Banshee Saison 3

Banshee-Poster-Saison3

D’Après une Idée de : Jonathan Tropper et David Schickler

Avec Antony Starr, Ivana Milicevic, Ulrich Thomsen, Frankie Faison

Pays: Etats-Unis

Genre : Thriller

Nombre d’Episodes : 10

Résumé :

Banshee, une petite ville des Etats-Unis en territoire Amish, en Pennsylvanie, est quelque peu perturbée par un nouvel arrivant énigmatique, expert en arts martiaux, qui se fait passer pour le remplaçant du shérif récemment assassiné. Il a bien l’intention de faire régner la loi, mais à sa manière, concoctant des plans qui ne servent que son intérêt…

Avis :

Le monde des séries est en train de devenir, depuis quelques années maintenant, un univers incontournable pour tout amateur de télé mais aussi de cinéma. Il faut dire que les moyens sont plus conséquents, qu’une armada de fans s’est formée autour de certains phénomènes et que des conventions ont même vu le jour. Qu’elles soient directement inspirées par des romans comme Game of Thrones, ou alors qu’elles tirent leurs origines de films comme Bates Motel ou Hannibal, ou alors qu’elles soient complètement originales, les séries passionnent et deviennent qualitativement au-dessus de certains films, tant au niveau du scénario qu’au niveau de la réalisation. Il suffit de voir True Detective pour s’en rendre compte. Banshee fait partie des séries évènements qui commencent à avoir un succès fou, notamment grâce à un ton inédit et une absence de limite qui fait vraiment plaisir à voir. La troisième saison atteste de tout le potentiel de cette série, affichant clairement son côté « WTF » et ne laissant aucun répit au spectateur, entre sexe, violence et personnages badass.

191484BansheeHellofaFight

Lucas Hood est le shérif de Banshee. Du moins c’est que pensent les habitants et ses collègues de boulot. En vérité, l’homme qui se cache derrière l’identité de Hood est un voleur hype entrainé et qui fait la justice comme il l’entend dans la ville. Perdu entre les amish et les Kinaoh, Banshee a un statut particulier. Alors que les premiers sont pacifistes mais ont pondu l’un des pires trafiquants de drogue de Pennsylvanie sous les traits de Kai Proctor, les seconds sont entrainés dans une guerre que Chayton Littlestone compte bien mener à son terme en reprenant la terre de ses ancêtres. Au milieu de tout ça, le shérif prévoit un casse de six millions de dollar dans un camp militaire qui semble être autre chose.

Si vous recherchiez un quelconque soupçon de réalisme, alors Banshee n’est clairement pas pour vous. En effet, si la série demeure hyper réaliste dans le sort de certains personnages, elle reste complètement jusqu’auboutiste, enchainant des péripéties improbables, mais proprement jouissives. Rarement une série télé n’aura été aussi loin dans la violence graphique. Ça saigne, ça frappe fort, c’est sans limite et c’est vraiment bien foutu. D’ailleurs les scènes de combat sont hallucinantes, lisibles et dépassent sans aucun problème certains films qui se disent d’action. Mais au-delà de cette violence exacerbée, la série affiche des épisodes tout bonnement époustouflant, à l’image du troisième, qui n’arrête pas une seule seconde, démarrant avec une baston de folie, gore, pour continuer vers une montée de la violence incroyable. Ce sera d’ailleurs l’épisode le plus frénétique, tant et si bien que le réalisateur n’aura pas le temps de foutre une scène de cul. Alors effectivement, on pourra reprocher l’aspect bordélique de tout ça, avec des personnages qui maîtrisent à la perfection les arts du combat ou encore des nanas toutes plus canons les unes que les autres, mais c’est le crédo de la série, jouant sur une surenchère pour exploser pleinement à la tronche du spectateur, submergé par une vague incontrôlée de rebondissements et de moments purement iconique, à l’image de Proctor se retournant face carrément alors qu’il crame des corps.

D’ailleurs, tous les personnages de la série sont profondément charismatiques et badass. Lucas Hood, incarné par Antony Starr est le symbole même du beau mâle mystérieux, qui en a chié dans sa vie et qui en a plus rien à foutre de rien, réglant les affaires comme il l’entend. L’acteur est juste parfait dans ce rôle, et cela depuis le début de la série. Bien entendu, certains personnages prendront plus d’importance, comme Sugar, le barman ancien boxeur au passé un peu trouble et qui sera plus touchant que d’habitude ou encore Job, le hacker de génie, dont on en sait un peu plus sur son passé. Les personnages féminins sont un peu en retrait sur cette saison et restent assez détestables, à l’image de Rebecca (Lili Simmons) ou encore Carrie, qui ne possède pas vraiment de fil rouge. Par contre, certains personnages secondaires deviendront très intéressants, comme Burton, le bras droit psychotique de Proctor, dont on perçoit la fidélité mais aussi la folie qui l’habite. D’ailleurs, l’acteur est incroyable de justesse.

On peut aussi parler de Brock qui gagne en charisme et en intérêt, devenant par là même très attachant, ce qui manquait au personnage. Au niveau des méchants, c’est la foire à la sale tronche. Chayton Littlestone est une masse de muscle, haineux et l’acteur l’incarnant est juste parfait. Il s’agit du méchant le plus charismatique d’une série à ce jour. On trouve aussi un militaire schizophrène absolument révoltant et énervant. Enfin, au rayon des nouveaux venus, on peut parler de l’ancien nazi, Bunker, qui possède encore ses tatouages et qui veut s’en débarrasser et qui est incroyable, ayant, sur le dernier épisode, l’une des scènes les plus puissantes en matière d’émotion. Les créateurs en profitent aussi pour brasser des thèmes intéressants, comme la rédemption, le pardon ou la vengeance, avec des personnages troubles, mais qui veulent s’en sortir. Autant dire que l’on attend beaucoup du personnage de Bunker dans la saison 4. Enfin, en dehors des personnages, on peut aussi dire que la série possède quelques fulgurances et de très bonnes idées comme ce magnat de la pègre trop gros pour se déplacer et ayant un semi-remorque comme appartement.

indien

Au final, Banshee Saison 3 est une pure tuerie qui fait office de char d’assaut dans le domaine des séries. Violent, gore, sexuel, jouissif, les superlatifs ne manquent pas pour ce genre de production qui ose, s’aventure vers le n’importe quoi mais sans jamais oublier le divertissement tout en restant cohérent. Alors oui, c’est improbable, mais c’est très bien foutu et le plaisir ressenti est toujours présent, jusqu’à devenir accro, avec un final ouvert sur une quatrième saison qui s’annonce différente, laissant plein de pistes mais promettant beaucoup. Une série vouée à devenir culte.

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net