novembre 30, 2020

Nuits de Chine

10962075_1033838119962930_1727310613_n

Titre Original: Don’t Drink the Water

De: Woody Allen

Avec Woody Allen, Michael J. Fox, Mayim Bialik, Dom DeLuise

Année: 1994

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

En pleine guerre froide, Walter et sa famille passent leurs vacances dans un pays d’Europe de l’Est. Accusés d’espionnage pour avoir pris des photos, ils trouvent refuge à l’ambassade américaine. Ils y font la connaissance d’un diplomate particulièrement incompétent.

Avis:

« Nuits de Chine« , dans son titre français, est un film particulier dans l’interminable carrière de Woody Allen. Ce film que Woody Allen a réalisé en 1994 est l’adaptation de la toute première pièce de théâtre que le réalisateur avait écrite en 1966. Produit pour la télévision, ce téléfilm renoue un peu avec ce que Woody Allen fait de mieux, l’humour absurde parcouru de non-sens. Ce qui me redonne le sourire, car ses années 90 s’annoncent clairement mieux que ses années 80.

Comédie délirante, Woody Allen s’attaque cette fois à la guerre froide et nous offre avec « Nuits de Chine » un bon film, qui devrait vous faire sourire, surtout que le film va réunir à l’écran un casting des plus réjouissants, Woody Allen donnant la réplique à Michael J. Fox et rien que pour cela, le film vaut amplement le détour. Car Michael J. Fox chez Woody Allen, on ne voit pas ça tous les jours.

10965234_1033838389962903_697599475_n

En pleine guerre froide, une famille fait du tourisme dans un pays d’Europe de l’Est. Prenant des photos souvenirs, ils sont pris pour espions par la police et l’armée du pays. Paniqués, ils se réfugient à l’ambassade d’Amérique. Si pour le moment, ils sont en sécurité, il va falloir les faire sortir du pays, mais comment ? Surtout que l’ambassadeur n’est pas présent dans les lieux, il est en voyage aux États-Unis et c’est son fils, un jeune homme quelque peu malchanceux qui tient le gouvernail de l’ambassade et l’avenir de la famille Hollander entre ses mains et le moins que l’on pourra dire, c’est qu’entre le fils et la famille, niveau malchance, ils se sont bien trouvés.

Woody Allen retrouve l’absurde et ça fait du bien. « Nuits de Chine » avait déjà fait l’objet d’une adaptation cinéma trois ans après son passage sur la scène de Broadway, c’est-à-dire en 1969 par Howard Morris. Un film dont Woody Allen ne fut jamais vraiment satisfait, si bien qu’il décida de réaliser lui-même son adaptation. « Nuits de Chine » est peut-être le film le moins connu dans la carrière du réalisateur de New-York et pourtant, c’est un film qui mérite qu’on s’y intéresse et qu’il sorte de l’ombre. Comédie loufoque, Woody Allen avec ce film se renouvelle dans plein de sens. Il change de registre abordant avec beaucoup d’humour la guerre froide, ses dangers et sa paranoïa, ici une famille qui prend de simples photos est de suite vue par les autorités comme des espions à abattre. Et le portrait qu’en fait Woody Allen, avec le génie de sa plume, le non-sens et toute la dérision dont il est capable, nous fait passer un bon moment. Le film nous offre des situations aussi cocasses qu’improbables. On rigole souvent des situations auxquelles la famille, comme le fils de l’ambassadeur, sont confrontés. Chacun d’eux arrivant à faire halluciner l’autre. Ensuite, malgré que ce n’en soit pas vraiment un de bout en bout, Woody Allen s’essaie aux huis- clos. On sortira quelques fois de cette ambassade, mais la plupart du temps, on reste cloîtré en ces murs et le réalisateur s’en sort bien, puisque son film n’est pas ennuyant, qu’il s’y passe toujours quelque chose et que le tout fonctionne bien. Le seul petit truc qu’il lui manque pour que ce soit génial, c’est la petite étincelle. Tout est bien et bon, mais pourtant, le film ne reste que sympa à suivre, alors qu’il aurait peut-être pu être l’un des meilleurs films du réalisateur si celui-ci avait donné à son récit un regard plus dur. Si le film tout en restant un divertissement, avait été une critique un peu plus profonde de la bêtise de la guerre de froide. Bien sûr, c’est abordé, mais on aurait apprécié quelque chose de plus profond.

Woody Allen pour ce film s’est entouré d’un casting intéressant. Peuplé d’acteurs que je découvre au milieu des deux grosses têtes d’affiche, Woody Allen lui-même qui reste comme à son habitude dans l’éternel bonhomme hyper actif qui se pose trop de questions à la minute et Michael J. Fox, dans la peau d’un fils de bonne famille qui essaie de faire les choses bien, mais qui malheureusement n’a pas de veine. L’acteur est drôle et naturel comme on l’aime. L’acteur plutôt rare sur les écrans, me prouve à chaque fois que je découvre un rôle de lui, qu’il me manque. Parmi les comédiens que je découvre dans ce film, celle qui récolte toutes mes voix, c’est Mayim Bialik, qui joue la fille d’Allen et qui est vraiment très, très drôle. J’ai eu l’impression de voir une version féminine de Woody Allen et c’était fun.

10994720_1033838139962928_884091870_n

C’est donc avec plaisir que je découvre ce téléfilm, seul et unique dans la carrière de son réalisateur. Woody Allen m’a diverti et fait rire devant cette comédie et je retrouve un peu de ce que j’avais tant aimé chez lui. Bien sûr, ce ne sera pas la meilleure comédie de la carrière de son réalisateur, ni même de cette décennie, mais ces « Nuits de Chine » ont leur charme et méritent qu’on les retienne.

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.