septembre 24, 2020

Royal Republic – Save the Nation

save_the_nation-20884213-frntl

Avis :

La réputation d’un groupe de rock ne tient jamais à grand-chose. En effet, il suffit parfois de faire les premières parties de bons groupes pour se faire un nom et gagner très rapidement une renommée d’enfer. Bien entendu, le savoir-faire des musiciens doit aussi être incontestable, mais parfois, une énergie sur scène, des rythmes endiablés et l’affaire est dans le sac. Royal Republic est un groupe de rock garage suédois qui est né seulement en 2007 autour du chanteur Adam Grahn et qui a connu un succès fulgurant dès leur premier album, We Are The Royal et tout cela grâce à une tournée où ils ont fait la première partie du mythique groupe punk The Offspring. Fort de ce succès et de ce très bon premier album au rythme rapide, à l’allure dansante et renouant avec le bon vieux rock sans fioritures. C’est en aout 2012 que sort Save the Nation, le deuxième skeud du groupe et qui ne marque aucun changement si ce n’est une énergie encore plus belle et des compositions un poil plus longues. On ne va pas se le cacher, ce second album est lui aussi très bon, un concentré de tubes et il envoie du boudin sur pas mal de pièces. Alors pourquoi est-il si bon ? Qu’est-ce qui fait ce succès rapide du groupe ? Un petit tour ver Malmö devrait nous renseigner.

La première chose qui peut paraître décevante de prime abord, c’est de voir la durée de l’album. En effet, avec 15 pièces, ce qui est pas mal du tout avec les temps qui court, l’album ne tient que 37 minutes, ce qui est très peu. Favorisant une approche directe et des morceaux qui foncent tout droit, Royal Republic, comme sur son premier album, met en avant des morceaux qui ne dépassent jamais les quatre minutes. Alors il est vrai que l’on pourrait croire que cela met en avant un manque d’imagination ou de technicité, mais il n’en est rien. L’album s’ouvre sur Save the Nation et il démontre toute l’énergie du groupe, clip à l’appui, avec une intro assez douce, pour monter rapidement vers une énergie folle et une envie de casser la baraque, avec une fin de refrain très nerveuse. Mais la force du groupe ne réside pas seulement sur une énergie qui frôle le hard rock, mais aussi sur des passages beaucoup plus rock, comme le premier tube de cet album, Addictive, aux paroles entêtantes et à la rythmique imbattable. Tout cela donne une folle envie de danser et de bouger la tête dans tous les sens. D’ailleurs, beaucoup de morceaux demeurent très dansant et taillés pour la scène, comme Stangers Friends Lovers Strangers et son solo à l’harmonica ou encore Be My Baby. Des morceaux plus sombres ponctuent le skeud, comme You Ain’t Nobody ou encore Revolution. On écoutera surement avec plus d’attention Everybody Wants to be an Astronaut, le morceau le plus travaillé techniquement du groupe et résolument celui qui entre le plus dans la catégorie « bankable » avec ses couplets et son refrain. Mais le plus surprenant dans tout ça, ce sont les morceaux très courts comme Punch Drunk Love allant véritablement vers le punk ou encore This Means War qui frôle le métal pendant moins d’une minute ou bien Let Your Hair Down qui ressemble à un morceau de rock des années 60/70. Bref, le tout forme quelque chose de très nerveux, énergique et varié, ce qui fait que cet album est un coup de cœur du moment. Sa courte durée lui permettant de se laisser réentendre plusieurs fois sans aucune lassitude.

royal_republic

Le groupe ne se repose pas uniquement sur le charismatique chanteur Adam Grahn. Même s’il demeure le chanteur emblématique du groupe, comme on peut le voir dans les quelques clips qu’a fait le groupe, comme sur Tommy Gun de l’album précédent ou encore Addictive de cet album, quelques chœurs font leur apparition dans cet album, notamment sur les morceaux I Don’t Wanna Go Out ou encore Let Your Hair Down. Néanmoins, il possède une belle voix, comme on peut l’entendre dans la dernière chanson citée, mais qu’il peut aussi pousser vers des cris pas dégueulasse comme on l’entend dans This Means War. Mais bien plus encore que son chanteur, c’est l’aspect cool qui se dégage du groupe et de ses morceaux. En effet, il en émane un sentiment de bonne humeur communicative et une absence totale de prise de tête. Les guitares, loin d’être de simples rythmiques proposent tout de même de bons moments de solo et la ligne de basse demeure très bonne. Bien évidemment, les paroles tournent souvent autour des femmes et de l’amour, mais aussi autour de la célébrité.

Au final, Save the Nation, le dernier album de Royal Republic est un excellent album. Direct, jovial, entêtant et avec des rythmiques classiques mais qui fonctionnent, le groupe promet des moments sur scène incroyables, tant les chansons sont taillées pour cela. Si l’on peut pester contre la courte durée du skeud, il permet ainsi un retour rapide à nos morceaux préférés et l’apprentissage des paroles devient presque automatique. Un groupe qu’il me tarde de voir sur scène tant leur musique déborde d’énergie et ça fait du bien !

  1. Save the Nation
  2. You Ain’t Nobody
  3. Be My Baby
  4. Everybody Wants to be an Astronaut
  5. Make Love not War (If You Have to Make War Be Sure to Make Time to Make Love in Between
  6. Strangers Friends Lovers Strangers
  7. Addictive
  8. Molotov
  9. Punch Drunk Love
  10. Sailing Man
  11. Let Your Hair Down
  12. Revolution
  13. Vicious
  14. I Don’t Wanna Go Out
  15. This Means War

Note: 17/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.