décembre 2, 2020

Les Ailes de l’Enfer

11215938_1089058287774246_768120422_n

Titre Original : Con Air

De : Simon West

Avec Nicolas Cage, David Ramsey, John Malkovich, John Cusack

Année: 1997

Pays: Etats-Unis

Genre: Action

Résumé:

Con Air, c’est la division aeroportée de la police fédérale américaine qui assure le transport des détenus à travers le pays pour comparution devant la cour, urgence médicale ou transfert de prison à prison. Cameron Poe, récemment libéré sur parole, prend place à bord d’un de ces avions pour retrouver sa femme et sa fille, qu’il n’a encore jamais vue. A bord également, Cyrus Grissom, surnommé le virus et quelques-uns de ses comparses, qui doivent rejoindre un nouveau quartier de haute sécurité.

Avis:

J’ai toujours eu un énorme capital sympathie pour Nicolas Cage. C’est un peu l’un des acteurs fétiches de mon adolescence, surtout pendant cette période où l’acteur était capable coup sur coup d’enchaîner « Rock« , « Les ailes de l’enfer » et « Volte/face« , alors comment ne pas l’aimer ? Surtout que ces trois films sont à mes yeux ce que le cinéma d’action de la fin des années 90 fait de mieux.

Premier film signé par Simon West, je peux dire sans aucune objectivité que « Les ailes de l’enfer » fait partie de mes films préférés. C’est un film que j’adore, qui m’amuse et dont je crois bien connaitre les répliques par cœur. Film d’action au scénario assez basique, Simon West va faire des merveilles avec ce film et propulser « Les ailes de l’enfer » comme un des films indémodables et incontournables des années 90.

11088860_1089058384440903_2078211200_n

Cameron Poe vient de passer huit années en prison, pour un homicide involontaire. Libéré pour bonne conduite, il s’apprête à retrouver sa femme et sa fille qu’il ne connaît pas. Pour rentrer chez lui, il emprunte alors un vol de la police fédérale qui transporte d’autres prisonniers qui sont transférés dans une autre prison. Alors que le vol s’annonce rapide et sans encombre, des détenus emmenés par Cyrus Grissom, dit « Le virus », arrivent à prendre le contrôle de l’avion et sont bien décidés à s’évader. Cameron Poe, qui est un ancien ranger, va essayer de les arrêter. Aidé au sol par Vince Larkin, un jeune flic détaché à la sécurité des prisons, ils vont devoir se faire confiance et arrêter ce vol qui est désormais le plus dangereux d’Amérique.

Fun, cool, décomplexé, assumé, produit par Jerry Bruckheimer et doté d’un face-à-face magistral entre deux acteurs iconiques, « Les ailes de l’enfer » c’est LE film d’action made in 90 qui a tout compris.

« Les ailes de l’enfer« , c’est le genre de film qui ne se prend pas au sérieux et assume parfaitement son divertissement. J’adore l’idée de mettre tous les détenus les plus dangereux et dingues que les prisons américaines ont dans le même zingue. J’aime encore plus l’idée d’une rébellion et qu’ils arrivent à prendre le contrôle de l’appareil. Et puis bien sûr, il faut le défenseur de la veuve et l’orphelin à bord. À y regarder comme ça, le scénario ne pèse vraiment pas lourd, on peut même dire qu’il est quelque peu facile, mais qu’importe, le film fonctionne à 200 % et Simon West me fait à chaque fois passer un moment terrible devant. L’histoire tient la route et le film nous tient en haleine pendant toute sa durée. Au programme, on aura le droit à des scènes d’action démentes, des répliques cultes, des personnages charismatiques, héroïques, flippants ou ambigus (Steve Buscemi est un best of d’ambiguïté et de démence à lui seul dans ce film) , casting de gueules, chaque acteur dégage une présence incroyable, une histoire dans le fond plutôt touchante, qui prend naissance dans une injustice, ce qui fait qu’on s’attache direct à son héros, une BO qui déchire et enfin des effets spéciaux qui ne vieillissent pas. Franchement, à y penser, on ne peut pas demander grande chose de plus à ce film. Simon West comble tous les désirs avec un film bien bourrin, bien développé, car derrière le côté un peu facile de son histoire, le réalisateur tient quand même une intrigue qui tient la route et des personnages tous plus intéressants les uns que les autres, même le plus petit second tient debout. D’ailleurs, quand je regarde la filmographie de Simon West depuis, je peux dire qu’il n’a jamais refait un film qui n’arrive ne serait-ce qu’à la cheville de celui-ci. Oui, à mes yeux « Les ailes de l’enfer » reste, presque vingt ans après sa sortie, le meilleur film de son réalisateur.

Puis que dire de ce casting phénoménal, à en faire crever de jalousie la plupart des productions hollywoodiennes. Rarement un casting n’aura été aussi parfait pour un film d’action. Le duel entre Nicolas Cage et John Malkovich est incroyable et terrifiant. Nicolas Cage tient là son rôle le plus cool. L’acteur est parfait de bout en bout, touchant, drôle, il assure aussi bien dans les scènes d’action que dans la maladresse de père quand il retrouve sa fille. Idem pour John Malkovich qui tient là un rôle à la démesure de son talent, il crève l’écran avec un charisme impressionnant. Dans ce film, on trouvera aussi John Cusack dans la peau d’un flic engagé. Un des rôles que je préfère de Cusack d’ailleurs. Ensuite, il y a Colm Meaney, parfaitement détestable, c’est le type qu’on adore détester. Puis Steve Buscemi qui est flippant au possible dans un rôle dégueulasse qui me fout mal à l’aise à chaque coup. Danny Trejo en violeur, Ving Rhames, Nick Chinlund, Dave Chappelle, M.C. Gainey en détenu complètement dingue. Puis Renoly Santiago en folle de service, qui me fait mourir de rire à chaque coup. Et le visage angélique de la belle Monica Potter. Ce casting vaut de l’or !

11251702_1089058347774240_1510982611_n

« Les ailes de l’enfer« , c’est donc le film que j’adore voir et revoir, c’est le film dont je ne me lasse pas. Avec son premier film, Simon West a tout compris au film d’action et nous offre un moment terrible, l’un des meilleurs dans ce domaine. « Les ailes de l’enfer« , c’est le genre de film d’action fun qui s’assume tellement et qui ne se prend pas du tout au sérieux et qu’on ne fait plus aujourd’hui et c’est bien dommage. D’ailleurs, je crois qu’une très grosse partie de mon capital sympathie pour Nicolas Cage vient de ce film. En fait, j’adorerais revoir ce film comme si je ne l’avais jamais vu.

À mes yeux et dans mon cœur, « Les ailes de l’enfer« , c’est un film incontournable du cinéma des années 90.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.