Maudite Aphrodite

11072692_1053272631352812_251465196_n

Titre Original : Mighty Aphrodite

De : Woody Allen

Avec Woody Allen, Mira Sorvino, Helena Bonham Carter, F. Murray Abraham

Année: 1995

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Les Weintrib forment un couple ordinaire de New-yorkais. Amanda travaille sans relâche a sa galerie d’art, tandis que Lenny est journaliste sportif. Sous la pression d’Amanda, Lenny se résout à adopter un enfant, Max, qui au fil des années se révèle aussi délicieux que doué.
Pris dans la routine du couple et du travail, Lenny se demande de plus en plus à quoi peuvent ressembler les parents naturels de l’enfant qu’il élève. Et le voilà qui se lance sur les traces de celle qui a donné le jour à son fils.

Avis:

Il est étonnant de voir comment Woody Allen passe d’un style à un autre d’années en années. Après trente ans de carrière et presque autant de films, le réalisateur new-yorkais a encore des choses à dire sur la bourgeoisie, (et il en aura encore d’autres dans les années à venir). Après l’univers du théâtre et de la mafia dans le Broadway des années 20, Woody Allen se lance dans un film contemporain et aborde encore une fois l’un de ses sujets préférés.

Comédie de mœurs, « Maudite Aphrodite » est un film décalé dans la filmographie de son réalisateur. Depuis de nombreuses années, le réalisateur s’amuse à filmer la bourgeoisie new-yorkaise dans tous ses états. C’est un thème que Woody Allen aime et qu’il maîtrise parfois à la perfection, « Annie Hall« , « Manhattan« , « Crimes et Délits« , ou encore « Alice » en sont de très beaux exemples. Mais c’est aussi un style auquel j’accroche moins et c’est même avec ce thème-là que le réalisateur m’a le plus déçu, et c’est encore une fois ce qu’il va se passer avec cette « Maudite Aphrodite« .

11030748_1053272791352796_774911905_o

Lenny et Amanda forment un couple aimant et soudé. Elle travaille dans une galerie d’art, lui est journaliste sportif. Tout va bien dans leur couple, mais Amanda a envie de passer à l’étape supérieure, avoir un enfant, chose dont Lenny n’a pas très envie. Mais bon, il finit par céder et grâce à un bon plan, adopte le petit Max. Max va faire le bonheur de ses deux parents et pendant quelques années tout va aller pour le mieux. Mais un jour, Lenny a envie de voir et de rencontrer la mère biologique de Max, pour savoir qui elle est et à quoi elle ressemble. Il va mener sa petite enquête et découvrir qu’elle est très loin du portrait que Lenny aurait pu s’imaginer.

« Maudite Aphrodite » est considéré par beaucoup comme l’un des plus gros échecs de la carrière de Woody Allen. Un échec aussi bien critique que public car le film, au moment de sa sortie, n’avait pas si bien marché que ça. Personnellement, de ce cru 1996, je n’en attendais rien, car je n’en avais jamais entendu parler et il se trouvait être le prochain film du réalisateur dans ma rétro.

Continuant dans la comédie, le réalisateur a fait ici un film qui a réussi à me faire sourire grâce à l’idée géniale par rapport au personnage de la mère biologique du petit Max et les réactions outrées de son papa adoptif. C’est ce qui, je trouve, sauve le film d’un naufrage. Le génie comique de la plume de Woody fait mouche à plusieurs reprises, nous offrant des scènes parfois cocasses et d’autres fois déjantées. Des scènes drôles qui sont jouées avec brio par Mira Sorvino. Un rôle qui lui a valu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle et il est totalement mérité, tant l’actrice est terrible dans ce rôle. J’ai bien aimé aussi l’idée en elle-même du film. J’ai trouvé touchant le fait que Lenny ait envie de découvrir les origines de son fils. L’idée change de ce que l’on a l’habitude de voir, c’est-à-dire, d’ordinaire, c’est l’enfant adopté qui part à la découverte de ses origines et non le parent. Woody Allen fait donc preuve d’originalité, et on l’en remercie. Surtout que cette originalité reste dans ce style Allenien qu’on lui connaît.

Mais voilà, alors que le film aurait pu être très bon et peut-être faire partie du haut de la filmographie du réalisateur, Woody Allen a eu une idée étonnante, inhabituelle, qui s’avère excellente au début du film, pour en fait l’enfoncer petit à petit, gâchant le rythme et me sortant à chaque fois de l’intrigue. Cette idée, c’est d’entrecouper le film par un théâtre grec, qui nous raconte ce que l’on suit, et les ressentis parfois des personnages, d’où le côté décalé, dont je vous ai parlé plus haut. Au début du film, j’ai trouvé l’idée plaisante, car elle changeait de ce que le réalisateur fait habituellement avec ce thème-là, mais très vite, je me suis rendu compte que c’était une fausse bonne idée et que même si ces scènes-là dégagent quelque chose et sont intéressantes quand on les prend à part, elles m’ont très vite agacé et ont fini par tuer l’intérêt que je portais au film et c’est vraiment dommage, car il était vraiment bien parti.

11063358_1053272761352799_1618014142_n

« Maudite Aphrodite » est donc une petite déception, car je n’en attendais pas grand-chose, si ce n’est un film de Woody Allen amusant. Et dans un sens, même si je n’ai vraiment pas accroché avec les incursions théâtrales grecques que le réalisateur parsème par-ci et par-là, le show génial de Mira Sorvino m’a vraiment amusé. Je reste quand même satisfait de l’avoir vu, car ce serait dommage de louper l’actrice dans ce rôle et les bons moments qui vont avec, mais dans le fond, c’est un film très oubliable, noyé dans l’impressionnante filmographie de son réalisateur.

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net