septembre 28, 2020

Jason Mraz – Yes!

jason

Avis :

Quand on est artiste, et d’autant plus musicien, il faut parfois une grande pugnacité pour parvenir à une reconnaissance internationale. Il arrive que parfois, certains chanteurs n’arrivent à se faire connaître que dans leur propre pays, suite à un barrage de la langue. Combien de chanteurs français restent bloqués dans notre pays à cause du langage ? Mais d’un autre côté, on peut voir l’effet inverse, celui de se faire connaître dans un pays étranger. Par exemple, Popa Chubby, bluesman ultra réputé en France ne connait qu’un succès minime aux States, pays d’origine. Maintenant, et c’est une chose que l’on voit de plus en plus souvent, c’est que l’on découvre des artistes alors qu’ils ont déjà une sacrée carrière derrière eux. Prenons un exemple tout bête : Robin Thicke. Alors qu’il s’est fait connaître en France avec Blurried Lines, il avait déjà un sacré passif derrière lui avec plusieurs albums. C’est aussi un peu e cas de Jason Mraz, chanteur pop américain. Il commence la gratte à 18 ans et sort son premier album en 2002. Il cartonne aux Etats-Unis, sort un deuxième album trois ans plus tard, qui marche dans divers pays comme l’Angleterre ou encore le Japon. Il faudra attendre 2008 pour enfin voir son nom sur les écrans français avec son tube I’m Yours. Et depuis, si ça marche plutôt bien pour lui, on ne peut pas dire qu’il fasse la une des médias et des radios. Yes ! est son cinquième album et s’il se révèle sympathique, il reste surtout trop discret et sans potentiel hit.

Le principal problème que l’on peut relever dans cet album, c’est le temps qu’il met pour démarrer. Après une intro carrément inutile (Rise), le skeud aborde pas moins de trois titres qui se ressemblent et qui ont un rythme très lent. Il faut dire que les thèmes parlent d’amour et de relation amoureuse et que donc le chanteur reste sur un tempo un peu langoureux. Ainsi, Love Someone, Hello,You Beatiful Thing et Long Drive ne marqueront pas les esprits même s’ils sont loin d’être désagréables. On retrouvera le même défaut sur plusieurs chansons dans le reste de l’album comme Best Friend, A World With you ou encore, dans une mesure encore plus grande au niveau mièvrerie, It’s So Hard to Say Goodbye to Yesterday. Néanmoins, cette dernière, qui se base exclusivement sur la voix du chanteur et un petit piano montre tout le talent vocal de Jason Mraz.

yfgh

Après l’album n’est pas dénué de qualité bien au contraire. On peut compter sur Everywhere qui est véritablement le premier morceau un poil pêchu du skeud. S’il reste relativement simple, il reste bien plus prenant que les titres précédents et il s’engage dans une voie plus pop avec un refrain plus rapide et donc plus mémorisable On notera la présence bien plus percutante de la batterie. Après, certains morceaux demeurent lents mais ils ont une certaine identité noyé dans une pop plus que commercial. Par exemple, Out of my Hands s’octroie le droit d’être un peu plus ilienne dans son rythme et dans le choix des instruments. On reste dans quelque chose de très simple, mais c’est assez lancinant et entêtant et le tout fonctionne relativement bien. Ensuite, on peut aussi parler de Back to the Earth qui n’est pas un titre faramineux mais qui a tous les atouts pour devenir un hit, proposant un rythme reggae et bien entendu des paroles écologiques. Tout cela reste mignon, ne mange pas de pain et surtout change de la morosité ambiante imposée par l’album qui reste tout de même sur un format très lent. Enfin, et on il faut la citer, Shine, qui clôture l’album est surement le meilleur morceau. Durant plus de six minutes, le titre démarre calmement, installant une ambiance et faisant résonner à ce qui ressemble à un banjo avec une vieille caisse. On sent le bayou et une volonté de construire un vrai morceau. D’autant plus que le titre, en duo avec une femme, propose une belle montée pour finir en apothéose avec une réelle maîtrise de tous les instruments.

Au final, Yes !, le dernier album de Jason Mraz, n’est pas un mauvais album, mais il reste beaucoup moins percutant que ses précédents. Plutôt que de proposer des morceaux cools et bien vivants comme l’était I’m Yours, le chanteur s’essayer aux chansons d’amour et aux textes mièvres et cela ne lui réussit pas trop. Fort heureusement, certains titres rectifient le tir sans pour autant faire monter la sauce suffisamment haut pour convaincre. Un skeud donc moyen, pas désagréable, mais qui reste bien trop factice et gentil.

  1. Rise
  2. Love Someone
  3. Hello, You Beautiful Things
  4. Long Drive
  5. Everywhere
  6. Best Friend
  7. Quiet
  8. Out of my Hands
  9. It’s so Hard to Say Goodbye to Yesterday
  10. 3 Things
  11. You Can Rely On Me
  12. Back to the Earth
  13. A World With You
  14. Shine

Note: 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.