octobre 26, 2020

Poltergeist – Grise Mine

110313.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Gil Kenan

Avec Sam Rockwell, Rosemarie DeWitt, Jared Harris, Jane Adams

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Lorsque les Bowen emménagent dans leur nouvelle maison, ils sont rapidement confrontés à des phénomènes étranges. Une présence hante les lieux. Une nuit, leur plus jeune fille, Maddie, disparaît. Pour avoir une chance de la revoir, tous vont devoir mener un combat acharné contre un terrifiant poltergeist…

Avis:

A quoi peut bien servir un remake? La question a été posée maintes fois et les raisons sont toujours les mêmes. En premier lieu, elle peut permettre de restaurer une œuvre qui a pris un petit coup dans l’aile, que ce soit au niveau visuel ou encore au niveau du message passé. Elle peut aussi permettre de recontextualiser une époque révolue, en proposant une nouvelle vision d’un constat social différent (par exemple, la vie est différente de nos jours que dans les années 80). Enfin, elle peut aussi donner l’envie de découvrir des œuvres d’antan dans leur format d’origine, et comprendre pourquoi elles ont suscité la mise en œuvre d’un remake. Malheureusement, la réalité est bien souvent autre. Le remake, dans son sens large, ne sert qu’à s’assurer un minimum d’entrées, surfant sur un film mythique qui a cartonné au box-office et qui peut être réutilisé dans un contexte moderne. Et niveau remake, le film d’horreur doit se tenir sur la première marche du podium. Entre Carrie, Evil Dead, le projet de Ca ou encore le tout récent Poltergeist, il y a de quoi faire. Si le spectateur n’a pas besoin qu’on lui tienne la main pour découvrir les œuvres passées, on sait bien que l’Homme d’aujourd’hui est fainéant et n’a pas forcément envie de découvrir des choses anciennes. Mais les remakes ne semblent pas être la solution pour voir de bons films et le dicton « c’était mieux avant » prend tout son sens avec le film de Gil Kenan.

371381.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La famille Bowen n’a plus beaucoup d’argent depuis le licenciement du papa. Ils doivent déménager et leur choix se porte sur une grande maison en banlieue, dans un quartier qui se fait déserter. A leur arrivée, la petit Maddie parle devant son placard et son grand frère, un éternel angoissé, entend des bruits dans sa chambre et trouve une collection de clowns. La première nuit venue, des évènements étranges surviennent et la petite Maddie parle devant la télé. C’est alors qu’elle disparait et se fait littéralement avaler par son placard. N’entendant que sa voix au travers de la télévision, la famille fait appel à une équipe d’enquêteurs du surnaturel pour tenter de percer le secret de la maison et de retrouver la petite fille.

En lisant le pitch, on pourrait croire que l’on est tombé dans le remake fidèle à l’original et ce n’est pas très loin de la vérité. Mais à quoi bon faire un film qui reprend presque point par point le film de base? La réponse se retrouvera dans la recontectualisation du sujet principal: la famille. En effet, les mœurs ont changé depuis les années 80 et la donne sociale est complètement différente. Et en ce sens, le film est plutôt bon et bien fichu pour dresser le portrait d’une famille en difficulté dans un monde en crise. On retrouve donc le père de famille au chômage qui cherche du taf, la maman qui n’arrive pas à écrire son bouquin, l’adolescente qui ne peut se passer de petits écrans avec son ordinateur portable, sa tablette ou encore son smartphone, le jeune garçon froussard mais accro aux jeux vidéo ou encore la petite fille innocente qui ne se rend pas compte du climat tendu. En ce sens, le film est une belle parabole à celui de Tobe Hooper qui présentait une famille aimante dans un contexte plus protégé. On pourra aussi apprécier la prestation de Sam Rockwell, qui se fait trop rare dans les salles, donnant une touche ambiguë entre le père cool et celui qui est à la limite de la dépression, succombant aux crédits pour dépenser du fric. Mais en dehors de cela, le film frôle le zéro absolu.

Normalement, quand on va voir un film d’horreur, c’est pour avoir peur, et là, on va s’ennuyer sec. Si le premier essayait de proposer un véritable rollercoaster émotionnel qui ne s’arrête jamais avec des évènements inattendus, ce remake nous sert du déjà-vu et l’édulcore avec une absence de menace pour les gosses. A titre d’exemple, l’arbre n’essayera pas de bouffer littéralement le gosse, empêchant toute crainte pour lui. On trouvera quelques éléments nouveaux, comme la présence de zombies dans la terre, mais encore une fois, cela sera mal utilisé, la faute à une absence de mythologie derrière. On parle rapido de cimetière indien, mais il n’y aura pas de rapport avec un quelconque démon ou prédicateur, identifiant la menace et pesant sa réelle dangerosité. Du coup, on regarde ça sans prendre peur pour les personnages et sans clairement savoir le niveau de danger. D’autant plus que les effets spéciaux sont assez navrants, proposant un monde de l’au-delà illisible où les CGI côtoient des cinématiques de jeux vidéo. Et on ne parlera de quelques séquences déjà-vu dans d’autres films et de l’attaque minable des clowns qui ne suscitera aucune peur.

Mais la pire dans tout cela, c’est que le film aseptise tout ce qui était sulfureux ou onirique du premier film. A titre d’exemple, la séquence des fantômes se déplaçant sur les marches est absente du remake. On retrouvera de simples lumières flottant dans le placard, ce qui sera assez cheap. Ensuite, tout l’aspect dramatique et horrifique est complètement annihilé par un humour hallucinant de bêtise. Entre l’exorciste qui sort d’une émission de télé réalité et les vannes mal placées qu’il sort avec son ex petite-amie sont d’une nullité abyssale. D’autant plus que cela dénote avec les émotions que doivent ressentir les personnages et notamment l’adolescente qui est inquiète pour sa sœur, mais qui sort des blagues avec la présence de cet exorciste vedette. D’ailleurs, la séquence post-générique est symptomatique de cet humour idiot, donnant envie de faire un gros doigt d’honneur à cette production qui pue le fric à plein nez. On passera sur la version française qui est horrible, frôlant parfois l’agacement avec la voix insupportable du jeune garçon.

442441.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Poltergeist le remake ne sert strictement à rien. Edulcorant tout le propos du premier film dans le domaine de l’horreur, le film perd tout son intérêt et en plus de cela, ne prend pas assez de temps pour présenter la famille ou encore poser une ambiance malsaine et mystique. A la place, on aura un climax social morose qui pourrait tenir la route, mais qui se fait détruire par un humour bancal et malvenu. Bref, il vaut mieux se refaire l’original de Tobe Hooper et Steven Spielberg plutôt que se taper ce remake insipide et aseptisé, faussement cool et ennuyeux.

Note: 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.