What We Do in the Shadows – Entretien avec des Vampires

What_We_Do_in_the_Shadows_poster

De : Jemaine Clement et Taika Waititi

Avec Jemaine Clement, Taika Waititi, Jonathan Brugh, Cori Gonzales-Macuer

Année : 2015

Pays : Nouvelle-Zélande

Genre : Comédie

Résumé :

Les vampires Viago (379 ans), Deacon (183 ans), Vladislav (862 ans) et Peter (8 000 ans) partagent un appartement à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Malheureusement pour eux, et à cause de leur irrépressible besoin de s’alimenter en sang, ils ont du mal à se faire des amis ou à maintenir en vie des relations qui leur permettraient de fréquenter les établissements branchés de la ville. Sans vie sociale, ces créatures de la nuit arriveront-elles à surmonter leurs différences et s’adapter ainsi au monde moderne ?

Avis :

Comment faire du neuf avec du vieux et du poussiéreux ? C’est sûrement la question qu’ont dû se poser les deux réalisateurs (et acteurs) de ce film qui renouvelle deux choses. D’un côté, on va avoir droit à une comédie vampirique, qui n’a pas été aussi réussie depuis Le Bal des Vampires de Roman Polanski, et de l’autre, on va avoir droit à un modèle du genre en found-footage, qui atteint ici une utilité légitime et bien trouvée. Il faut dire que l’idée n’est pas de filmer des vacances qui tournent au carnage, mais plutôt de monter un documentaire avec une équipe de journaliste. L’effet n’est certes pas neuf pour les rompus au style et certains crieront au copiage puisque Derrière le Masque de Scott Glossermann explorait déjà cette facette là mais avec un tueur en série. Sauf que What We Do in the Shadows exploite à fond tous les poncifs du genre pour les détourner et fournir une vraie comédie intelligente, loufoque, avec des situations hilarantes et surtout un final qui tient la route.

075714.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Une équipe de reporters décide de faire un reportage sur les vampires vivant à Wellington. Ils vont donc faire un documentaire sur quatre vampires qui vivent en colocation. Viago, Deacon, Vladislav et Petyr sont quatre vampires de générations différentes qui essayent de vivre ensemble. On va donc suivre leur vie, leur soirée, leur façon de se nourrir et leur divertissement dans une Nouvelle-Zélande actuelle.

Le found-footage a prouvé plus d’une fois ses limites dans le cinéma horrifique. Néanmoins, on a pu voir que le style se prête parfaitement à d’autres genres comme le thriller avec l’excellent End of Watch, mais aussi à la comédie avec le fort sympathique Babysitting. What We Do in the Shadows rentre dans cette lignée, car même s’il parle de vampires, le film reste une comédie avec des idées toutes les trente secondes. Evidemment tous les trucs de vampires sont exploités comme l’absence de reflet dans un miroir, l’immortalité ou encore les objets religieux et l’hypnose. On va donc suivre quatre vampires qui se sont transformés dans des époques différentes et qui ont du mal à se faire au monde actuel. On aura donc un sosie de Dracula, adepte de la torture, un vampire plus délicat, un autre plus violent (il fut nazi durant un temps) et un dernier vampire de 8000 ans complètement difforme et asocial. Cette idée va permettre d’enchainer avec des gags hilarants, jouant sur les us et coutumes de l’époque mais aussi sur les rivalités qu’il peut y avoir. Autre idée parfaite, mettre un vampire tout récent, qui doit se faire à sa nouvelle vie et qui enchaîne les gaffes. Les rivalités entre les différents vampires vont donner lieu à des situations ubuesques mais terriblement drôles notamment lors des sorties en ville et en discothèque ou encore quand les vampires racontent leur vie face caméra (le coup du vampire nazi est juste parfait !).

Et si le film réussit son pari d’être très drôle, il est aussi très bien réalisé. La caméra n’est pas tremblotante, les plans sont toujours bien choisis et le fait que ce soit un reportage et donc monté, cela laisse plus de liberté pour les réalisateurs. On sent que tout est réfléchi et que pas mal de films dans ce style ont dû être digéré pour fournir un film à la réalisation propre. Même dans les moments un peu bordéliques, comme lors de la baston avec les loups-garous ou entre vampires, le film reste lisible et parfaitement maîtrisé. Et pour un film au budget aussi serré, les effets spéciaux sont tout juste hallucinants. Entre les transformations en chauves-souris, les disparitions, les transformations en loup-garou, les vols, le film est vraiment impressionnant de ce côté-là et utilise encore une fois la caméra à bon escient. Les acteurs sont eux aussi parfaits, on sent qu’ils se sont amusés sur le tournage et qu’ils ont pris un plaisir monstre à faire ce film.

183059.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, What We Do in the Shadows est l’une des meilleures comédies vampiriques depuis des décennies, voire l’une des meilleures comédies tout court. Novateur, drôle, acide, utilisant avec aisance et classe l’humour noir, ce film est une petite pépite à découvrir au plus vite qui ne connaîtra pas de sortie en salles malheureusement. Un film qui prouve une fois de plus qu’avoir des têtes d’affiche et un gros budget ne sont pas forcément nécessaires pour faire un excellent film. Il suffit d’avoir le talent et de l’idée, et c’est ce qui se passe avec What We Do in the Shadows. A découvrir d’urgence !

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

One Comment to "What We Do in the Shadows – Entretien avec des Vampires"

  1. […] Pour le plus sceptiques, voici notre critique: Vampires en Toute Intimité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net