octobre 28, 2020

Il Etait Temps

11103978_1112585175421557_1776636726_n

Titre Original : About Time

De : Richard Curtis

Avec Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Bill Nighy, Lydia Wilson

Année: 2013

Pays: Angleterre

Genre: Romance

Résumé:

À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps… Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir… Il décide donc de rendre sa vie meilleure… en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son cœur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

Avis :

S’il y a bien un pape de la comédie romantique anglaise, c’est bien Richard Curtis, dont le CV parle de lui-même. « Quatre mariages et un enterrement« , « Coup de foudre à Notting Hill« , « Le Journal de Bridget Jones« , « Mr Bean« , « The Tall Guy » en tant que scénariste. Et depuis 2003, Richard Curtis est même passé à la réalisation avec deux très beaux succès, « Love Actually« , qui est le film parfait à regarder en période de noël et le déjanté et Rock’n’roll,  » Good Morning England« . Que du bon et beau film.

Mais bizarrement, quand la bande-annonce de « Il était temps » est arrivée, alors que j’ai toujours aimé le cinéma de Richard Curtis, ce film ne m’attirait absolument pas. Malgré de très bons acteurs, cette histoire d’homme qui voyage dans le temps pour régler ses problèmes amoureux me laissait perplexe et j’aurais donc mis un temps fou avant de me laisser tenter par « Il était temps« . Ce qui m’a poussé à regarder ce film, c’est l’excellence quasi-générale du bouche à oreille. Pour faire simple, on me l’a conseillé bien souvent, trop même, et je ne connais pas une personne qui ait vu ce film et qui n’a pas aimé.

11292686_1112585405421534_1488662862_n

Tim Lake vient d’avoir vingt et un an, et comme son père l’avait appris de son grand-père, il apprend que les hommes de sa famille ont un don particulier, ils peuvent voyager dans le temps. Tim va donc pouvoir réécrire son histoire et grâce à ce don peut-être trouver une petite amie. Mais ce qu’il n’imaginait pas, c’est à quel point ce don étrange allait lui faire voir la vie autrement.

Mais c’était très mal connaitre Richard Curtis, et je me demande même comment j’ai pu douter du réalisateur, car « Il était temps » a été bien plus qu’une très belle surprise. Même au début du film avec l’annonce de ce don, je me suis demandé comment on avait réussi à me convaincre de regarder ce film. Alors que ses deux premiers films sont excellents, le réalisateur, en plus de m’étonner, se paye le luxe de m’offrir son meilleur film à ce jour. Derrière son affiche banale au possible, se cache en réalité un petit bouleversement qui m’a séché sur place.

L’histoire est tout simplement magnifique et très très loin de la débilité à laquelle je m’attendais. Richard Curtis, qui a écrit le scénario, a eu LA bonne idée. Une idée géniale et parfaite, qui mélangera fantastique et comédie pour parler en fin de compte de la vie et de sa beauté, même dans les drames les plus durs, plus que de l’amour. Moi qui m’attendais à une comédie romantique basique, niaise, je me suis retrouvé avec une fable sur l’existence.

L’histoire se suit avec de plus en plus d’intérêt. Au départ, le film de Curtis commence comme la petite comédie à laquelle on s’attend. Mais très vite, on s’aperçoit que le film est plus que ça. Très bien écrit, on va de surprise en surprise. C’est drôle, typiquement britannique et c’est bourré de charme. La rencontre entre les deux personnages est superbe, simple, touchante et on se dit que décidément, Richard Curtis a tout compris à la comédie romantique. Les situations, les discours et la reconquête de la fille de ses rêves sont aussi rocambolesques que très bien trouvés. Puis peu à peu, tout en restant dans le domaine de la comédie, le film adopte un ton plus sérieux. On se rend compte que derrière la comédie qui aborde le fantastique, c’est avant tout des relations humaines, de l’amour, de la famille et de l’existence que parle ce film et le réalisateur va faire des merveilles et nous émouvoir avec un final d’une émotion extrême, et le choix devant lequel le personnage se retrouve, chacun d’entre nous devra le vivre un jour ou l’autre.

Autre élément qui me poussait aussi à voir le film comme une comédie romantique de base, c’est la présence en tant qu’actrice de Rachel McAdams, qui est une très bonne actrice, mais qui parfois fait des choix un peu douteux. Ici, ce n’est pas du tout le cas, puisque l’histoire est terrible et l’actrice apporte beaucoup de charme au film. C’est un choix très judicieux de l’avoir engagée. En face d’elle, on trouve Domhnall Gleeson, qui est parfait. Si le comédien était discret jusque-là, c’est avec ce film qu’il trouve son premier grand rôle et c’est une putain de révélation. Charmant et naturel, il m’a bouleversé de bout en bout. Et c’est en grande partie grâce à lui que le film est aussi bon et beau. À tout moment, même quand il ne se passe pas grand-chose à l’écran, le comédien assure. Richard Curtis a fait réunir un très beau casting British pour son film. « Il était temps » est bourré de très bons comédiens comme Lindsay Duncan qu’on ne voit pas assez, ou les très drôles Tom Hollander, Richard E. Grant et Will Merrick. Il y a Bill Nighy qui irradie de son naturel, touchant et drôle à la fois, c’est le genre de père qu’on voudrait tous avoir. Il y a la débutante Margot Robbie bien avant « Le loup de Wall-Street« . C’est un très beau casting qui est réuni et chacun d’eux trouve parfaitement sa place dans l’ensemble.

11356313_1112585302088211_598058699_n

Je ne l’ai pas vu venir, il est à l’opposé de ce à quoi je m’attendais. Il m’a surpris, il m’a touché, ému, bouleversé, et j’en suis ressorti avec l’envie de profiter de chaque instant et de vivre avec le sourire. « Il était temps » est l’un des meilleurs films sur la vie que j’ai vu ces dernières années et le tout est déguisé et emballé comme une comédie romantique cul-cul la praline, alors qu’il en est tellement loin. L’excellence du bouche à oreille est vraie et le succès tellement mérité. Des surprises comme celle-là, j’en veux tout le temps. Richard Curtis et son cinéma font du bien et j’attends son prochain avec une impatience folle.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.