octobre 28, 2020

L’Inconnu du Nord-Express

11774721_1130693506944057_473980630_n

Titre Original : Strangers on a Train

De : Alfred Hitchcock

Avec Farley Granger, Ruth Roman, Robert Walker, Leo G. Carroll

Année: 1951

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier

Résumé:

Un champion de tennis est abordé dans un train par un inconnu qui lui propose un étrange marché : il supprime sa femme encombrante si celui-ci se charge d’éliminer son propre père. Croyant avoir à faire à un fou, le tennisman ne lui prête aucune attention. Peu de temps après, sa femme est assassinée…

Avis:

En pleine période américaine, Hitchcock signe succès sur succès, et ce film fait suite à « Le Grand Alibi » où le réalisateur y dirigeait ni plus ni moins que la grande Marlène Dietrich. Sir Alfred Hitchcock partait du principe que si « vous serrez la main d’un fou furieux, vous vendez peut-être votre âme au diable… » et « L’inconnu du Nord Express » peut en être une belle définition.

Une rencontre dans un train, une discussion, un quiproquo, un accord et voilà les éléments de ce très bon cru Hitchcockien, qui fait simple mais terriblement efficace. Avec une mise en scène splendide, le réalisateur nous réserve de grands moments de tension. Son film, quoiqu’un peu long parfois, s’avère être encore une fois un grand moment de cinéma où le génie du réalisateur surprend encore, plus de soixante ans après sa sortie.

11749451_1130693596944048_225090396_n

Guy Haines est un champion de tennis. Un matin, il est accosté dans un train par Bruno Antony, un inconnu, admirateur du champion. Une discussion comme une autre commence entre les deux hommes. Mais très vite, Guy se rend compte que l’homme est très bien documenté sur sa vie privée, puisqu’il sait que Guy a une maîtresse et qu’il aimerait bien se séparer de sa femme. L’homme a même une solution. Il propose à Guy de tuer sa femme, comme il ne la connaît pas, il pourrait n’y avoir aucun soupçon, et Guy pourrait alors être tranquille. De son côté, l’homme aimerait se débarrasser de son père, et propose à Guy de le tuer sur le même principe. Ne connaissant pas son père, la police ne pourra soupçonner Guy. Guy ne prend pas cette discussion au sérieux et quitte l’homme en ne pensant jamais le revoir. Mais voilà, peu de temps après, l’homme revient vers lui et lui apprend qu’il a tué sa femme et qu’il attend de Guy qu’il respecte sa part du contrat.

Je continue mon exploration de l’œuvre du maître que j’avais un peu mis de côté, après avoir eu ma première déception avec « Lifeboat« , un huis-clos en mer, et je reviens dans le très bon du réalisateur.

Je dois dire quand même que j’ai eu un peu de mal à entrer dans le film. Il y avait quelque chose au début qui me gênait. Pourtant, comme toujours, c’est très bien mis en scène, très bien écrit et pourtant, je n’arrivais pas à me prendre d’empathie pour le personnage principal. Peut-être le jeu du comédien, que j’ai très trouvé très froid au premier abord. Mais finalement, c’est petit à petit que « L’inconnu du Nord Express« ‘ m’a conquis. Au fur et à mesure que l’intrigue évolue, Hitchcock nous entraîne dans une histoire très sombre, ambiguë, bourrée de mystère et de suspens. C’est un enchaînement de situations et de rencontres qui va plonger le personnage principal dans une spirale infernale. On se demande bien comment le personnage va pouvoir s’en sortir, surtout que la tension monte crescendo dans le film et le réalisateur va nous emporter très loin avec des scènes d’anthologie et un final des plus marquants, même s’il a quelque peu vieilli.

Le film fourmille de scènes incroyables comme le match de tennis, l’incroyable scène du manège, le meurtre de la femme de Guy filmé dans le reflet des lunettes de celle-ci. Bref, Hitchcock prouve encore une fois tout le génie qui l’habite et si l’histoire est presque quelconque, elle est si bien pensée, mise en scène et filmée que c’est éprouvant à suivre et en fin de compte, le tout est génial. Ce que j’ai apprécié, c’est aussi que ce film est un regroupement de pas mal de thèmes que j’ai déjà vu chez le réalisateur, comme un homme accusé à tort qui doit prouver son innocence. La machination, puis le crime qui parait parfait, presque impossible à prouver. Tout fait que, finalement, je me suis sentis comme à la maison, et alors que le réalisateur aurait pu se répéter, il réinvente quelque peu le tout et c’est encore un film différent qu’il nous présente.

En y repensant, je pense avoir eu du mal à entrer dans le film en grande partie à cause de son acteur principal, qui loin d’être mauvais mais est plus faiblard que les autres. Alors que Robert Walker est dément en psychopathe maître chanteur et dégage une belle présence et un mystère dès qu’il est là, Farley Granger est peu fade, plus en retrait, et il m’a moins convaincu. J’ai eu un petit coup de cœur pour Patricia Hitchcock, la fille du réalisateur qui tient un petit rôle que j’ai trouvé très drôle, alors que le rôle en lui-même ne l’est pas.

11774591_1130693540277387_1134268123_n

« L’inconnu du Nord Express » est donc un très bon film, qui démontre encore et toujours la maîtrise d’Hitchcock qui avait décidément tout compris au cinéma. Avec cette idée simple et géniale à la fois, le réalisateur offre un grand film, qui s’inspire de son propre cinéma tout en le réinventant. Bref, un grand moment encore une fois.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « L’Inconnu du Nord-Express »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.