octobre 28, 2020

Imogène McCarthery

11845974_1143378429008898_835236125_n

De : Alexandre Charlot et Franck Magnier

Avec Catherine Frot, Lambert Wilson, Danièle Lebrun, Michel Aumont

Année: 2010

Pays: France

Genre: Comédie

Résumé:

Elle est rousse. Elle est écossaise. Elle aime le rugby et la cornemuse. Elle vit à Londres, mais se considère en exil. Elle a un fichu caractère et une sacrée descente au whisky.
Elle s’appelle Imogène McCarthery… du clan des McLeod !
En ce beau jour de mai 1962, Imogène, secrétaire à l’Amirauté, vient une nouvelle fois d’humilier son supérieur hiérarchique. C’est l’esclandre de trop. Dans le bureau de Sir Woolish, le grand patron, Imogène s’attend à être congédiée…
Contre toute attente, elle se voit confier une mission secrète : convoyer les plans d’un nouvel avion de guerre jusqu’à un contact en Ecosse, à Callander… son village natal !
Quelle coïncidence !… Quel signe du destin !…
Imogène agent secret… Voilà de quoi en remontrer à ces satanés Anglais et faire la fierté de son défunt père.
En montant dans le train qui la ramène au pays, Imogène ignore ce qui l’attend : une machination qui la dépasse, trois agents bolchéviques sans pitié, mais surtout, Samuel Tyler, son grand amour de jeunesse brisé par un terrible secret.

Avis:

Catherine Frot est une actrice que j’aime bien. Avec ses airs de bourgeoise coincée, l’actrice enchaîne les rôles amusants, même si elle ne tourne pas dans des films remarquables ces derniers temps. Entre « Associés contre le crime…« , « Les Saveurs du palais » ou « Bowling« , on ne peut vraiment pas dire que Catherine Frot brille par la qualité de ses films. Mais au milieu de tout ça, il y avait cette « Imogène McCarthery  » qui me faisait de l’œil et j’avais envie de croire en ce film.

C’est vrai qu’il y avait tous les éléments réunis pour que je passe un chouette moment devant. Mais voilà, malgré mes envies et mon optimisme, je me suis retrouvé devant une comédie qui ne m’a pas beaucoup fait sourire. Alors que ça se veut drôle, je dois dire que « Imogène McCarthery » est lourd et fait faux et je comprends encore plus maintenant que j’ai vu qui l’a réalisé. Alexandre Charlot et Franck Magnier, deux noms qui ne vous disent rien et quand j’ai jeté un œil à ce qu’ils ont fait, j’ai découvert que c’est à eux que l’on doit l’adaptation de la BD « Boule et Bill« … Et si j’avais su ça, j’aurais surement regardé à deux fois avant de me lancer dans « Imogène McCarthery« .

11844088_1143378395675568_488504727_n

Angleterre, 1962, Imogène McCarthery est une grande gueule. Elle est rousse, elle adore le rugby, elle aime le whisky, la cornemuse et déteste les Anglais, malgré le fait qu’elle vive à Londres. D’ailleurs, elle se considère en exil, car Imogène est Écossaise et très fière de l’être.
Un matin, alors qu’elle est encore une fois en retard, et qu’encore une fois, elle s’en fout royalement, elle est convoquée dans le bureau de Sir Woolish. Persuadée que c’était la fois de trop, elle se prépare à être renvoyée séance tenante. Mais à sa grande surprise, Sir Woolish la convoque pour lui donner une mission ultra secrète. Imogène devra se rendre en Écosse afin de livrer des plans d’avion. Plans que les Russes cherchent à avoir à tout prix.
Ce sera donc la première mission d’Imogène en tant qu’agent secret et alors que personne n’y croyait, on peut dire qu’Imogène va révéler des talents insoupçonnés.

Le film s’annonçait bien pourtant, comme je l’ai dit, j’aime Catherine Frot, mais il y a aussi Lambert Wilson, Michel Aumont, Michel Duchaussoy et Lionel Abelanski. J’aime l’humour British et la bande-annonce laissait penser un humour pile dans le genre et en plus, un bon film d’époque.

Mais à mon grand regret, toutes les promesses que le film me laissait entrevoir n’ont pas du tout été tenues. Le scénario reste amusant, dans les grandes lignes. Et c’est plus l’idée qui est amusante que l’intrigue en elle-même. Et ce qui est surtout intéressant, c’est le caractère d’Imogène qui ne supporte vraiment pas les Anglais et il y a quelques petites répliques qui m’ont fait sourire. L’histoire aurait pu être beaucoup plus intéressante même, il y a pas mal d’idées sympas, mais le tout sonne faux. Que ce soit l’humour, les décors ou encore la réalisation, qui n’est franchement pas terrible, entre trop de couleurs, des décors pas vraiment crédibles et la caméra qui tremble à plusieurs reprises, c’est quelque peu limite.

Mais ce qui me dérange énormément dans le film et qui a fait qu’à aucun moment je suis rentré dedans, c’est le fait que les deux réalisateurs essaient tant bien que mal de faire de l’humour British et une ambiance anglaise. Le film manque cruellement de subtilité et le fait de donner un personnage coloré, qui essaie (lui aussi) d’être drôle, au spectateur ne fait pas forcément un bon film et un film drôle. Surtout qu’on appuie en permanence sur cet humour, qui se veut britannique et second degré. La plupart des gags tombent à plat, et sont lourdingues. Après une bonne scène d’intro (pourtant), l’histoire s’essouffle vite et comme les deux réalisateurs, mais aussi les acteurs, en rajoutent pas mal, on finit même par être agacé devant ce film. Même Catherine Frot finit par être agaçante à force de faire la conne, qui tue sans le vouloir, par accident. Pourtant, j’ai essayé de prendre le film comme une parodie. Un peu comme si les deux réalisateurs avaient voulu caricaturer les traits de l’agent secret bête au possible et qui finit par y arriver quand même. Mais même avec cet état d’esprit, je suis resté en dehors du film. En fait, il n’y a que les conversations entre Michel Duchaussoy et Lionel Abelanski sur les « exploits » de Frot en mission qui m’ont vraiment plu, pour le reste, je repasserais.

11874957_1143378392342235_677737643_o

Je ressors donc plus agacé qu’autre chose de ce film. Alexandre Charlot et Franck Magnier se sont essayés à cet humour si particulier qu’est l’humour britannique et ils se sont plantés en beauté et leur film ressemble plus à un essai, une tentative, qu’à un film en lui-même. Et c’est dommage, car au milieu des gags qui ne fonctionnent pas, au milieu des acteurs qui en rajoutent, on trouve de bonnes idées… mais si peu… Bref, vous l’aurez compris, je n’ai vraiment pas aimé cette « Imogène McCarthery« .

Note : 05/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.