octobre 26, 2020

Poltergeist 3 – Piège de Cristal

iuh

De : Gary Sherman

Avec Tom Skerritt, Nancy Allen, Heather O’Rourke, Zelda Rubinstein

Année: 1988

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Carol Anne s’est enfui chez sa tante et son oncle afin de se cacher du terrible révérend Kane, mais celui-ci la retrouve et la poursuit dans un immeuble de verre. Sera-t-elle à nouveau capable de déjouer les plans du Révérend ?

Avis:

On a souvent tendance à croire que les troisièmes épisodes d’une trilogie sont les moins bons. Cela se vérifie de nombreuses fois avec de grandes sagas comme Star Wars, Le Parrain ou encore Le Seigneur des Anneaux. Même si ceux-là restent de grands films, ils sont nettement inférieurs à leurs aînés. Mais comme dans toute bonne règle, il y a les exceptions. La saga Poltergeist s’est bâti une sacrée réputation dès le premier film. En effet, une soi-disant malédiction pèserait sur les films puisque quatre acteurs décèderont peu de temps après la fin des tournages dont la toute jeune Heather O’Rourke qui succombera à l’âge de 12 ans de la maladie de Crohn à la fin du troisième épisode. Quoiqu’il en soit, cela n’empêchera pas la production d’en faire une trilogie et de commander un remake du premier qui sortira au ciné cette année. Et bizarrement, si ce troisième film reste assez basique, il se révèle supérieur à son aîné et propose un véritable changement pour mieux apprécier l’histoire.

2985

Carol Anne a vécu l’enfer avec ses parents, devenant la proie d’un révérend mort depuis des lustres et souhaitant être guidé vers la lumière. Afin de conjurer le sort, la jeune fille est alors amenée chez son oncle, riche homme d’affaires et détenteur d’un immense building de verre. Malheureusement, le révérend retrouve rapidement Carol Anne et l’amène de l’autre côté avec sa cousine et le petit ami de sa cousine. Son oncle et sa belle-tante vont tout faire pour retrouver tout le monde avec le moins de dommages possibles.

Changer l’environnement pour changer le film, voilà une idée très commune mais qui marche relativement souvent. Il faut oublier Critters 4 qui se déroule dans l’espace et qui est certainement la pire chose qui pouvait arriver à la saga des cousins Gremlins. Avec Poltergeist, Gary Sherman a eu une idée intéressante: se servir de la modernité et de l’expansion des vitrages et miroirs pour en faire des portails vers l’au-delà. Ainsi, le film prend une autre dimension où chaque recoin de l’immeuble devient un danger potentiel. Et c’est là-dessus que le film fait fort, car il arrive à redonner des sensations de malaise en se servant habilement des reflets.

D’autant plus que le film joue sur les faux-semblants, avec un révérend qui prend maintenant l’apparence qu’il veut, essayant de tromper son monde. Le film n’est pas avare aussi en effets spéciaux plutôt réussis, à l’image de la pauvre Tangina, le petite médium qui se fera fracasser et ouvrir en deux par la renaissance de la cousine. Le passage est crade et plutôt bien fichu, suffisant pour aller plus loin que le premier opus. Néanmoins, on trouvera aussi des effets éculés et qui ne servent à rien, comme lorsque les deux amants se retrouvent et s’arrachent la peau pour montrer qu’ils ne sont pas ce qu’ils semblent être. Contrairement à la vision du premier qui montrait la puissance des poltergeist, ici, c’est juste une note d’intention pour essaye de faire gore sans pour autant aller très loin.

Le film pêche aussi par certains de ses personnages. Si les effets spéciaux sont plutôt bien fichus comparés à ceux du premier (en même temps six ans se sont écoulés), les personnages sont moins forts et moins intéressants. L’oncle prend la place du père et Tom Skerritt n’est pas suffisamment charismatique et impliqué pour que l’on prenne la petit Carol Anne en peine. En effet, le lien familial est moins puissant et de ce fait, l’empathie ressentie est plus faible. Nancy Allen est sublime, mais là aussi son rôle n’est pas fort. Le plus surprenant, c’est que c’est le personnage le plus trouble de l’histoire, mais que finalement, on ne ressent rien pour elle tant son background est peu développé. Alors il reste la petite Heather O’Rourke qui reprend le rôle de Carol Anne et qui est plutôt convaincante, malgré un personnage redondant et qui ne semble pas avoir appris de ses erreurs du passé et de son don.

ngb

Au final, Poltergeist 3 se situe entre le premier et le deuxième film. Supérieur à son aîné mais inférieur au premier film, ce troisième épisode essaye de proposer autre chose et arrive à créer une ambiance particulière avec de la modernité et des jeux de reflets bien foutus. Bien évidemment, on reste dans quelque chose de très eighties, autant dans le jeu des acteurs que l’histoire en elle-même, mais il y a un véritable parti pris et le film s’éloigne grandement de la suite, ce qui est plutôt bien. Bref, un film qui n’est pas inintéressant et qui réserve son petit lot de moments gores, pas indispensable mais finalement plaisant.

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.