Red – Of Beauty and Rage

gallery_7_2_62385

Avis :

Le rock chrétien ou christian rock pour les puristes, est un genre assez particulier et qui n’a pas du tout de place dans notre beau pays. Principalement originaire des Etats-Unis, il s’agit de groupes de rock, voire de hard rock et de métal, se revendiquant chrétiens et mettant en avant des paroles parlant de Dieu et d’autres bondieuseries. Il n’est pas évident de trouver des albums de ce genre en France, et hormis peut-être The Devil Wears Prada qui fait du metalcore chrétien, les groupes ne se bousculent en France. Et pour cause, bien souvent on se fout un peu des paroles en anglais et c’est plus la rythmique et la technique qui prime, et il est difficile de faire croire en Dieu en quelques accords et autres pincements de doigts. Red est un groupe originaire de Nashville et au début de leur carrière, en 2006, il se revendique chrétien. Les paroles sont alors axées sur la religion et notamment sur le fait que lorsque tout va mal, la religion peut être une solution pour s’en sortir. Cela dure sur les deux premiers albums, qui marchent plutôt pas mal en termes de radio, mais peu en vente de disques. C’est avec son troisième album que le groupe du christien rock pour aller vers le métal pur et des paroles qui ne parlent pratiquement plus de Jésus et ses apôtres. Of beauty and Rage est leur cinquième skeud et il montre la volonté du groupe à mélanger les genres sans jamais prendre parti pour l’un ou l’autre et c’est finalement ce qui va faire défaut à l’album.

Après une intro grandiloquente à grand renfort de violons, on se retrouve avec Impostor. Le titre est sombre, il met du temps à se mettre en place pour essayer d’instaurer une ambiance un poil malsaine et sombre et c’est plutôt pas mal. L’alternance screamo et chant clair est plutôt bien équilibrée avec des riffs bien agressifs. On entendra aussi quelques violons en fond avant le refrain et c’est là que le bât blesse. Sur quasiment tous les titres, le groupe nous fout du violon ou du piano, adoucissant le tout et voulant faire trop grandiloquent par rapport à la carrure de la formation. En fait, le principal défaut du skeud, c’est de ne jamais se focaliser sur un style, un genre. Il est vraiment que la diversité est importante au sein d’un album, mais pas besoin d’en rajouter une couche pour faire grand groupe ou métal symphonique sans jamais s’en donner vraiment les moyens. D’ailleurs, le skeud se suffit à lui-même puisqu’il alterne des morceaux assez violents avec d’autres plus pop ou encore des ballades plutôt mignonnes. Dans le même style et proposant aussi bien de l’excellence que des défauts, Shadow and Soul s’impose d’elle-même. Démarrant au quart de tour puis retombant dans la langueur d’un groupe comme Muse, Red s’efforce ensuite de foutre tout en paquetage, violon, gratte, scream, pour faire violent et percutant. Malheureusement, avec un refrain faiblard et une alternance trop marquée entre les deux genres (rock et métal), on reste sur quelque chose d’intéressant mais de trop fouillis.

Red

Ensuite, l’album est assez mal équilibré dans sa structure même. Si certains titres comme Of These Chains, très calmes et tenant de la ballade, sont présents en milieu d’album, on a plus la sensation d’avoir un regroupement de mièvreries sur la fin. Percutant au départ, le groupe s’assoupit sur la fin pour laisser l’auditeur sur une note assez décevante alors qu’in fine, le skeud est plutôt bon et agréable. On notera des morceaux plus violents que les autres comme Fight to Forget et sa rupture en screamo puissante et efficace ou encore Falling Sky et son orchestre de violons couplé à une batterie énergique rendant le tout assez dantesque et plaisant, ou bien Gravity Lies, le titre le plus métal du skeud, qui envoie du très lourd en chant clair dans le refrain mais aussi en scream puissant et maîtrisé. Néanmoins, difficile de ne pas être déçu par certains morceaux passe-partout, et qui ne marque pas du tout les esprits, comme Yours Again, d’une platitude consternante ou encore Take Me Over qui semble fait dans le même moule que la chanson précitées. Alors certes, ce n’est pas nul, loin de là, mais cela reste très académique et un peu trop gentillet.

Au final, Of Beauty and Rage, le dernier effort de Red, reste un album intéressant et pas si dégueulasse que cela. On lui reprochera une approche très commerciale sur certains titres et une volonté de faire trop grandiloquent par rapport à un style qui mérite d’être plus percutant. Enfin, c’est relativement pénible d’écouter un chanteur qui lui-même s’écoute chanter dans un élan de trémolos ou de variations, comme s’il était continuellement à la Nouvelle Star. Bref, un album de métal/hard rock pas dénué d’intérêt, plutôt sympathique même, mais qui n’a rien d’extraordinaire.

  1. Descent
  2. Impostor
  3. Shadow and Soul
  4. Darkest Part
  5. Fight to Forget
  6. Of These Chains
  7. Falling Sky
  8. The Forest
  9. Yours Again
  10. What You Keep Alive
  11. Gravity Lies
  12. Take Me Over
  13. The Ever
  14. Part That’s Holding On
  15. Ascent

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net