décembre 2, 2020

Sense8 Saison 1

11721798_1121904277822980_171115791_n

D’Après une Idée de : Andy et Lana Wachowski et J. Michael Straczynski

Avec Aml Ameen, Doona Bae, Jamie Clayton, Tina Desai

Pays : Etats-Unis

Genre : Fantastique

Nombre d’Episodes : 12

Résumé :

Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s’entendre et de se parler comme s’ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres. Les huit doivent dès lors s’adapter à ce nouveau don, mais aussi comprendre le pourquoi du comment. Fuyant une organisation qui veut les capturer, les tuer ou faire d’eux des cobayes, ils cherchent quelles conséquences ce bouleversement pourrait avoir sur l’humanité.

Avis :

Les Wachowski ont toujours eu de l’ambition, mais ces derniers temps, le succès est loin d’être au rendez-vous. Ce que je trouve vraiment dommage, car j’ai trouvé « Cloud Atlas » incroyable, c’était même le film qui m’avait fait le plus vibrer en 2013. Et Jupiter Ascending, leur dernier bébé, est un gros plaisir coupable, qui m’a bien éclaté sur grands écrans, alors que le film est laminé presque unanimement. Alors c’est loin du grand écran que les Wacho sont partis livrer leur génie. « Sense8 » est donc leur première série et c’est une série 100 % Wachowski puisque les trois autres réalisateurs de la série font directement partie de l’écurie du frère et de la sœur.

Les Wachowski sont bien souvent là où on ne les attend pas et pour leur nouveau projet, c’est sur la chaîne Netflix qu’ils vont alors dire leur messe sous la forme de douze épisodes de presque une heure chacun. Un peu comme « Cloud Atlas« , « Sense8 » est un projet ultra ambitieux et démesuré pour une série télé et un peu comme « Cloud Atlas« , la série a joui d’un tournage hors norme. Tournée aux quatre coins du monde, en regardant le résultat, on ne peut qu’être admiratif du rendu qu’offrent ces douze épisodes aussi hallucinants que passionnants. Ça faisait une éternité qu’une série ne m’avait pas autant captivée, au point de me manger la première saison en une seule journée, car une fois lancée, il était impossible de m’arrêter avant d’en avoir vu la fin.

11348439_1121904457822962_1477106262_o

Résumer « Sense8 » est assez compliqué tant le pitch sort des sentiers battus. Huit individus à travers le monde vont voir leur destin se lier à jamais. Chacun d’eux est connecté à l’autre, alors même qu’ils ne se connaissent pas. Ensemble, ils forment un cercle et une seule entité. Si au départ, ils vont être perturbés par les apparitions de chacun dans leur vie respective, très vite, ils vont apprendre à se connaître. Ils sont ce qu’on appelle des sensitifs, une sorte d’évolution de l’espèce humaine. Ensemble, ils vont devoir comprendre leur condition, mais aussi s’entraider et fuir une organisation secrète qui capture des sensitifs à travers le monde pour essayer de percer leur mystère.

Sensationnel, c’est le seul mot qui me venait à l’esprit en regardant chaque épisode de cette première saison qui pose énormément de questions, aborde énormément de sujets graves, pour une série qui en fin de compte sera une ode à la différence et la tolérance.

L’univers des séries est parfois bousculé dans son ordinaire par une série qui va révolutionner le genre dans lequel elle évolue. Quand je pense à la science-fiction, les premières séries qui me viennent en tête à travers l’histoire, ce sont « La quatrième dimension« , « X-Files » et « Lost« . Chacune de ces séries a bousculé et inspiré le genre. Maintenant, on peut y rajouter « Sense8« , qui a sacrément bouleversé les codes du genre que ce soit dans son intrigue ou sa narration. Science-fiction, drame social, thriller ou comédie, « Sense8 » s’inspire de tout ça, mélange tout et suit une ligne résolument fantastique et SF.

Si les premières minutes m’ont quelque peu largué, je dois dire que très vite, la série est devenue un pur délice à suivre. Ce qui est génial et très étonnant en même temps, c’est que « Sense8 » est peut-être bien l’une des séries les plus complexes que j’ai pu voir aussi bien dans sa mise en scène que dans son intrigue. On suit une dizaine de personnages différents, qui ont chacun leur propre vie à travers le monde, et d’un coup, on passe d’un personnage à l’autre comme un rien. Ils se rencontrent mentalement, fusionnent les uns avec les autres, restent au même endroit tout en étant à l’autre bout du monde, rien que de l’expliquer comme ça pour que ce soit le plus clair, c’est compliqué. Et malgré cette barrière si complexe, grâce à une mise en scène audacieuse et claire, à aucun moment je me suis retrouvé perdu dans l’histoire, dans l’espace et dans les interactions entre les différents protagonistes. « Sense8 » est incroyable à suivre et le montage de la série est simplement hallucinant tant il est à mille lieux de ce qu’on a l’habitude de voir. C’est original, conceptuel, novateur, audacieux et même révolutionnaire. À plusieurs moments, le montage est à couper le souffle tant il est abouti et maîtrisé (Une scène vers la fin de l’épisode six est simplement incroyable et je ne pense pas être autant surpris et bluffé cette année. Elle n’est pas prête de me quitter cette scène-là). Sur le petit écran, et même le grand, je ne vois rien de comparable.

L’intrigue est passionnante aussi. Pleine de mystères, la série pousse à la réflexion sur tellement de choses. Premièrement sur son concept, cette connexion entre ces personnages qui ne se connaissent pas, qui n’évoluent pas dans le même univers, qui n’ont rien en commun en fait, si ce n’est cette connexion. Et c’est vraiment génial de les voir interagir sur la vie et les avis des uns et des autres. La série tient bien son mystère et pose suffisamment de questions pour qu’on ait envie d’aller plus loin que son concept. Ce qui prouve que la série ne se repose pas uniquement sur le concept incroyable de la mise en scène et qu’elle va plus loin que l’exercice démonstratif. « Sense8 » est aussi une série terriblement humaine, qui va traiter d’énormément de sujets en plus de son fil rouge. Ainsi, à travers la vie des différents personnages, la série parle avant tout de la différence et de l’acceptation. Elle parle aussi de la survie, de la maladie, du star system, de l’amour, la famille, la religion, de l’homosexualité et le regard des autres. Elle parle très bien de la transsexualité (Un sujet aussi difficile qu’il est presque ignoré à la télé ou au cinéma. Un sujet qui donne des allures très personnelles et intimes à « Sense8« , car il renvoie instantanément à sa réalisatrice Lana). C’est génial, car la série parle de tout et ne néglige ni ses sujets, ni même son intrigue principale ni même son concept ou ses personnages. D’ailleurs, pour certains, ils feront même partie des plus beaux personnages de télé que j’aurais découvert cette année.

11725376_1121904357822972_1856877880_o

Les réalisateurs se sont encore une fois entourés d’un casting international et vont mettre en lumière pas mal d’excellents acteurs, comme Jamie Clayton, Tuppence Middleton , Brian J. Smith, et « le couple » Alfonso Herrera et Miguel Ángel Silvestre qui sont à eux cinq très belles révélations. Dans les acteurs connus, on trouve Max Riemelt, dont j’avais déjà vanté le talent dans « Free Fall » de Stephen Lacant. On retrouvera aussi Doona Bae qui est une habituée du cinéma des Wachowski. Il y a aussi Freema Agyeman (Martha, l’une des compagnes de « Doctor Who« ) avec un look incroyable, Naveen Andrews et Daryl Hannah qui, même si elle apparaît très peu, est foutrement convaincante.

« Sense8 » est donc la série qu’on n’attendait pas et qui devrait mettre tout le monde d’accord sur le talent des Wachowski. Dans les nouvelles arrivées cette année, « Sense8 » est l’une des immanquables à voir absolument, ne serait-ce que pour son concept ambitieux, sa réalisation démentielle et ses personnages tous magnifiques et son message d’amour.

Note : 18,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.