Zombies Néchronologies

Couv_217437

Auteurs : Olivier Peru et Nicolas Petrimaux

Editeur : Soleil

Genre : Horreur

Résumé :

Durant sa carrière de garde du corps présidentielle, Charles a déjà connu quatre présidents différents en cinq mandats. Assurant son travail sans trop réfléchir, en constatant que chaque nouveau chef d’état n’est ni pire ni meilleur que le précédent, Charles attend patiemment que l’heure de la retraite arrive. Mais l’arrivée d’un virus qui transforme les morts en zombies va tout chambouler. Dans un premier temps, Charles assume son rôle en protégeant François Hollande de la menace des infectés. Mais lorsque ce dernier est destitué de son rôle pour manquement à ses devoirs, le garde du corps se retrouve sans but et doit réfléchir à son avenir. Il prend la décision de partir à Genève pour retrouver son ex-femme. Il est alors abordé par Pierre Benardi, un agent de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), spécialisé dans les copies de documents. Ce dernier transporte une sacoche avec de mystérieux papiers et il supplie Charles de l’emmener avec lui. L’ex-garde du corps accepte de l’emmener, bien qu’il n’ait jamais beaucoup apprécié la personne. C’est même lui qui a demandé à ce qu’il soit muté au service photocopieuse, à l’époque où il était en service actif. De nuit, en route vers Genève, Benardi est au volant et percute un zombie avec la voiture. Il finit sa course dans un arbre, les deux hommes se retrouvent donc à pied, au milieu de nulle part…

Avis :

La mode du zombie dure depuis un petit moment déjà et ne cesse de croître au fil des années. Contrairement aux vampires ou autres loups-garous, le mort-vivant ne cesse de fasciner et de donner des sujets aussi divers que variés. Bien souvent, on tombe dans la critique facile où l’on voit l’humain devenir encore plus violent et inhumain que le zombie lui-même. Mais parfois, il arrive que l’on trouve des sujets plus intéressants, où la place principale est laissée aux relations humaines et à la façon qu’utilise l’Homme pour s’en sortir. Ce n’est donc pas pour rien que The Walking Dead connaisse un si grand succès (même si la série commence à s’enliser). Et en France, on a notre Walking Dead à nous avec Zombies d’Olivier Peru, qui a connu aussi un joli petit succès. Et qui dit succès, dit monnaie et qui dit monnaie, dit série dérivée (oui, on fait des rimes). Du coup, voilà que déboule Zombies Néchronologies, un spin-off qui propose de voir l’invasion zombie dans différents pays. Et à tout seigneur, tout honneur, puisque c’est en France que cela commence.

9782302038448_pg

Tout commence à Paris. Charles est le garde du corps des présidents de la République. Il est sous les ordres de François Hollande lorsqu’une invasion zombie se propage dans la capitale. Alors qu’il met le président en sécurité, il est démis de ses fonctions suite à l’incompétence de François Hollande à prendre une décision pour sauver la population. Il décide de se rendre à Genève pour retrouver son ex-femme. Il emmène avec lui Benardi, un agent de la DGSE, qui possède des dossiers secrets sur le virus qui transforme les morts en cannibales affamés. Sur la route, ils vont croiser Camille, une ancienne anarchiste à la langue bien pendue et deux jeunes qui tentent de fuir le chaos. Mais arrivés sur Genève, et malgré la ville forteresse qui est en train de se construire, les zombies commencent à envahir les rues. Charles va alors aider le gouvernement suisse.

Difficile de renouveler un genre qui a déjà été tant de fois abordé. Néanmoins, Olivier Peru avait su insuffler une belle énergie et un propos intelligent avec Zombies, ce qui donna lieu un joli succès commercial. Mais comme pour la série télé The Walking Dead, l’univers de Zombies va être décliné en spin-off dans d’autres lieux que la série originelle. C’est le but de ces Néchronologies qui proposent de voir l’invasion zombie dans de grandes villes avec des personnages différents. Et l’intérêt de ce premier récit réside essentiellement sur le potentiel de certains personnages et notamment l’aspect badass de Charles, garde du corps au fort tempérament et qui semble invincible malgré son âge. A ses côtés, on retrouvera Benardi, un couard mais qui va se révéler par la suite des évènements, alors que Charles se perdra dans son syndrome de Superman. A côté d’eux, on retrouve Camille, une vieille dame qui parle beaucoup et qui fait office de sagesse dans le groupe. Et c’est à partir de ce personnage (et celui du président) que les choses vont commencer à se gâter.

En effet, pour tenir quelque chose de solide en quelques planches, les auteurs ont cru bon de mettre en avant des idéaux politiques qui ne correspondront pas à tout le monde. Il aurait été plus malin de laisser une part de réflexion au lecteur sur ses convictions. Ainsi, si Hollande n’est qu’une merde infâme ne pensant qu’à sa gueule, ce qui est l’adage des personnalités politiques, on n’aura pas grand-chose de plus croustillant à se mettre sous la dent. En fait, le problème, c’est que ce personnage enfonce des portes ouvertes et que l’on a déjà vu ça des centaines de fois. La petite touche personnelle viendra de Camille, l’anarchiste convaincue et qui se rendra compte que ses idéaux politiques ne sont peut-être pas perdus, prêchant la bonne parole dans les camps de réfugiés. On aura même droit à un dialogue expliquant la différence entre anarchie et l’anomie. Alors c’est bien sympa tout ça, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick.

Au niveau du dessin, c’est Nicolas Petrimaux qui s’y colle, lui qui n’a été alors que coloriste. E résultat est plutôt bon, même si ses dessins n’équivalent pas ceux de Sofian Cholet, responsable des quatre tomes originels. Néanmoins, le tout reste cohérent, les zombies sont bien dégueulasses et les personnages principaux possèdent de bonnes caractéristiques physiques. Ainsi, Charles, sous ses aspects d’homme d’âge respectable, est bien badass, contrairement à Benardi qui fait office de gros boulet. On restera plus sceptique sur le design des autres personnages, qui semblent anecdotiques, comme Camille qui fait beaucoup moins que son âge. Certaines planches sont superbes, notamment les grandes montrant tout le dynamisme de Petrimaux et son implication dans le projet.

album-page-large-23013

Au final, Zombies Néchronologies est un spin-off qui n’est pas désagréable. Le récit est rythmé et même si le scénario tient sur un timbre-poste, on prend plaisir à lire ce premier tome. D’ailleurs, les fans de zombies seront surement contents de voir qu’en France aussi on peut faire des choses intéressantes autour du zombie. Reste certaines idées comme l’apparition des idéaux politiques qui semblent anecdotiques et pas assez fines, comme s’il fallait à tout prix montrer sa différence avec les ricains et proposer un aspect plus intello qui n’est pas du tout nécessaire dans le domaine du zombie et de l’horreur.

Note : 14/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net