décembre 2, 2020

The Black Keys – Turn Blue

the-black-keys-turn-blue-streaming

Avis :

Que devient le blues aujourd’hui ? Parce que si on regarde les quelques sorties récentes d’album de blues, on ne va y voir que de vieux briscards, généralement black, au talent incroyable mais aucun jeunes à l’horizon. Cela fait peur, car on peut craindre la disparition d’un genre riche et père d’autres genres comme le rock ou même, soyons fous, le métal ! Fort heureusement, certains maestros de la guitare arrivent petit à petit chez nous pour nous faire profiter de leurs sonorités. On peut parler de Damon Fowler, encore très méconnu, mais aussi et surtout The Black Keys. Originaire de l’Ohio, le groupe est formé de deux membres, un guitariste/chanteur et un batteur. Fondé en 2001, le groupe sort son premier album en 2002. Leurs références sont multiples, mais tout cela sent le vintage, le groupe ne jouant qu’avec de vieux instruments. Ils connaissent un immense succès en 2003 avec leur deuxième album Thickfreakness. Par la suite, les critiques seront mitigées jusqu’au sixième album, Brothers, qui est l’un des plus gros succès de l’année 2010, remportant des prix et se voyant classé deuxième meilleur album par le magazine Rolling Stones. Le succès ne redescendra pas par la suite et c’est en 2014 que sort Turn Blue, leur huitième album studio. Et encore une fois, force est de constater que c’est vraiment très bon.

Le skeud débute avec la meilleure chanson de tout l’album. S’assurant une ouverture grandiose, le groupe propose son titre le plus long d’entrée de jeu. Weight of Love est une tuerie sur tous les niveaux. Techniquement, c’est juste parfait, avec des solos de guitare maîtrisés de bout en bout et surtout un groove inattendu. Le refrain est impeccable, rentrant vite en tête. Bref, un vrai morceau de blues qui fait plaisir à entendre. D’autant plus que le groupe apporte sa petite touche perso, avec quelques insertions plus électriques. D’ailleurs, par certains moments, on aura l’impression d’écouter du Jack White, ce qui est une sacrée comparaison. In Time par exemple, avec sa voix aigüe et son rythme blues/rock avec un brin de nouveauté en plus et sa guitare exquise. Pas de doutes possibles, on est dans le haut du panier. Le groupe proposera aussi une certaine alternative au blues avec des morceaux plus pêchus mais possédant une image pop rétro vraiment délicieuse. Fever en est le parfait exemple, avec sa ligne de basse et son petit son électro bien senti qui rythme un refrain dansant et plaisant. Le titre fait penser au groupe Pulp, très présent dans les années 90. Enfin, on peut citer le dernier morceau, Gotta Get Away, un pur titre rock n’roll, qui fera remonter le temps à celui qui l’écoute, jusqu’aux années 70, si ce n’est encore plus loin, à l’époque du surf rock. C’est rafraîchissant et vraiment super bien foutu.

keys

Mais le groupe propose aussi son lot de titre plus calmes, plus posés, afin d’installer une ambiance douce et particulière, plus touchante et moins électrifiante. On citer par exemple, dans une moindre mesure, Bullet in the Brain, qui démarre avec de la guitare sèche et qui s’avère fortement plaisante, calme, avant de partir dans quelque chose d’un peu plus rock, faisant monter progressivement la sauce. Mais surtout, il faut s’arrêter quelques secondes sur Waiting on Words. Tout d’abord parce que c’est l’une des chansons les plus belles de l’album, si ce n’est la plus belle, et ensuite parce qu’elle est quasi parfaite de bout en bout, avec une guitare qui semble pleurer et surtout un chanteur qui pose sa voix doucereuse, à un tel point que l’on croirait une femme, pour proposer une ballade idyllique et reposante. On peut aussi citer In Our Prime, qui débute au piano pour ensuite partir vers une gratte qui assure dès les premières notes. Il s’agit là aussi de l’un des morceaux les plus beaux de l’album et des plus touchants aussi. Enfin, difficile de ne pas citer, dans un autre registre, It’s Up to You Now, un titre résolument blues/funk avec une batterie qui tabasse sérieusement et qui envoie sévère.

Au final, Turn Blue, le dernier album du groupe The Black Keys, est un excellent cru dont il serait dommage de passer à côté. Assurant sans problème la relève du blues, tout en y apportant une touche personnelle et moderne, The Black Keys prouve qu’ils sont toujours là et que le blues est un art vivant, bien présent et ne vivant pas dans le passé. Comment renier une partie des racines de notre musique contemporaine ? Bref, un album que l’on conseille vivement.

  1. Weight of Love
  2. In Time
  3. Turn Blue
  4. Fever
  5. Year in Review
  6. Bullet in the Brain
  7. It’s Up to You Now
  8. Waiting on Words
  9. 10 Lovers
  10. In Our Prime
  11. Gotta Get Away

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.