décembre 2, 2020

Daredevil Saison 1

075673.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

D’Après une Idée de : Drew Goddard

Avec Charlie Cox, Deborah Ann Woll, Elden Henson, Vincent D’Onofrio

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Nombre d’Episodes: 13

Résumé:

Aveugle depuis l’enfance, mais doté de sens incroyablement développés, Matt combat l’injustice le jour en tant qu’avocat et la nuit en surveillant les rue de Hell’s Kitchen, à New York, dans le costume du super-héros Daredevil.

Avis:

Le super-héros fascine. Après avoir conquis les cœurs sur grand écran, certains super-héros un peu moins connus ont débarqué sur le petit écran. DC a ouvert la marche avec des séries comme Arrow, mettant en scène le Green Arrow ou encore The Flash qui met en scène le héros éponyme le plus rapide du monde. Voyant les excellents résultats, Marvel a lancé une réplique, qui sera accueillie plus froidement avec Agents of S.H.I.E.L.D puis Agent Carter. Mais la grosse boîte de production et d’édition a frappé un grand coup cette année en s’associant avec Netflix, le nouveau portail visuel qui se lance aussi dans la production. Déjà vu dans un film très moyen en 2003, Daredevil est un super-héros qui devient aveugle et qui compense par des dons extraordinaires dans d’autres domaines. Il devient alors le défenseur de Hell’s Kitchen du sulfureux caïd. Beaucoup moins connu que Spider-man et consort, revenir aux origines du héros était une bonne idée et on est face à la bonne surprise télévisuelle de cette année, sûrement le meilleur traitement de super-héros que l’on ait pu voir depuis bien longtemps.

020777.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Matthew Murdock est un avocat au commencement de sa carrière. La nuit, il se transforme en justicier pour aider les gens en danger. Aveugle après un accident alors qu’il était enfant, il possède des pouvoirs lui permettant d’être plus agile et de sentir son environnement avec plus de détails que le commun des mortels. Il tombe alors sur une affaire qui semble toucher tous les domaines de la ville, aussi bien la police que l’habitat. Tout tourne autour de Wilson Fisk, un homme d’affaires véreux qui veut se faire passer pour le bienfaiteur de la ville. Matt va alors user de toutes ses ressources, légales et non, pour faire régner la justice et découvrir la vérité.

Pourquoi la série Daredevil est-elle une bonne surprise? Cela tient à peu de choses. Trois en fait. Tout d’abord à son créateur qui signe sa meilleure œuvre. En effet, Drew Goddard, pour les fans de film de genre, est le réalisateur du méphitique La Cabane dans les Bois, qui se voulait être une comédie ultra référentielle du film d’horreur, mais qui se parodie elle-même en fournissant finalement un slasher bas de gamme. Mais il est aussi le scénariste de Cloverfield et World War Z, deux films qui ne brillent pas par leur qualité d’écriture. Bref, la série ne partait pas gagnante et pourtant, Goddard réussit son pari en livrant une série complexe, à l’écriture soignée et au dénouement brutal. La caractérisation des personnages est convaincante et revenir aux origines de Daredevil était une idée ingénieuse. D’autant plus que cela n’empiète pas sur le travail de Gotham, qui revisite Batman, mais en partant de sa jeunesse sans pour autant décoller. Ici, l’évolution est rapide, on apprend dans chaque épisode des morceaux de la vie du héros (comme des autres personnages d’ailleurs) tant et si bien qu’à la fin du treizième segment, on aura droit au vrai costume. Un soin particulier est apporté au méchant, mais on y reviendra plus tard.

Deuxièmement, la série est très sombre mais aussi très réaliste. Alors certes, il y a des ninjas, une flopée d’aveugles maîtrisant les rudiments des arts du combat et même une gros très costaud, mais dans son ensemble, Daredevil reste très terre à terre. C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’autres personnages possédant un super-pouvoir, il n’y a pas d’extraterrestres ou encore de super-vilain complètement farfelus. L’univers reste très crédible et d’une grande noirceur. C’est d’ailleurs le principal attrait pour cette série, avec une atmosphère très sombre, poisseuse et parfois bien crade. La série n’hésite à balancer la sauce tomate quand il le faut et certaines morts sont vraiment très violentes. Elle explore aussi les passés des personnages en montrant leurs démons dans de courts flashbacks très efficaces et plutôt bien vus. On regrettera seulement le rythme un peu poussif des trois premiers épisodes. Ils posent les bases de l’univers et du héros et cela a bien du mal à avancer avant l’arrivée du grand méchant.

Qui devient le troisième attrait de cette série. Incarné par magnificence par le caméléon Vincent D’Onofrio, Wilson Fisk est LE grand méchant de cette série. Complètement habité, nerveux, intelligent, on ne sait pas sur quel pied danser avec lui et surtout, on ne sait pas quelle réaction il peut avoir dans la seconde. L’acteur est vraiment épatant et signe une prestation sans faille. A ses côtés, Charlie Cox tient bien son personnage et on sent une vraie alchimie entre lui et son pote joué par Elden Henson. Néanmoins, certains personnages secondaires sont un peu effacés, à l’image de la docteure qui soigne le héros et qui aurait pu être plus intéressante, surtout avec Rosario Dawson pour l’incarner. Il manque aussi d’un autre méchant, plus fantastique, plus bizarre pour accentuer l’aspect comics, car là, nous sommes en plein récit ancré dans le réel et il aurait été intéressant, par moments, de raccrocher au comics avec un méchant plus volubile.

098495.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, cette première saison de Daredevil tient toutes ses promesses et montre que Netflix est une plateforme de production très intéressante. Relaçant Marvel dans la course au petit écran, Daredevil est une série sombre, parfois dure, mais qui doit la vie sauve grâce à un méchant parfaitement incarné et doté d’un grand charisme et background. Bref, une série à découvrir qui fait partie des meilleures séries de super-héros en ce moment, au même titre que The Flash, même si cette dernière reste plus « cool ».

Note: 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.