Alabama Shakes – Sound & Color

url

Avis :

Il est assez étonnant de voir comment des relations scolaires fortes peuvent donner des groupes détonants. Il faut dire que les rencontres faites durant les années lycées ou étudiantes forgent en partie notre futur et notre voie. Ainsi, Brittany Howard et Zack Cockrell se rencontre sur les bancs de l’université du comté de Limestone et commencent à écrire des chansons à la fin des cours. Un batteur, Steve Johnson, les rejoint, et le trio va commencer à enregistrer un premier EP. Après avoir écouté ce dernier, le guitariste Heath Fogg décide de les rejoindre et c’est ainsi que nait Alabama Shakes. Sous ce nom se cache un groupe de rock/funk/soul, proposant un mélange incroyable porté par une voix enchanteresse. C’est en 2011 qu’ils commencent à faire du bruit et un journaliste du New York Times compare alors la voix de la chanteuse à celle de Janis Joplin. Il y a pire comme comparaison ! En 2012, le groupe sort son premier album, Boys & Girls, qui sera malheureusement peu distribué de par chez nous. Il faudra attendre le deuxième skeud avec Sound & Color pour pouvoir enfin voir le nom des Alabama Shakes chez les disquaires. Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette pochette si sobre ?

Le skeud débute avec Sound & Color, le titre éponyme de l’album et c’est assez étrange. Ce n’est pas vraiment du rock et l’intro laisse présager le pire. Seulement, une fois la voix lancée, cela devient vraiment incroyable. C’est à la fois pop et rock, tout en ayant une couleur ultra chaude qui envahit doucement notre corps. En fait, le titre est une parfaite introduction à un monde musical qui oscille entre le rock pur et la soul comme Macy Gray par exemple. Le deuxième titre, Don’t Wanna Fight, est plus dynamique et propose de vrais riffs de gratte avec un rythme plus sombre et plus enjoué. Encore une fois, la voix de la chanteuse fait des étincelles et montre que le groupe en a sous la semelle. On retrouvera cette dynamique dans Dunes, un morceau plus long qui fait irrémédiablement penser à un certain Jack White, surtout dans les refrains. Le reste du morceau est plus bluesy et calme, tout en mettant en avant des sonorités qui rappellent les années 60/70. On retrouve cette alternance de couplets calmes et de refrains survitaminés avec le titre Miss You qui renoue avec les musiques blues proche des années 60 et qui réussit le pari d’être à la fois touchant et énergique. On sera un peu plus frileux avec The Greatest, un morceau purement rock, avec guitare et basse saturées, mais qui n’apportent finalement aucune variation, ce qui fait le charme du groupe. D’ailleurs, on pourra noter qu’un morceau comme celui-ci ne convient pas forcément à la chanteuse, qui donne des notes plus fausses que d’habitude et le titre n’en devient que moins intéressant. Néanmoins, il faudra noter un petit changement d’énergie en milieu de morceau, mais encore une fois, le rythme est un peu trop effréné pour un groupe comme celui-ci.

jmjg

Mais c’est bien là le seul défaut de ce skeud, qui balance aussi pas mal sur les ballades et les morceaux plus calmes. Ainsi, si Future People n’est pas le titre le plus calme, il montre toute la maestria de la voie de Brittany Howard, qui peut partir dans les aigus sans aucun problème puis repartir dans un registre plus nerveux. On notera aussi Gimme All Your Love, qui nous rappelle à la soul des bonnes années avec une voix éraillée proche de Macy Gray et des riffs puissants durant le refrain, avec la présence d’un clavier qui renforce une sensation vintage fort agréable. This Feeling et Guess Who finissent par achever tout el bien que l’on pense de ce groupe avec des morceaux paisibles, agréables et relativement beaux. On pourra aussi profiter de Gemini, un long morceau qui fait penser à une musique de film, sorte de western post-apo avec ce qu’il faut de solos et d’effets assez incroyables. Over my Head, qui clôture le skeud, est plus axé jazz et montre l’étendue du talent de ce jeune groupe.

Au final, Sound & Color, le dernier album de Alabama Shakes, est une agréable surprise. Jouant sur plusieurs domaines, comme le rock, la soul ou encore le jazz, le groupe trouve une parfaite osmose et propose une musique doucement rétrograde, mais honnête et puissante. Sans fioriture, cet album se révèle plaisant, varié, dynamique et touchant. Un album complet pour ainsi dire, qui fait que maintenant, on attend fermement le groupe au tournant lors du prochain skeud ou sur scène. Au croisement entre Jack White et Janis Joplin.

  1. Sound & Color
  2. Don’t Wanna Fight
  3. Dunes
  4. Future People
  5. Gimme All Your Love
  6. This Feeling
  7. Guess Who
  8. The Greatest
  9. Shoegaze
  10. Miss You
  11. Gemini
  12. Over my Head

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net