Toutes Folles de Lui

11208808_1084455351567873_187901573_n

Titre Original : Johnny Be Good

De : Bud S. Smith

Avec Anthony Michael Hall, Robert Downey Jr., Paul Gleason, Uma Thurman

Année: 1988

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Johnny Walker est un jeune footballeur très populaire dans son lycée. Un autre établissement scolaire semble vouloir l’incorporer dans son équipe…

Avis:

J’aime Robert Downey Jr, depuis le jour où je l’ai vu débarquer dans ce qui reste comme l’une de mes séries préférées « Ally McBeal« . Alors parfois, j’ai des crises de l’acteur et je pars à l’aventure. Avec l’arrivée dans les salles d’ »Avengers, l’ère d’Ultron« , j’ai eu envie de découvrir ce que je ne connaissais pas encore de lui et dans ma caverne, j’ai sorti « Toutes folles de lui« , un film qui a l’air typiquement Made In 80’s.

Ah la folie des années 80, leur teen movies, leurs BO aux sonorités qui ne correspondent qu’à cette époque, ces acteurs qui ne sont pas encore connus et dans celui-ci, il y en a une belle brochette. J’étais très content de me lancer dans ce que je pensais être une bonne comédie, malheureusement pour moi, j’ai très vite déchanté, d’ordinaire, je suis plutôt indulgent, surtout avec des films datant de ces années-là, mais là, pour le coup, j’ai bien cru que je n’allais pas en voir la fin, tant l’histoire, les gags et le jeu d’acteur sont mauvais….

11115949_1084455454901196_1306341608_n

Johnny Walker, c’est le jeune prodige du football de son lycée. Il est d’ailleurs tellement bon que les recruteurs se battent carrément pour l’accueillir l’année prochaine pour porter les couleurs de leur université. Johnny fait donc partie des privilégiés qui ont le droit de choisir leur fac. Pour lui, il prend ça comme un jeu et avec son meilleur ami, il a des projets bien plus importants, comme les sorties ou les filles. Mais pourtant, malgré ça, il va quand même visiter quelques facs, histoire de savoir où il va aller à la rentrée prochaine. Mais cette liberté de choix n’est pas du goût de son entraîneur qui lui a décidé qu’il ira jouer à la fac de Primont et il va tout faire pour convaincre le jeune homme.

Ouh la la… Moi qui m’attendais à me fendre la gueule devant un film typiquement sorti des années 80, et bien je peux vous dire que pour une comédie, je n’ai pas beaucoup ri. Une seule fois même, bon ceci dit, là, j’ai vraiment rigolé, devant une partie de foot de rue tordante avec des flics, mais pour le reste, c’est un peu le néant.

Les années 80 nous ont offert des films parfois d’une crétinerie déconcertante, mais pour l’instant, malgré les délires improbables, je m’étais toujours amusé devant… Oui, mais ça c’était avant, car ici, je crains avoir touché le fond. « Toutes folles de lui« , c’est la comédie américaine dans ce qu’elle a de plus pauvre. Je n’attendais pas grande chose de l’intrigue. Le film s’annonçait comme un film sur le sport, comme on en trouve beaucoup. Et bien malgré le peu de mes attentes, le film m’en aura donné encore moins. L’intrigue est à dormir debout, tout est exagéré et rien ne tient la route. Parfois, on se demande même ce qui se passe à l’écran, tant les réactions de certains personnages sont improbables et hors contrôle. Les personnages ne sont que des caricatures qui n’ont pas de charme et ne sont pas attachants. Les gags, pour la plupart, tombent à plat. L’humour est trop lourd pour faire rire. Puis les comédiens en font des caisses ce qui les rend, pour beaucoup, insupportables, la palme revient à Robert Downey Jr. Enfin, histoire de terminer ce tableau, la réalisation reste très approximative. Ce n’est pas affreux, mais le film ne dégage aucun rythme, j’ai même eu le temps de m’ennuyer alors qu’il ne dure qu’une heure et quart. Le film n’a pas de charme non plus, peut être que le temps n’a rien arrangé, mais le tout est kitsch au possible. Alors peut-être que vous allez me rire au nez, en employant le mot kitsch pour les années 80, puisque une grande partie de ces années-là sont géniales pour leur kitsch assumé, mais ici, c’est un festival de kitsch, qui sombre parfois dans le grand n’importe quoi. Il y a quand même un avion avec des cornes et des pointes de lézard sur tout son long… Dois-je en dire plus ?

Ce film est le seul et unique réalisé par Bud S. Smith et une fois qu’on l’a vu, il y a de quoi comprendre pourquoi… Et pourtant, le réalisateur avait de quoi faire rêver puisqu’il est le monteur de chefs d’œuvre comme « La Chasse » de Friedkin, de « Flashdance« , ou de « Darkman » de Sam Raimi. Il a même bossé sur l’incroyable « Le Convoi de la peur » de Friedkin en tant que réalisateur de la deuxième équipe. Comme quoi, la réalisation n’est pas faite pour tout le monde et je crois bien qu’il a compris, car depuis, il n’est jamais repassé derrière une caméra.

Grosse déception aussi au niveau du casting. L’un des gros attraits que j’avais pour ce film, c’était justement son casting et celui-là m’a laissé de marbre tant les acteurs sont mauvais. Comme je le disais, Robert Downey Jr est insupportable, mais ce n’est pas la tête d’affiche du film. Non, ici, c’est Anthony Michael Hall (« Dead Zone« ) qui passe tout le film avec l’air perché sur une autre planète. Alors ça peut être drôle au départ, mais au final, on se rend compte qu’il attend juste d’être dirigé. Puis il y a Uma Thurman, qui est complètement larguée avec un personnage dont je cherche encore à comprendre les réactions.

11198438_1084455408234534_2120420923_n

Bref, je ressors donc très déçu de ce film qui au final m’a plus gêné que fait marrer. J’étais sûr de l’aimer, le fun de ces années-là, puis le charme avec le temps qui passe, leur permet de presque tout pouvoir se permettre, mais là, pour le coup, je crois que le film a atteint les limites de ce qui aurait pu me faire rire. Je peux même dire que je suis plus que déçu, je suis même dégoûté de ne pas avoir apprécié ce film… Mais bon, les déceptions, même les plus grandes font aussi partie de la magie du cinéma.

Note : 05/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net