octobre 27, 2021

La Strada

11026421_1045159032164172_1466577137_n

De : Federico Fellini

Avec Anthony Quinn, Giulietta Masina, Richard Basehart, Aldo Silvani

Année : 1954

Pays : Italie

Genre : Drame

Résumé :

Gelsomina a été vendue par sa mère a Zampano, qui la brutalise et ne cesse de la tromper. Ils partent ensemble sur les routes, vivant misérablement du numéro de saltimbanque de Zampano. Surgit Il Matto (le fou), violoniste et poète, qui seul sait parler à Gelsomina.

Avis :

Federico Fellini, une montagne, une légende, tout bon cinéphile qui se respecte se doit d’aimer les films du papa italien. Réalisateur de génie, aux multiples récompenses avec pas moins de quatre Oscars du meilleur film étranger dont un pour « La Strada » justement, l’homme réussit tout ce qu’il entreprend. Personnellement, de Fellini, à ma grande honte, je n’ai vu que « La dolce Vita« , que j’avais vraiment aimé.

Après la très belle expérience qu’avait été « La Dolce Vita« , j’avais très hâte de retourner dans l’univers du maestro italien. Alors quand je suis tombé sur « La Strada« , je n’ai pas hésité une seconde, connaissant le film de réputation, j’avais hâte de repartir dans l’Italie des années 50. Mais malheureusement et à ma plus grande gêne, « La Strada » s’avère être une magnifique déception. C’est un film qui ne m’a pas du tout passionné, bien au contraire, c’est un film qui m’a ennuyé, agacé et dont j’ai trouvé l’histoire tout simplement effroyable. Je peux dire qu’à aucun moment il n’a réussi à me séduire, et je me suis vu rester en dehors de l’œuvre pendant toute sa durée.

11039471_1045159178830824_1411799540_n

Gelsomina est une jeune femme sans histoires. Un beau matin, faute d’argent, sa mère la vend à Zampano, l’homme aux poumons d’acier. Zampano est un saltimbanque, sur sa mobylette aménagée, il passe de village en village afin d’y faire des prestations. Quand sa mère la vend à cet homme, Gelsomina pense alors devenir une artiste de rue et ainsi aider Zampano dans son petit spectacle. Mais voilà, la réalité est bien différente et Zampano se trouve être un homme parfaitement détestable. Zampano la bat, la rabaisse, la trompe en permanence et ne la considère pas. C’est un être violent, capable du pire. Alors que Zampano arrive à se faire engager dans un « cirque », Gelsomina va faire la connaissance d’un des clowns du cirque. Surnommé le fou, il sait parler aux femmes et surtout à Gelsomina. Mais cette relation amicale n’est pas vue d’un bon œil par Zampano qui très vite s’oppose.

Il va être très difficile de décrire mon ressenti et la frustration que j’ai éprouvée en découvrant mon deuxième Fellini. J’étais certain de l’aimer ce film, j’avais même un programme en moi, qui voulait voir et hurler au chef d’œuvre, mais ce ne fut absolument pas le cas.

Si je trouve le film très beau esthétiquement parlant. Que dans la mise en scène, j’ai retrouvé ce qui m’avait plus dans « La dolce Vita« , je dois dire que le reste m’a laissé de marbre. Enfin non, pas de marbre. En fait, le film m’a beaucoup agacé. Je connaissais pourtant l’histoire, je savais où je mettais les pieds, mais malgré cela, j’ai trouvé cette « Strada » atroce. Son intrigue ne m’a pas convaincue du tout. Bien au contraire, je dois dire qu’elle a eu tendance à m’horripiler. L’intrigue est affreuse, je n’ai pas du tout aimé comment le réalisateur la traitait. Pourtant, le film aborde des sujets forts et intéressants, comme la condition de la femme, la place de l’homme dans la « famille », les maltraitances diverses, puis les compromis aussi que l’on se fait dans un couple pour le bien de l’autre. Des sujets qui d’ordinaire m’auraient charmés, voir passionnés, mais qui ici n’ont laissé place qu’à l’horreur. Je sais que les mots sont forts et que je risque d’en choquer, voire, même énerver plus d’un, mais c’est mon ressenti. Bref, l’histoire est méchante, éprouvante, gênante, embarrassante et avec une fin des plus douteuses. S’il la battait, c’est parce qu’il ne savait pas comment lui dévoiler ses sentiments… J’ai trouvé ça un peu rude tout de même, surtout que le personnage de Zampano, ô combien détestable, ne s’arrête pas là, puisque en une heure trente de temps, il va violer, battre, humilier et abandonner comme une veille paire de chaussettes ce qui est donc la femme de sa vie. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à comprendre ce que le film voulait dire. Fellini parle des conditions de la femme, mais je trouve sa façon d’aborder le sujet mauvaise et très loin de la subtilité avec laquelle il faisait preuve pour critiquer la bourgeoisie romaine dans « La Dolce Vita« . Ici, tout est très premier degré et ce n’est que souffrance et déchéance à laquelle on assiste totalement impuissant. De plus, je n’ai pas du tout adhéré aux traitements, en particulier celui de Gelsomina, qui m’ont profondément agacés pendant tout le long. Je n’ai pas compris le personnage, je n’ai pas compris pourquoi cette femme, qu’on a quand même vendue comme un bout de viande, arrive à trouver en elle des sentiments face à ce rustre désagréable qui lui fout sur la gueule. Et c’est avec tristesse que j’avoue ne pas avoir fait l’effort aussi de comprendre au bout d’un moment. J’ai simplement lâché prise et attendu que le générique final arrive.

Comme j’ai fait un véritable blocage avec les personnages, ça a fait un effet ping-pong avec les comédiens que je n’ai pas du tout aimé. J’ai trouvé le grand Anthony Quinn usant et absolument pas attachant, même avec ce film si dramatique. Quant à Giulietta Masina, qui joue l’esclave d’Anthony Quinn, je ne préfère même pas aborder le sujet, tant j’ai trouvé l’actrice agaçante dans son comportement et les yeux perdus dans le vide. Non, en fait c’est le personnage que j’ai vraiment détesté. Par contre, j’ai eu beaucoup de sympathie pour Richard Basehart, qui joue le fou. J’ai pris son personnage comme un très beau bol d’air frais.

11051170_1045159382164137_2036474546_n

Alors, je ne sais pas si le réalisateur cherchait à déstabiliser son spectateur. Peut-être que le but recherché était d’énerver ou d’agacer ceux qui regardent son film. Car si tel est le cas, alors le film est une très belle réussite. Mais je ne pense pas que ce soit le cas. Je reste donc vraiment déçu par ce film. Je suis malheureusement resté totalement en dehors de sa magie et c’est avec frustration et colère que j’y pense. Allez au Fellini suivant, car je ne peux pas rester sur un sentiment pareil.

Note : 04/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=5OJZ_nm6G-M[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.