mars 7, 2021

See No Evil – Le Regard du Diable

See-No-Evil

De : Gregory Dark

Avec Glenn Jacobs, Christina Vidal, Michael J. Pagan, Samantha Noble

Année : 2006

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Un groupe de jeunes délinquants nettoie un hôtel pour s’acquitter de leur travail communautaire. Malheureusement pour eux, ils ignorent la présence d’un dangereux maniaque colossal qui y rôde. Ce dernier les enferme et commence à les pourchasser…

Avis :

Il n’y a pas si longtemps que cela, les cours d’école pullulaient de messieurs en slip et de femmes dans des positions lascives arborant des couleurs chatoyantes. Il y a environ six ans, le catch explosait à la télé et les cartes de jeu étaient devenues l’une des principales activités des jeunes têtes blondes. Si le phénomène s’est atténué assez rapidement, cela a permis aux gosses de découvrir un spectacle différent et des noms tels que l’Undertaker, CM Punk ou encore Rey Mysterio. Et si en France, on n’en entend presque plus parler, aux States, cela fait partie du patrimoine, et depuis des lustres. Un succès monstre qui a permis à la WWE, la société qui gère le catch, de se diversifier dans différents domaines et notamment le cinéma. Ainsi, les stars du catch ont pu jouer dans des films d’action ou d’horreur en mettant leur nom en avant. Et si John Cena était The Marine, Glenn Jacobs, alias Kane, devenait un tueur psychotique dans un vieil hôtel miteux. Alors on pourrait croire que See No Evil put le pur produit de consommation débile, et on n’en est pas loin, il reste un petit film d’horreur plaisant, rapide et sans concession.

18480841.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lors d’une visite d’une maison abandonnée, deux flics se retrouvent pris à partie par un tueur avec une hache. Si l’un perd la vie, l’autre perd son bras mais a le temps de tirer sur le mystérieux agresseur. Quelques années plus tard, ce même flic doit escorter huit jeunes qui doivent faire des travaux d’intérêt général. Ils vont devoir rénover un vieil hôtel de fond en comble pour recevoir des sans-abris. Malheureusement, cet hôte abrite le mystérieux tueur qui a une fâcheuse tendance à arracher les yeux de ses victimes.

Une bande de jeunes cons, un tueur au physique disgracieux et à la santé mentale défaillante, pas de doute possible, nous sommes bien devant un slasher bas de plafond. Sauf qu’il ne faut pas juger trop hâtivement les films comme ceux-là, car bien souvent c’est dans la simplicité que l’on fait les meilleures sauces. A titre d’exemple, on peut citer l’efficace You’re Next d’Adam Wingard. Du coup, See No Evil va se révéler efficace à plus d’un titre. Tout d’abord, on peut parler de sa durée. Le film est court, il ne dépasse pas les 1h20 et du coup, on ne va pas s’ennuyer devant étant donné que notre tueur à de la baraque à ne plus savoir qu’en faire. Et le film démarre très rapidement. Nos jeunes délinquants n’ont pas le temps de faire le tour de la bâtisse que déjà certains se prennent des coups de crochet ou de bons coups de hache. De ce point de vue là, on n’a pas à se plaindre, le film donne au spectateur ce qu’il attend, des meurtres assez sanglants et une violence bien présente.

Mais le plus surprenant dans ce film, c’est que l’ambiance est très intéressante. Venant d’un produit qui plait davantage aux gosses, on aurait pu s’attendre à quelque chose d’édulcoré de totalement aseptisé, mais c’est bien tout le contraire qui se passe. L’hôtel est vraiment dégueulasse et il semble presque irrécupérable. On a vraiment l’impression que les murs suintent d’une substance grasse et cela rappelle à quelque part Silent Hill 3. Outre l’aspect délabré de l’ensemble, on a aussi des plans qui visent l’écœurement, comme des gros plans sur des cafards ou sur des choses sanguinolentes, qui montrent bien que l’endroit n’est pas sain. En ce sens, le film est relativement bien foutu et il est aidé par une réalisation très clippesque.

Malheureusement, le film n’est pa exempt de défauts et cette réalisation en fait partie. Outre le surplus de coupures cut succinctes, le film oublie aussi de présenter correctement certaines séquences pour susciter de la peur. De ce fait, le film sera assez jouissif sur le plan de la violence graphique, mais il ne fera pas peur et c’est là un véritable problème pour un film d’horreur. La réalisation ne permet jamais d’amener des effets de surprise ou de mettre en avant des images iconiques et gênantes. On est très loin de Cold Prey par exemple. Autre défaut, le film ne fait pas la part belle à la surprise au niveau des personnages. On aura droit à la panoplie de clichés sur pattes, sans réels backgrounds et qui ne sont que de la chair à canon. Un peu plus de profondeur, notamment pour certains personnages, aurait été bienvenue. Enfin, le méchant n’est pas assez charismatique. Il fait le job, mais il lui manque quelque chose pour entrer dans le panthéon des grands boogeymen d’aujourd’hui.

18482211.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, See No Evil est un petit film d’horreur sympathique mais qui ne révolutionne pas le genre. Très prévisible, le film joue à fond la carte de la violence avec des meurtres efficaces et parfois sanglants, mais oublie de faire peur ou de susciter de l’empathie pour certains personnages (gentils comme méchant). Néanmoins, il s’agit d’un métrage surprenant pour quelque chose produit par la WWE, surtout dans l’ambiance craspec qui règne. Un petit film efficace malgré ses défauts.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.