octobre 27, 2020

Hacker – Pas un Super Mann

239399.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Blackhat

De : Michael Mann

Avec Chris Hemsworth, Tang Wei, Leehom Wang, Viola Davis

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

À Hong Kong, la centrale nucléaire de Chai Wan a été hackée. Un logiciel malveillant, sous la forme d’un outil d’administration à distance ou RAT (Remote Access Tool), a ouvert la porte à un autre malware plus puissant qui a détruit le système de refroidissement de la centrale, provoquant la fissure d’un caisson de confinement et la fusion de son cœur. Aucune tentative d’extorsion de fonds ou de revendication politique n’a été faite. Ce qui a motivé cet acte criminel reste un mystère.
Un groupe de hauts gradés de l’APL (Armée populaire de libération chinoise) charge le capitaine Dawai Chen, spécialiste de la défense contre les cyberattaques, de retrouver et de neutraliser l’auteur de ce crime.
À Chicago, le Mercantile Trade Exchange (CME) est hacké, provoquant l’inflation soudaine des prix du soja.
Carol Barrett, une agente chevronnée du FBI, encourage ses supérieurs à associer leurs efforts à ceux de la Chine. Mais le capitaine Chen est loin de l’idée qu’elle s’en était faite. Formé au MIT, avec une parfaite maîtrise de l’anglais, l’officier chinois insiste pour que ses homologues américains libèrent sur le champ un célèbre hacker détenu en prison : Nicholas Hathaway.

Avis:

Michael Mann fait partie de ces réalisateurs qui possèdent un grand nombre de fans. Il faut dire que le cinéaste s’est rapidement fait un nom à la fin des années 80 avec La Forteresse Noire ou Le Solitaire, pour se concentrer ensuite sur des thrillers d’action qui sont devenus cultes avec le temps, comme Heat ou Collatéral. Filmant les fusillades comme personne, rendant cela très immersif, il s’est aussi essayé à d’autres styles avec plus ou moins de réussite comme Ali, un biopic sur le célèbre boxeur, ou encore le drame Révélations. Alors bien évidemment, un nouveau film de Michael Mann est toujours un évènement, et depuis 2009 et son Public Enemies, il n’avait rien fait hormis un épisode de la série Luck. 2015 marque son retour avec Hacker, un film au casting très discret et au scénario très contemporain.

088584.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En Chine, une centrale nucléaire se fait hacker par un pirate et provoque l’explosion d’un des réacteurs. Le gouvernement mandate alors son meilleur élément pour mener l’enquête et trouver le truand. Aux Etats-Unis, un pirate informatique arrive à hacker la bourse, faisant grimper d’un seul coup le prix du soja. Y voyant un lien, les gouvernements chinois et américains collaborent pour trouver le hacker. Mais Dawai Chen, l’officier en charge de l’affaire pour la Chine, ne veut collaborer qu’avec un autre hacker, Nicholas Hathaway qui est dans une prison. Il demande sa libération sous caution et ensemble, ils vont essayer de remonter le fil de l’enquête et trouver le malfrat.

Faire un film d’action avec des hackers, voilà un pari un peu fou et on peut dire que Michael Mann réussit à moitié. En effet, le film sera assez complexe à comprendre pour les non-initiés à l’informatique, avec notamment des termes comme RAT, qui définissent le genre de virus malveillant. Mais le film sera aussi difficile à comprendre dans sa globalité, essayant de perdre le spectateur dans une chasse à l’homme qui mélange plusieurs personnes dont on ne comprend pas tout de suite le rôle. Ainsi, si les fusillades sont toujours aussi bien filmées, on se demande bien pourquoi ces hommes sont visés, puisque visiblement, ils n’ont rien à voir avec le hacker. Et c’est bien là le plus gros problème du film, il n’est pas assez lisible. Il n’est ni simple à comprendre (même si le cliffhanger de fin est parfaitement compréhensible), ni trop complexe pour donner une intrigue à tiroirs où tout se regroupe sur la fin. Du coup, le spectateur a le cul entre deux chaises, ne sachant jamais vraiment où se placer pour appréhender le film.

Pour beaucoup, il s’agit du plus mauvais film de Michael Mann, mais un film de ce cinéaste est toujours intéressant à voir car il possède un regard qu’ont peu d’autres réalisateurs. Par exemple, il y a une scène de fusillade démentielle qui débute avec une attaque au bazooka et la réalisation est à tomber par terre. Le réalisme de la scène est époustouflant et il serait dommage de fustiger le film pour un scénario assez maigre. Il faut aussi dire que Chris Hemsworth, tout bon acteur qu’il est, a du mal à tenir le film sur ses épaules et c’est bien le seul personnage intéressant à suivre. Possédant un véritable background, il lui manque un certain charisme pour que l’on ressente de l’empathie pour lui. Il faut dire aussi que tout ce qui lui arrive est cousu de fil blanc et c’est bien dommage. Et enfin, on peut aussi regretter cette fin, qui malgré un effet visuel incroyable, reste très classique et sans véritable surprise.

217457.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Hacker n’est pas un mauvais film, mais il est certainement le moins marquant de son réalisateur. Entre un scénario faussement alambiqué et des personnages peu attachants, le film se rattrape sur une réalisation léchée et certaines séquences nerveuses qui contrebalancent l’aspect plan-plan du métrage. Quoi qu’il en soit, Hacker est un film mineur dans la filmographie de Michael Mann, mais il reste le film d’un grand réalisateur, possédant toujours quelque chose à prendre ou à voir. Et puis, il faut dire que si le film manque d’ambiance, il garde toujours les marques de son réalisateur, comme un éclairage au néon lors des scènes de nuit, et que le rythme est vraiment bon.

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.