octobre 28, 2020

Young Ones – Eau Croupie

180871.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De: Jake Paltrow

Avec Michael Shannon, Nicholas Hoult, Kodi Smit-McPhee, Elle Fanning

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Dans un futur proche, l’eau est devenue rare, suscitant convoitise et violence. Dans ce climat hostile, Ernest Holm veille sur sa ferme, son fils Jerome et sa fille Mary, et nourrit l’espoir de rendre ses terres à nouveau fertiles. Tout comme Flem Lever, qui fréquente Mary en secret et n’a qu’une idée en tête : s’emparer des terres d’Ernest quel qu’en soit le prix.

Avis :

Les mondes post-apocalyptiques attirent beaucoup de scénaristes et réalisateurs. Il faut dire que cela amène à des situations différentes et permet d’étudier les différents comportements humains lorsque le monde retourne à un âge plus primitif. Parmi les figures les plus imposantes, il y a bien évidemment Mad Max de George Miller mais pas que. On peut citer en vrac Je Suis une Légende (même si le film est une bouse comparé au roman qui est un chef d’œuvre de Richard Matheson), Le Livre d’Eli et plus récemment Young Ones. Mais ce qui différencie ce film des autres productions, c’est qu’il ne se repose pas sur la survie en milieu hostile et sur un monde où la population est amoindrie. En effet, ici l’eau vient à manquer, mais il y a encore un semblant de communauté, de vie avec des règles et l’univers sera assez peu exploré. Car Young Ones oscille dangereusement entre le western et la SF sans jamais arriver à se départir d’un aspect contemplatif assez rédhibitoire.

237429.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Dans un avenir plus ou moins proche, l’eau devient un élément rare. Ernest Holm possède une ferme, un fils et une fille. Dans ce monde, il passe de village en village afin de livrer de l’eau de vie de sa création. En contrepartie, les exploitants d’un puits lui fournissent de l’eau pour son exploitation. Sa fille est éperdument amoureuse de Flem et celui-ci est prêt à tout pour récupérer la terre d’Ernest. Mais celui-ci ne veut pas que Flem épouse sa fille.

Jake Paltrow est le petit frère de l’actrice Gwyneth et Young Ones est son deuxième film après la comédie The Good Night. Il signe ici un récit futuriste, qui essaye tant bien que mal de faire des références à Mad Max mais aussi au cinéma d’auteur. Et il en ressort un film qui n’est pas forcément désagréable mais auquel il manque réellement un travail de fond et une mise en scène nerveuse. En parlant de la mise en scène, le réalisateur axe son film autour de trois axes. Le film est donc chapitré en trois segments, celui d’Ernest pour commencer, puis celui de Flem et enfin celui du fils d’Ernest. Le plus bizarre, c’est que cette segmentation ne sert pas vraiment à quelque chose, puisqu’elle suit la narration du film et ne dévoile rien de plus ou de moins. La volonté de s’exprimer autour de trois points de vue différents est plutôt louable, mais cela n’amène pas forcément de changement dans la réalisation. Certes, chaque personnage devient central et on observe une évolution des idéaux ainsi qu’une découverte majeure pour l’un des personnages, mais tout cela ne reste qu’un prétexte pour essayer de rendre son film plus auteurisant.

Et c’est le principal préjudice du film. A force de vouloir faire du cinéma d’auteur dans un univers post-apo, on en arrive à se faire chier. Il ne se passe pas grand-chose, les personnages ne sont pas forcément attachants et le méchant du film reste anecdotique. Difficile de blâmer les acteurs, car ils sont plutôt bons, surtout Nicholas Hoult, mais leurs personnages sont assez fades et sans grande épaisseur. Tout comme le monde. Parce qu’avec un univers comme celui-ci, il y avait peut-être matière à faire quelque chose de plus précis, de plus farfelu. Jake Paltrow reste vraiment très terre à terre et même s’il y a une certaine violence dans le film, l’univers n’est pas assez développé. D’ailleurs, cela se voit sur la faiblesse des décors qui se résument à trois plans dans le sable. Il manque vraiment de l’envergure à ce métrage pour pleinement convaincre.

Enfin, dernier point et non des moindres, le film est mou du genou. Entre le découpage en trois parties et le fait qu’il ne se passe quasiment rien, le spectateur demeure dans un état léthargique. C’est relativement contemplatif et on sent que le réalisateur est tombé amoureux des paysages sud-africains, mais cela ne suffit pas à subjuguer le spectateur. Voulant faire comme un western moderne mais dans une ambiance SF, le film piétine, essaye vainement de faire passer les personnages pour des gens importants, mais tout cela ne marche pas vraiment.

574724.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Young Ones n’est pas vraiment une réussite. Essayant de proposer une vision d’auteur du cinéma de genre, Jake Paltrow s’empêtre dans un faux rythme, se perdant dans sa volonté de mélanger les genres et de proposer un univers cohérent. C’est dommage, car on peut sentir un univers particulier, à l’image de la mère de famille qui vit accrochée à des câbles car certaines parties de son corps ne sont plus là. Bref, un univers qu’il aurait intéressant de creuser un peu plus afin de fournir quelque chose de plus complet et de plus cohérent. Un film pas inintéressant mais long et chiant.

Note :08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.