janvier 19, 2021

Spiritisme au Cinéma et Top 5

104017.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le spiritisme n’est pas un phénomène nouveau au cinéma. Brassé depuis des décennies au sein du cinéma horrifique, le spiritisme est le premier stade vers une tournure infernale qui aboutit généralement à la mort des protagonistes. Sujet idéal donc pour un petit film d’horreur à la sauvette, essayant d’engendrer un max de thunes au profit d’une histoire anémique. On ne va pas me dire que mettre deux esprits invisibles fracassant gaiement de jeunes insouciants coute un bras ? Enfin, quoiqu’il en soit la sortie récente de Ouija par Stiles White nous rappelle ces bons souvenirs cinématographiques où les séances de spiritisme étaient autre chose qu’un concept pour déclencher un carnage. Mais finalement, qu’est-ce que le spiritisme ?

Selon les croyances et les points de vue, le spiritisme peut être perçu comme trois choses distinctes. Tout d’abord, il peut s’apparenter à une superstition, ou bien à une science occulte et pour finir à une doctrine. Dans le domaine du cinéma, très souvent, on utilise la science occulte pour faire venir démons et autres fantômes agressifs. Ce qu’il faut surtout savoir, c’est que le spiritisme est aujourd’hui utilisé dans un seul but, entrer en contact avec les esprits de personnes défuntes. Il y a entre 6 et 50 millions de pratiquants dans le monde et c’est surtout en Amérique Latine que le phénomène connait une grande expansion. Si le cinéma explore a facette horrifique du spiritisme, dans la vraie vie, cela a surtout pour but de consoler les personnes qui ont du mal à faire leur deuil.

Pour parvenir à entrer en contact avec les morts, plusieurs méthodes sont possibles. On en distingue deux majeures. Tout d’abord, l’utilisation du ouija. Il s’agit d’une planchette de bois sur laquelle il y a des inscriptions : l’alphabet, les chiffres, oui, non, bonjour et au revoir. On utilise pour communiquer avec l’esprit, une goutte avec un trou en son centre et c’est l’esprit qui est censé faire bouger cette goutte pour dire ce qu’il a à dire. Les règles du ouija sont très strictes et il parait qu’en regardant dans le trou de la goutte, on peut voir l’esprit avec lequel on communique. Ensuite, il y a les tables tournantes. Plus réputées que les ouijas, les tables tournantes sont une réunion de personnes autour d’une table, permettant à l’esprit de cogner la table pour dire oui ou non. C’est plus restrictif que le ouija, obligeant à poser des questions fermées, mais plus facile à mettre en place. On peut aussi évoquer d’autres méthodes comme l’écriture automatique ou l’incorporation, mais ces phénomènes sont plus rares au cinéma.

Bien évidemment, dès que l’on parle de l’au-delà, de fantômes, ça donne plein d’idées à des scénaristes pour écrire des histoires qui foutent la trouille (ou tout du moins qui essayent de faire peur). Mais on peut évoquer le regret de ne pas prendre assez de risque dans ce genre de film, surtout quand on sait que l’Eglise et les scientifiques sont contre ce genre de pratique et pour une fois que ces deux entités sont d’accord sur quelque chose…

Comme Ouija vient de sortir au cinéma (et on ne vous le conseille pas), on vous propose un petit top un peu différent que d’habitude, puisque cette fois-ci, on va se concentrer sur les scènes de spiritisme dans les films, avec, si possible, vidéo à l’appui.

  1. Ouija (Witchboard) de Kevin Tenney

21019980_20130716162232364.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Et oui, le film de Stiles White n’est pas le premier à utiliser le nom de a célèbre planche pour son film. En 1986, Kevin Tenney, un parfait inconnu, sortait un petit film d’horreur qui mettait en avant le ouija. Si le film semble avoir vieilli, il n’en demeure pas moins que la première séance de ouija se termine assez mal et on va retrouver cette scène dans tous les autres films abordant ce thème avec les suspicions de chacun pour savoir qui fait bouger la goutte. Un film qui semble sans prétention et fait avec les moyens du bord.

Image de prévisualisation YouTube

  1. Paranormal Activity d’Oren Peli

Paranormal Activity DVD

Considéré par beaucoup comme un très mauvais film, le premier Paranormal Activity avait le mérite de proposer autre chose dans le domaine de l’horreur. Et le voir seul, dans le noir avec un casque sur les oreilles, c’est plutôt pas mal. On retrouve là aussi un Ouija dans ce film, puisqu’à un moment, l’héroïne joue avec une planchette pour savoir si le démon est amical ou non, et le bois commence à prendre feu. Sans être une véritable révolution, on voit clairement par cette action que le démon n’est pas très gentil. Pour l’extrait, impossible de mettre la main dessus, mais on peut voir que l’équipe du film était à fond dedans, jouant même en dehors du champ des caméras.

Image de prévisualisation YouTube

  1. Insidious de James Wan

Insidious-vf

Point de Ouija dans l’excellent film de James Wan. Néanmoins pour communiquer avec l’au-delà et les esprits des morts, on aura droit à une séance de table tournante des plus incongrues. En effet, la médium met un masque à oxygène afin de rentrer plus facilement dans le monde des ténèbres. Il en résulte une scène glauque, un poil dérangeante et surtout dotée d’une mise en scène parfaite. On retrouvera d’ailleurs cela dans le deuxième épisode qui n’est pas mal du tout.

Image de prévisualisation YouTube

  1. L’Exorciste de William Friedkin

18835952.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le meilleur film d’horreur de tous les temps possède moult passages iconiques et forts, mais on a tendance à oublier ce que fait la petite Regan juste avant d’être possédée par le démon. Et oui, elle utilise un ouija comme un jeu, pensant se tailler une bavette avec le capitaine Howdy, un personnage de fiction qu’elle s’est elle-même créée, alors qu’en fait, il s’agit du démon Pazuzu. Un des passages les plus forts du film et qui annonce une possession par la suite devenue culte pour un grand nombre de personnes.

Image de prévisualisation YouTube

  1. Jusqu’en Enfer de Sam Raimi

19096862.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Si le film n’a pas remporté tous les suffrages lors de sa sortie, force est de constater que Jusqu’en Enfer se révèle être un film d’horreur efficace et décomplexé. En atteste la séance de table tournante qui vire au cauchemar face au Lamia, ce démon farceur, qui va d’abord prendre l’apparence d’une sorte de troll à travers le corps de la médium pur ensuite devenir une chèvre qui parle, le tout se terminant dans une danse. Point de ouija ici, mais une séance de table tournante pour un effet entre le comique et l’horreur, installant un certain malaise face à l’impuissance des protagonistes. L’une des scènes spirites les plus folles et inspirées du cinéma.

Image de prévisualisation YouTube

En conclusion, on peut dire que le spiritisme intéresse encore énormément de scénaristes et que ce n’est pas demain la veille que l’on ne verra plus de ouija et autre séance de table tournante au cinéma. Il serait d’ailleurs intéressant d’y mêler la religion ou encore les us et coutumes de différents pays pour aboutir, peut-être, à un film intéressant et surtout, effrayant.

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.