octobre 26, 2020

Paris, Texas

10965923_1028309487182460_1508015043_n

De : Wim Wenders

Avec Harry Dean Stanton, Nastassja Kinski, Hunter Carson, Dean Stockwell

Année: 1984

Pays: France, Angleterre, Allemagne, Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Un homme réapparaît subitement après quatre années d’errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Ils partent pour Los Angeles récupéré le fils de l’ancien disparu, avec lequel celui-ci il part au Texas à la recherche de Jane, la mère de l’enfant. Une quête vers l’inconnu, une découverte mutuelle réunit ces deux êtres au passé tourmenté.

Avis :

Le cinéma allemand a connu lui aussi sa nouvelle vague. Dans les années soixante et soixante-dix, tout un tas de réalisateurs ont changé la donne avec un cinéma plus social et politique. Parmi les grands noms que l’on peut retenir, on trouve Werner Herzog, Volker Schlöndorff, Werner Schroeter et bien entendu Wim Wenders. Le réalisateur auquel je vais m’intéresser aujourd’hui, puisque c’est le premier film que je vois de lui et que j’ai beaucoup aimé.

« Paris, Texas« , la palme d’or du festival de Cannes 1984, un film qui jouit d’une très belle réputation. Devenu culte avec les années, ce film s’inscrit dans la période américaine du réalisateur, co-adapté par l’acteur Sam Shepard d’après son propre roman, Wim Wenders nous offre un très beau drame sur la possibilité de réparer ses erreurs passées. Un film porté par des acteurs imprégnés et des images magiques, Wim Wenders m’a fait voyager à travers ses Etats-Unis et j’ai adoré ça.

Cela fait maintenant quatre ans que Walt n’a plus de nouvelles de son frère. Alors qu’il était avec une jeune femme avec laquelle il avait eu un enfant, l’homme a tout simplement disparu. Puis un jour, il est retrouvé errant dans le désert. Son frère est donc appelé et vient le chercher. Travis, au départ silencieux, va sortir de son mutisme et refaire la connaissance de son jeune fils aujourd’hui âgé de huit ans. Et peu après son arrivée dans la maison de Walt, Travis décide alors de partir avec son fils à la recherche de Jane, la maman de Hunter, car elle aussi est partie peu après le départ de Travis.

Avec cette affiche aussi culte que le film lui-même, je peux vous dire que m’installant devant ma télé pour découvrir ce « Paris, Texas« , je m’attendais à quelque chose de très grand et je n’ai pas été déçu, car c’est bel et bien un film magique que j’ai découvert.

10966881_1028309610515781_505204132_n

Un homme brisé part à la recherche du bonheur, mélangeant son passé, son présent et espérant son futur. C’est un film très mélancolique que Wim Wenders a réalisé. Un film qui fait la part belle à la contemplation et à l’émotion. Si son intrigue ne révolutionne pas grand-chose, le film sera vous conquérir tout de même, grâce à la maîtrise de son réalisateur pour nous emmener dans son histoire et au plus près des troubles, des interrogations et des drames de son personnage. Puis l’histoire est touchante et le parcours de cet homme est très bien raconté et on le suit sans aucun ennui, malgré le côté assez contemplatif du film. Ici, le film est aussi sensible qu’intelligent et il sera comment créer un certain suspens qui nous portera jusqu’à son chapitre final.

Ce qui fait la très belle force de « Paris, Texas« , c’est sa mise en scène, qui est tout simplement un sens faute. Brillant, enivrant, immergeant, tout simplement passionnant en fait. Quand on découvre ce film avec ses cadrages magiques, ses plans-séquences fascinants, on se dit que le réalisateur n’a absolument pas volé sa palme d’or. Le réalisateur filme les grands espaces américains avec beaucoup de talent. Il filme son personnage de manière à nous mettre au plus proche d’eux et l’on est touché par le destin de Travis, en particulier, vers la fin du film, quand enfin, il va retrouver sa femme. J’avoue avoir été surpris et ému par la tournure que prend le film. Le film est aussi accompagné par une bande son absolument sublime qui contribue, elle aussi, à notre immersion. Elle donne un petit côté western moderne au film et c’est un vrai plaisir pour nos oreilles, car chaque note est belle et très bien placée dans le film. D’ailleurs, je pense que le film perdrait beaucoup de sa capacité à nous immerger sans cette bande originale signée Ry Cooder.

C’est le très talentueux et trop peu connu Harry Dean Stanton qui incarne Travis. L’acteur qui tient là un rôle sublime sera séduire et émouvoir quand il le faut et puis captiver à d’autres moments. Le personnage est beau et bien approfondi et saisissant. Son fils, joué par le jeune Hunter Carson, est tout aussi talentueux, avec un coté drôle au personnage. J’ai beaucoup aimé leur mission qu’ils se donnent près d’une banque pour retrouver la maman. Puis, il y a Nastassja Kinski, belle, sulfureuse, je crois bien ne l’avoir jamais vue aussi bien filmée. Elle est incroyable de beauté et de charisme à chaque plan et le rôle est passionnant.

10967209_1028309640515778_623275487_o

C’est donc un film intense, riche, beau et sensible que Wim Wenders a réalisé. C’est un film devant lequel j’ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir. Un film qui m’a touché, ému aussi, puis émerveillé et enfin fasciné par sa mise en scène incroyable. J’aurais mis du temps avant de le découvrir et j’en ressors complètement conquis.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.