Mad Max Au-Delà du Dôme du Tonnerre

aff.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Mad Max Beyond Thunderdome

De: George Miller et George Ogilvie

Avec Mel Gibson, Tina Turner, Frank Thing, Angry Anderson

Année: 1985

Pays: Australie, Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Max, de retour, s’est fait dépouiller de son maigre bien. Suivant le voleur, il arrive à la Ville du Troc, où règne Entity. Celle-ci l’engage pour qu’il la débarrasse de Master et Blaster, rois du Monde souterrain. N’ayant voulu tuer Blaster, Max est abandonné en plein désert, d’où il ressurgit à la tête d’une troupe d’enfants pour faire exploser la Ville du Troc.

Avis :

Trilogie à succès faisant partie du panthéon du cinéma de science-fiction, Mad Max a vu le jour à la fin des années 70. C’est deux ans plus tard qu’une suite voit le jour et elle surpasse largement le premier opus, étant plus axée post-apocalyptique, ayant un budget plus conséquent et une histoire plus complexe sur fond de guerre politique aboutissant à une guerre atomique. Pour les fans de l’époque, il aura fallu attendre près de quatre ans pour voir un troisième épisode. En corrélation entre George Miller et Georgie Ogilvie (inconnu au bataillon et qui ne réalisera par la suite qu’un petit film avec Russell Crowe, The Crossing), ce troisième volet n’emportera pas les suffrages et pour cause, il n’a plus aucun lien avec les deux films précédents et il change complètement de ton malgré un début prometteur.

18957511.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Max se traine seul dans le désert. Il se fait alors voler tout ce qu’il possède par un homme en avion. Se lançant à sa poursuite, il se retrouve à Trocville, une ville où tout s’échange et se monnaye. Il se fait de suite remarquer et Entité, la reine de Trocville, le demande pour engager un combat contre Blaster et Master, qui dirige le sous-sol, source d’énergie grâce au méthane relâché par les cochons. Se refusant à tuer Blaster dans le dôme du tonnerre, il est envoyé en exil dans le désert. Il se fait retrouver par une jeune fille qui l’amène dans une sorte de colonie peuplée d’enfants et d’adolescents. Rêvant du monde d’avant, les enfants vont forcer Max à revenir à Trocville et à mettre tout sens dessus dessous.

Quand on regarde ce troisième volet de Mad Max, on sent dès le départ que quelque chose ne va pas. En effet, dans la première séquence, il se fait tirer toutes ses affaires par un mec en avion. Sauf que dans le deuxième film, ce mec est un ami de Max, une aide précieuse pour sauver les citernes d’essence. On ne peut s’empêcher d’y voir comme une tromperie envers la saga, comme si ce qu’il y avait avant n’avait pas exister. Surtout que pour le coup, c’est le même acteur qui tient le rôle du pilote. Néanmoins, par la suite, le film va s’engager vers quelque chose de plus plaisant et de plus adulte. On retrouve l’ambiance si caractéristique de Mad Max avec ce qu’il faut de tarés punks et de survie humanitaire dans un monde post-apo. D’ailleurs, le film retrouve de sa violence avec son duel dans le dôme et sa surprise très intéressante. Jusque-là, le film tient bien la route, hormis Tina Turner qui surjoue continuellement. Mais le monde de Trocville, les personnages, la violence, tout est assez cohérent.

Mais vers la moitié du film, alors que Max est dans le désert en train de mourir, il est recueilli par une gosse qui l’amène dans une tribu dans un endroit bucolique. Et c’est à partir de là que le film part à vau l’eau. A croire que les deux réalisateurs n’en avaient plus rien à foutre de leur univers sombre et de l’atmosphère lugubre des deux premiers épisodes. On se retrouve avec quelque chose proche des Goonies mais dans un univers qui ne correspond en rien à ce genre de film. Délaissant complètement l’aspect hard boiled de la saga, cette seconde partie plombe le film en longueur, en incohérence et en moments trop enfantins. Alors on peut se complaire dans la course-poursuite de fin, impondérable de la série et qui reste de bonne facture, mais loin, très loin derrière l’épisode précédent. D’ailleurs, la tournure de fin reste assez abrupte, et les tenants et les aboutissants de celle-ci restent franchement minime. Du coup, elle devient moins prenante que les autres courses-poursuites.

18957512.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Mad Max Au-Delà du Dôme du Tonnerre, troisième volet de la saga Mad Max, reste bien en-dessous des deux autres films. A contre-sens du genre post-apocalyptique, du moins dans sa seconde moitié, le film perd en intensité et en violence, livrant un film pour jeunes enfants dans un monde qui ne correspond pas du tout à cela. Mais ne soyons pas non plus trop mesquin avec ce film, puisqu’il possède tout de même une bonne intro et une course-poursuite intéressante, avec une réalisation, certes moins inspirée que pour les deux premiers films, mais assez sympathique.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net