
  5. Protomech
  6. Genexus
  7. Church of Execution
  8. Regenerate
  9. Battle for Utopia
  10. Expiration Date
  11. Mandatory Sacrifice (Genexus Remix)
  12. Enhanced Reality

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net