Le Manoir de la Terreur

LE MANOIR DE LA TERREUR (1963)

Titre Original : Horror

De : Alberto De Martino

Avec Gérard Tichy, Leo Anchoriz, Ombretta Colli, Helga Liné

Année : 1963

Pays : Italie

Genre : Horreur

Résumé :

De retour dans son étrange château familial, Emily Blackford est partagée entre la distance de son frère et les secrets bien cachés de la gouvernante. Mais il semble que ces derniers ne soient pas les seuls habitants de la demeure, le père de famille, décédé tragiquement dans un incendie, est décidé à venger sa mort.

Avis :

Le film d’horreur gothique connait un immense succès dans les années 40 et 50 grâce à la maison de production de la Hammer. Nanti de ce succès monstre, d’autres productions venant d’autres pays ont voulu suivre le chemin du film gothique. Ainsi, l’Espagne et l’Italie se sont lancées tête baissée dans ce créneau et fournissant à boire et manger durant un peu plus d’une décennie. Fournissant avidement les bacs des vidéoclubs à l’époque des VHS, le film gothique est ensuite tombé en désuétude. Fort heureusement, pour les amoureux du genre (ou du cinéma tout court), Artus Films est un petit éditeur de talent qui s’évertue à rééditer dans de belles éditions de vieux films gothiques espagnols ou italiens. Ainsi, dans sa collection gothique, le petit éditeur revient en mars avec Le Manoir de la Terreur (Horror en VO) et il s’agit d’un petit film gothique sympathique, mais qui lorgne plus du côté du thriller que de l’horreur pure.

hqdefault

Emily Blackford revient dans le château familial avec une amie et le frère de son amie pour retrouver son frère après que leur père ait eu un accident. A son arrivée, elle est accueillie les bras ouverts par son frère mais se rend compte que tout le personnel a changé. Elle découvre alors que son père est enfermé dans une tour, entièrement brûlé et son frère lui explique qu’une malédiction pèse sur sa famille. Visiblement, sa famille ne survivrait pas à la génération de sa sœur et il veut la tuer. Emily, effrayée, commence à faire des cauchemars et semble être la victime de somnambulisme.

Un film en noir et blanc, un château d’inspiration gothique, des personnages énigmatiques, une légende familiale, bref tout est réuni pour faire de ce Manoir de la Terreur un bon film de flippe psychologique. Et au départ, il en prend tous les atours. On sera charmé par les personnages attachants et inquiétants, comme cette nouvelle femme de chambre qui semble maléfique ou encore ce médecin qui laisse planer un doute sur ses intentions. Les décors sont splendides oscillant entre un vaste intérieur et des monuments dévastés et on ressent vraiment une patte particulière venant du réalisateur Alberto De Martino. On ressent aussi une forte influence des films de la Hammer mais aussi aux films d’Orson comme Othello et surtout MacBeth, notamment dans la gestion des brumes et des apparitions dans celles-ci.

On pourrait donc croire que le film est vraiment efficace et effrayant, mais il en sera tout autre. Si certaines idées sont vraiment bien trouvées comme le look du personnage qui veut tuer Emily ou encore les énigmes sur l’identité du tueur, on va rester sur notre faim à plusieurs moments. Il faut dire que le film ne fait pas foncièrement peur et s’inscrit plus dans la lignée des films à suspens et des thrillers de l’époque. On a un tueur, et on essaye de deviner de qui il s’agit. C’est assez simple, mais encore une fois, ce n’est pas si mal foutu dans ce métrage puisque l’on aura des doutes sur l’identité du tueur et sur ses motivations. Seulement, comme c’est l’adage des films de l’époque, le tout est très long et on se perd de temps à autre en amourettes passagères dont on se serait bien passé. De ce fait, il arrive que parfois on s’ennuie et cela malgré quelques meurtres dispersés dans tout le film, qui sont loin d’être affreux. On aurait aimé une prise de risque plus importante dans le fantastique, partant carrément vers quelque chose de fantomatique ou alors dans un lyrisme proche du Fantôme de l’Opéra. Là, on reste dans quelque chose de bien fait mais de très scolaire.

le-manoir-de-la-terreur_57585_4409

Au final, Le Manoir de la Terreur est un petit film gothique oublié qu’il fait du bien de revoir, notamment sous la forme d’une belle galette éditée par Artus Films. Si le film en lui-même n’est pas un chef d’œuvre, il se laisse suivre sans déplaisir et possède quelques moments éthérés assez plaisants. Il est juste dommage que le film ne parte pas plus dans le fantastique ou dans l’horreur pure et dure.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net