Along Came a Spider – If We Were Normal Men

12747

Avis :

Quand on va dans les grandes surfaces ou dans les grands magasins de culture, on se demande parfois où elle est, la culture. Que ce soit dans les romans, les bandes-dessinées, les jeux vidéo ou encore les disques, et même dans les dvds, il devient de plus en plus dur de trouver certains groupes ou certains films un peu obscurs ou un peu vieillissants. Vénérant le grand Dieu du profit et du billet vert, ces grandes enseignes ne s’embarrassent pas avec de petits groupes ou de vieux films, sentant bien qu’elles n’en vendront pas beaucoup. Du coup, internet a pris le relai et ce n’est pas étonnant de voir certaines grandes enseignes déposer le bilan à cause d’une absence d’achat via le net. Outre le fait de pouvoir acheter sur n’importe quel site de vente, internet, l’ouvreur de culture et joyau de l’anticapitalisme pour ceux qui le veulent, permet de découvrir de nouvelles choses alors inconnues ou de découvrir de vieux machins obscurs pourtant cultes pour une génération. Ainsi, Along Came a Spider n’est pas seulement un thriller américain avec Morgan Freeman ou encore la chanson d’un certain Alice Cooper, c’est aussi le nom d’un groupe de métal américain qui vient de sortir son premier album.

Formé en 2009 à Cleveland dans l’Ohio, Along Came a Spider est composé de deux guitaristes chanteurs, d’un chanteur, d’un bassiste, d’un batteur et d’un clavier. Entrant dans la branche du post hardcore, genre vraiment en vogue en ce moment, et qui flirte du côté de Memphis May Fire ou encore de As I Lay Dying. Après un Ep fournit en 2011 et se nommant After the Silence, le groupe donne fin 2012 If we Were Normal Men composé de 12 pièces. Sans proposer quelque chose de nouveau, le groupe s’en sort plutôt bien avec un album qui respire à la fois la maîtrise mais aussi le commercial. La première pièce annonce la couleur, avec un début brutal, violent où les riffs sont sauvages, les guitares saturées et la voix grave. Inside the Kill Room possède tout de même certaines faiblesses qui démontrent que cet album est le premier du groupe. La voix est souvent au même niveau que les guitares et les parties chantées demeurent presque inaudibles. L’autre gros point faible de l’album du groupe, outre le fait d’engendrer certains morceaux purement commerciaux comme Vampire Robot Barbie Dolls, c’est de ne pas proposer de solos de guitare et de se contenter de faire le strict minimum en schéma constructif. Ainsi, tous les morceaux sont couplet, refrain, couplet, refrain. Si on entendre une belle maîtrise technique, notamment sur les guitares, les passages au clavier sont plus que dispensables, sonnant parfois faux comme dans Vampire Robot Barbie Dolls. Par contre, certains morceaux sont plutôt bien et le rythme rentre bien en tête, comme F.A.A.D ou encore Those Were The Droids you Were Looking For.

12655

Qui dit post hardcore, dit alternance entre passage crié et passage chanté. Néanmoins, dans ce groupe, le chant clair prévaut sur les cris gutturaux, malgré ce que laissait espérer Inside the Kill Room. Lors des chants criés, la musique suit vraiment bien et le chanteur laisse exploser la gravité de sa voix, qui rentre dans le moule de tout ce que l’on peut entendre aujourd’hui. Au niveau du chant clair, on aura droit à des chœurs, histoire de rendre tout cela plus nerveux. Le chant est juste, a voix est assez belle, même si cela reste vraiment trop « pop » comme I’m the Best There is at What I Do (But What I Do Best Isn’t Very Nice), ou, hormis les moments graves, on aura droit à un choix qui plaira aux jeunes demoiselles. On entendra aussi quelques influences, pas forcément dégueulasses, mais dont on voit bien trop la référence, comme pour Bullet for my Valentine par exemple.

Au final, If we Were Normal Men de Along Came a Spider n’est pas un album mauvais, mais il ne marque pas assez les esprits. Sortant quelques pistes intéressantes, le reste demeure assez redondant et parfois bien trop commercial. On s’intéressera davantage à Relapse on Tylenol proposant un solo de guitare très léger. Ressemblant à All That Remains ou encore à d’autres groupes de post hardcore sympathiques mais sans plus, il reste à espérer que le groupe proposera quelques choses d’un plus travaillé la prochaine fois.

  1. Inside the Kill Room
  2. Those Were The Droids You Were Looking for
  3. Vampire Robot Barbie Dolls
  4. The Ballad of Danny Greene
  5. Blood, Sweat, and Member Changes
  6. F.A.A.D
  7. Everybody Gets One
  8. Relapse on Tylenol
  9. I’m Your Huckleberry
  10. A Day in the Life of a Ginger
  11. I’m the Best There is at What I Do (But What I Do Best Isn’t Very Nice)
  12. Captain Clumsy Pants and the Epic Fail Brigade

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net