septembre 28, 2020

Insidious Chapitre 3 – Préquelle est Bonne!

143517

Titre Original : Insidious Chapter 3

De : Leigh Whannell

Avec Dermot Mulroney, Stefanie Scott, Leigh Whannell, Lin Shaye

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Parce qu’elle a l’impression que sa mère défunte cherche à entrer en contact avec elle, la jeune Quinn Brenner se tourne vers Elise, un médium qui possède un véritable don mais refuse de l’utiliser depuis la tragédie qu’elle a vécue autrefois. Lorsque Quinn est attaquée par une entité malveillante, Sean, le père de la jeune fille, supplie Elise de les aider. Secondée par deux parapsychologues, Tucker et Specs, Elise accepte alors de tenter d’entrer en contact avec les morts. Forcée de s’aventurer dans les tréfonds de l’au-delà pour protéger Quinn, Elise va affronter le pire ennemi qu’elle n’ait jamais rencontré : un démon dévoreur d’âmes…

Avis:

Ces dernières années ont été assez prolifiques en cinéma horrifique. Malheureusement, peu ou prou de films sont arrivés à la hauteur des monstres sacrés des années 70/80. La preuve en est faite, quels films retient-on aujourd’hui? Cela se résume en deux titres: The Conjuring et Insidious. La particularité de ces deux films, c’est que c’est le même réalisateur qui est aux commandes, James Wan. Artisan de l’horreur, le cinéaste s’est connaître du grand public par un thriller qui lorgnait grandement vers l’horreur avec Saw. Faisant de ce genre sa prédilection, il s’attaqua à Dead Silence ou encore aux deux films précités. Forcément, quand on sent qu’un filon marche et que le réalisateur devient un poids lourd pour l’industrie cinématographique, on fait des suites où lui demande d’être producteur. Seulement, l’homme choisit ses projets et Insidious était tellement innovant dans son propos, un démon qui possède les corps, qu’il réalisa la suite.

246327

Pour ce troisième chapitre, James Wan s’est mis en retrait en tant que producteur (et caméo) et laisse les rênes à un autre réalisateur. Mais pas n’importe qui, puisqu’il donne la caméra à son pote de toujours et scénariste Leigh Whannell avec qui il écrit tous les scénarii depuis Saw. Alors forcément, laissez un bébé à ses parents et il sera bien entretenu et soigné. Même s’il est vrai qu’il existe des parents indignes. Mais ce n’est pas le cas avec Insidious Chapitre 3, qui est une préquelle au premier et qui reste un bon film d’horreur, sûrement le meilleur pour l’instant avec It Follows.

Quinn est une jeune fille qui vient de perdre sa maman. Après avoir tenté de rentrer en contact avec elle toute seule, elle va voir une médium réputée. Celle-ci tente de rentrer aussi en contact avec la défunte mais elle n’y parvient pas. En rentrant chez elle, Quinn est désespérée mais semble avoir des visions. Elle se fait alors renverser par une voiture et demeure cloîtrée chez elle. Elle se rend compte alors qu’une entité démoniaque veut s’emparer d’elle pour en faire son hôte. La médium va alors tout faire pour chasser ce démon.

A la base, une préquelle doit servir à peaufiner un monde déjà exploré, y apportant de nouveaux éléments concernant certains personnages et elle doit enrichir une base déjà instaurée. C’est à peu près ce que fait Insidious Chapitre 3 tout en réussissant à garder l’esprit des deux premiers films, faire une sorte de train fantôme avec des personnages attachants. La première chose que l’on va remarquer avec ce film, c’est qu’il oppose deux types de famille. D’un côté il y a la famille qui tente de survivre après un terrible décès prématuré et de l’autre, il y a la médium solitaire qui tente de vivre avec son fardeau. Le seul point commun vient de la perte d’un être cher et de la reconnaissance de l’autre. Ainsi, de ces personnages va naître une amitié complètement crédible et qui va toucher le spectateur. D’autant plus que cela apporte un enrichissement du background de la médium, personnage clef de tous les Insidious. On regrettera seulement quelques changements de réactions un peu trop rapides et une collaboration impromptue mais qui finalement fonctionne.

Mais le point le plus important, c’est que le film fait peur et arrive à garder son spectateur en éveille. En bon élève, Leigh Whannell se fait lui aussi artisan, n’ayant quasiment aucun recours à des effets numériques, préférant jouer avec les plans et l’obscurité. Le film est très efficace là-dessus et certaines scènes sont réellement flippantes. D’autant plus que le démon est assez effrayant, délaissant pendant un temps le masque rouge pour afficher un faciès maladif et chétif alors qu’il se révèle être vraiment costaud. On pourra faire le parallèle avec les deux autres films au travers d’un fantôme que l’on connait déjà, mais finalement, cela n’est pas le plus important. En effet, les passages dans le lointain font irrémédiablement penser à Silent Hill, ce qui instaure d’emblée un léger malaise. Entre une lumière bleue omniprésente qui contraste avec le rouge de l’entrée dans le monde et les esprits qui sont tous plus effrayants les uns que les autres, on est face à des séquences non numériques, vraiment bien foutues et qui ont des allures de train fantôme mais qui fonctionnent parfaitement. Le film a aussi l’audace de proposer des scare jumps assez classiques, bien qu’efficaces parce que parfois vraiment inattendus et servant le propos du film, mais cela est contrebalancé par une violence parfois frontale, à l’image des deux jambes brisées de l’héroïne, où l’on ressent de la douleur pour elle, mais aussi un certain dégout.

Et encore une fois, cela fonctionne parce que les personnages sont bien dessinés et qu’il y a une véritable recherche en chacun d’eux. On retrouvera bien évidemment des poncifs du genre comme le père très triste, la jeune fille qui doit grandir plus vite maintenant que maman n’est plus là ou encore le petit frère glandeur qui fait chier tout le monde, mais au final, ce portrait de famille reste vraisemblable et on s’attache à eux. Tout comme cela se passe avec la médium qui possède un certain charisme, malgré quelques blagues assez futiles dans le monde des esprits, ou encore les deux geeks qui vont l’aider, qui restent attachants car ils vont tout faire pour aider Quinn. Le petit regret que l’on pourra avoir, c’est que l’on ne connait pas assez l’histoire du démon, qui aurait pu être intéressante et rendre ce personnage encore plus horrible.

246966

Au final, Insidious Chapitre 3 est la bonne surprise horrifique de cet été. Sans pour autant surpasser ses aînés, le film arrive à faire peur et c’est bien tout ce qu’on lui demande. Mais en plus de cela, le film hérite d’une mise en scène plutôt intéressante et d’effets spéciaux artisanaux du plus bel effet, rendant ainsi hommage aux deux films de Wan. Un film qui ne prend pas le spectateur pour un con, qui ne se base pas que sur des scare jumps déjà vus et qui en plus possède une ambiance forte, même si le film a des défauts, il reste réussi et sera une des valeurs sûres de cet été en horreur.

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Le Bluray:

Bonus:

La qualité de ce bluray et indéniable et les bonus parlent d’eux-mêmes. Ils sont divisés en trois catégories. Les featurettes avec les coulisses du film, des détails sur les maquillages des démons (dans lequel Leigh Whannel crie son amour pour Rick Baker et Stan Winston) ou encore la scène de l’accident de voiture en détail. On a ensuite droit aux scènes coupées ou inédites. Puis en dernier la bande-annonce. le bluray n’est pas avare de bonus et ça fait plaisir de voir un travail aussi pro dessus.

Image:

Elle est d’une qualité irréprochable, plus propre et plus resplendissante que sur un écran de cinéma. Un très bon boulot là-aussi.

Son:

Le son est parfait avec un choix de sous-titres impressionnant, utilisant le Dolby Digital 5.1.

Interactivité:

Le bluray s’ouvre sur la bande-annonce d’Insidious 2 qui a le bon gout d’être en VOST et le menu est d’une ergonomie sans faille et répond au quart de tour. On aurait peut-être apprécié plus de lisibilité du contenu sans passer par les flèches sur le côté, masquant des éléments que l’on pourrait louper si l’on n’est pas curieux. Mais globalement, c’est parfait.

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.