Beyond Clueless

11225588_1089967241016684_782603638_n

De : Charlie Lyne

Avec Fairuza Balk

Année : 2014

Pays : Angleterre

Genre : Documentaire

Résumé :

Une étude approfondie, à travers plus de 200 classiques modernes, qui se penche sur le phénomène du teen-movie. Le film se concentre sur la période allant de 1995 à 2004 et revisite des comédies telles que Clueless, Dangereuse Séduction ou encore Lolita Malgré moi.

Avis :

Un Teen-Movie, c’est un film qui a pour sujet principal les adolescents et l’adolescence. Le Teen-Movie peut flirter avec à peu près tous les autres genres de cinéma, empruntant aussi bien au social, qu’à l’horreur, au drame et bien sûr, la comédie. Bien souvent le Teen-Movie suit le parcours d’un adolescent et sa bande de potes, en nous racontant un moment clef de la vie de ses personnages. Voilà ce qu’est, dans les grandes lignes, un Teen-Movie.

11034529_1089967411016667_333933711_o

Mais pourquoi parle-t-il de ça me demandez-vous ? Eh bien, c’est parce que « Beyond Clueless » va nous parler exclusivement de ça. Eh oui, « Beyond Clueless » est un premier documentaire signé par un tout jeune mec de vingt-quatre ans. Fan du genre, il a décidé d’en parler et pour cela de réaliser son premier film, qu’il a aussi produit lui-même. Et ce premier documentaire est une totale réussite qui nous plonge dans un univers bien plus complexe qu’il n’en a l’air. Un univers qui a ses codes, son ADN, son passé, ses inspirations et le jeune Charlie Lyne, aidé par l’actrice Fairuza Balk, qui est la narratrice de ce film, va se faire un plaisir de nous le faire découvrir sous un autre regard et personnellement, je pense dorénavant être bien plus indulgent envers un genre qui a toute sa légitimité.

C’est à travers plus de deux cent films que le réalisateur va nous parler du genre et de ses codes sur un peu moins d’une heure et demie. « Beyond Clueless » ne revisite pas l’histoire du Teen-Movie. Non, surement à cause de son jeune âge, le film va s’attarder sur les films sortis à partir de 1995. Il va alors décortiquer tout un tas de films et ainsi nous ouvrir les yeux sur un genre plutôt mal vu et tant aimé paradoxalement.

« Elle est trop bien« , « The Faculty« , « The Craft« , « American Pie« , « Les lois de l’attraction« , « Boys and Girl« , « La main qui tue« , « Elephant« , « Josie et les Pussycats« , « Donnie Darko« , « Lolita malgré moi« , Destination finale, « Virgin Suicide« , « Scream« , « Save the last dance« , « The Girl Next Door« , « Bully« , « Sex Trip« , « Esprit Rebelle » sont des Teen-Movies à des degrés plus ou moins éloignés et il y en a tant d’autres encore.

Alors c’est vrai que vu comme ça, qu’est-ce que peut bien avoir à faire « Scream » ou « Souviens-toi l’été dernier » dans la même liste que « American Pie » ou « Lolita malgré moi » ? Eh bien, c’est ce que va démontrer Charlie Lyne avec son film. Mettant à la même hauteur un film de Gus Van Sant à celui de Roger, le réalisateur nous embarque dans une analyse profonde et pertinente du genre et par conséquent nous en apprendre un peu plus sur un genre qui mériterait plus de reconnaissance.

Le réalisateur a construit son documentaire comme un Teen-Movie, c’est-à-dire que comme dans ce genre, on va passer par plusieurs étapes que le réalisateur va s’empresser de décrire en prenant des exemples dans les films que j’ai cités plus haut. Ainsi, avec beaucoup d’arguments et de démonstrations, on va découvrir ce qui fait l’âme du genre, ce qui peut le rendre plaisant ou agaçant et derrière le genre un peu, voire beaucoup, trop potache et débile du Teen-Movie, ces différents films ont une colonne vertébrale commune et c’est bien sûr avec plus ou moins de talent que les réalisateurs nous racontent leurs histoires. J’ai apprécié comment Charlie Lyne a mis le doigt dessus. J’ai trouvé son film ludique, réfléchi, pertinent, et surtout très intéressant avec un vrai côté nostalgique, j’avoue même avoir eu quelques montées d’émotion à la redécouverte de certains films ou acteurs encore tout jeune qui représentent pour moi tout une époque (mon adolescence). Car je connais les films dont il parle pour la plupart, j’en aime certains, déteste d’autres, et j’en avais même oublié pour d’autres encore. Et puis, il y a tous ceux que je ne connaissais pas et le réalisateur, en quelques scènes bien choisies, m’a donné envie de les découvrir.

Mais là où « Beyond Clueless » prend tout son éclat, c’est sur son fantastique travail fait sur le montage. Alors qu’il aurait pu être un bon documentaire, simple, intéressant, mais qui ne dégage pas plus que ça, Charlie Lyne a choisi de faire son film uniquement à partir d’images des films dont il va parler. Du coup, on ne peut qu’être époustouflé par le travail de recherche fourni en amont pour le montage. Trouver les bons films, trouver la bonne scène, les bons moments, la bonne musique pour accompagner, ou choisir de continuer ou non le dialogue des films choisis et surtout le bon rythme pour accompagner ce montage particulier, qui rend hommage au genre, sans tomber dans le clip, ce qui n’a pas dû être la chose la plus simple à faire, même si c’est un fan qui s’en occupe. Car il a dû faire ce choix parmi une jungle de Teen-Movies. On ne s’en rend pas vraiment compte, mais c’est un genre qui produit énormément. Il ne coûte pas cher et peut rapporter gros parfois et puis il est sujet à explorer tout un tas de thèmes plus ou moins durs. Et le résultat est une très belle réussite envoûtante. À l’écran, c’est terrible, c’est comme si on assistait à l’histoire de tout un style. Et c’est franchement bien, on ressent que le film est fait par un passionné.

11235250_1089967447683330_1972330100_o

« Beyond Clueless« , c’est donc la belle surprise que je n’attendais pas. Arrivé sans faire de bruit, avec une petite bande annonce faite uniquement de scènes de films qu’on connaît tous, « Beyond Clueless » m’a complètement conquis avec l’œil bienveillant de son réalisateur, avec la nostalgie de revoir certaines scènes que j’adore sur grand écran (« The Faculty« , « Destination finale« , « Basketball Diaries« ) et puis surtout, et je crois que c’est le plus important, la valorisation de ce genre. Malgré tous les clichés et les ratés qu’il peut y avoir dans ce genre de film, le Teen-Movie reste un genre à part entière, qui s’assume comme tel, et qui en fin de compte, quand il est bien fait, n’a rien à envier au drame, à la comédie, à l’horreur ou au thriller.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net