octobre 28, 2020

Invincible

10933252_1020461937967215_1850078905_n

Titre Original : Unbroken

De : Angelina Jolie

Avec Jack O’Connell, Domhnall Gleeson, Garrett Hedlund, Jai Courtney

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Guerre

Résumé:

L’incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis « Louie » Zamperini dont l’avion s’est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l’équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d’entre eux survécurent 47 jours durant, avant d’être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.

Avis:

Angelina Jolie a beaucoup de casquettes. Connue comme actrice en premier lieu à la carrière solide, la belle peut se vanter d’avoir tourné pour James Mangold, Clint Eastwood, Jan De Bont ou encore Martin Campbell. Mère de famille, très engagée dans la cause humanitaire aux côtés de son mari, Brad Pitt, d’ailleurs, elle est même ambassadrice de l’ONU, Angelina Jolie avait donc une vie bien remplie et depuis maintenant 2012, Angelina Jolie a rajouté une belle corde à son arc, celle de réalisatrice. Sorti discrètement, son premier film « Au pays du sang et du miel » parlait du conflit de la guerre de Bosnie. Ayant brillamment passé l’épreuve du premier essai, Angelina était attendue au tournant avec ce deuxième film, qui lui, est consacré au destin incroyable d’homme en pleine Seconde Guerre Mondiale.

Angelina Jolie est une femme impliquée dans tout ce qui touche les zones de conflits et avec son statut, elle apporte son aide comme elle le peut. Alors, avec de tels engagements, ce n’est donc pas étonnant que la réalisatrice prenne la guerre et le conflit comme terrain pour ses deux premiers films. Pour son « Invincible« , elle va mettre en lumière le destin de Louie Zamperini, un homme qui comme tant d’autres, a traversé la Seconde Guerre mondiale, essayant de lui survivre.

10935568_1020462111300531_1588212266_o

Louie Zamperini est un Américain d’origine italienne. Petite teigne enfant, il va vite trouver sa voie. Encouragé par son frère aîné, il se lance à corps perdu dans le sport et plus spécifiquement dans la course. Il va connaître une belle ascension, participant même aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. Mais voilà, l’Allemagne entre en guerre, suivie quelques années plus tard par le Japon et l’Amérique. Soldat sur un bombardier, au-dessus de l’océan pacifique, l’avion a un problème mécanique et amerrit d’urgence. Commence alors pour Louie et quelques survivants un parcours aussi terrible qu’incroyable. Un parcours qui les mènera de leur canot de sauvetage perdu en mer, aux camps de prisonniers japonais. Le mot d’ordre sera de tenir et d’espérer la fin de cette guerre pour enfin, peut-être, retrouver la liberté.

Avec « Invincible« , Angelina Jolie passe haut la main l’essai et confirme l’espoir qu’on avait pu placer en elle. Ici, elle livre un second film qui retrace le calvaire d’un homme et offre un film dur physiologiquement, mais aussi tout en émotion.

Le parcours de Louie Zamperini est aussi superbe que terriblement tragique. Et l’on comprend, à la vue de cette histoire, que la réalisatrice ait voulue lui rendre hommage, car la vie de cet homme a tout d’un grand film hollywoodien et Angelina Jolie sera comment nous la raconter et nous la faire vivre.

10935208_1020462224633853_405689584_o

Un scénario impeccable, grand, beau, intense et profond, on pourrait simplement lui reprocher d’être un peu trop académique. Mais comme le film est bien fait et que les émotions, le spectacle et le suspens sont au rendez-vous, on passera outre le côté classique. J’avoue que j’attendais beaucoup de ce film, et la réalisatrice a su me surprendre, m’émouvoir, et me toucher. J’ai été passionné par le destin de cet homme. J’ai vraiment aimé l’œil intelligent que pose la réalisatrice sur la guerre. D’ailleurs, « Invincible » n’est pas un film de guerre comme on pourrait l’imaginer, mais il se compare plus à un film de survie, dans le contexte de la guerre. C’est un film sur la force mentale, sur le corps et sur l’être en lui-même, sur ce qu’il peut ou non encaisser pour survivre. Garder l’espoir de jours meilleurs, même quand l’avenir s’annonce des plus noirs. J’ai vraiment aimé comment elle nous place au plus près de son personnage. On vit, on découvre et l’on souffre avec lui. Et malgré des scènes assez rudes psychologiquement, Angelina Jolie évite aussi le piège du misérabilisme, grâce à l’espoir que les différents personnages nourrissent, même si ça n’est qu’une conversation à bord d’un radeau à la dérive.

La réalisation est belle, Angelina Jolie a choisi de très beaux plans pour son film. Elle a un beau sens de l’esthétique et son image est vraiment soignée, surtout quand elle filme son Louie Zamperini. On sent qu’il y a de l’amour dans cette histoire, de la passion et qu’elle essaie de nous la transmettre au mieux. Je parlais de spectacle plus haut, car même si le film nous raconte une histoire difficile et rude, la réalisatrice n’oublie pas de faire dans le divertissement et elle nous offre un film haletant. Les scènes d’assaut au début du film sont bien menées, les batailles ariennes, même si elles sont courtes, ont leur impact, et offrent une bonne entrée en matière. Ensuite s’engage une partie en mer fabuleuse, la partie même que j’ai préféré du film. Avant le désespoir des camps, il s’en dégage un côté aventure, quelques passages amusants. On a le droit à une scène de tempête impressionnante, et puis arrive l’émotion de l’enfermement. Se déroulant sur plus d’une heure, Angelina Jolie arrive à décupler une force émotionnelle de ses images et de ce parcours assez phénoménal. On est pris par l’histoire, par l’injustice, par la rivalité glauque et terrible qui s’installe entre notre héros et ce chef de camps japonais. Le film est fascinant et on se demande bien comment va finir cette confrontation et jusqu’où elle peut aller.

2014, ce fut l’année de la découverte de Jack O’Connell. Jeune acteur de vingt-quatre ans, il a pourtant bourlingué dans le cinéma britannique et puis l’année dernière, ce fut la belle révélation. Deux rôles puissants dans les deux excellents et recommandables « Les poings contre les murs » de David MacKenzie et « ’71 » de Yann Demange et le jeune comédien continue sur sa lancée avec encore une fois un rôle fort, difficile qu’il habite avec une intensité folle. En quelques films seulement, c’est la découverte d’un futur grand acteur. Pour son film, Angelina Jolie a été inspirée dans le choix de sa distribution, sans prendre des têtes vraiment connues, c’est tout un joli florilège de jeunes acteurs qui peuplent son film. Ainsi, on peut retrouver les talentueux Domhnall Gleeson (« Il était temps » et bientôt dans « Franck » et même « Star Wars, le réveil de la force« ), Luke Treadaway (« The Rise » et « Rock’n’love« ), Garrett Hedlund (« Tron l’héritage » ou « Sur la route« ), Alex Russell (« Chronicle« ). La confrontation se fera entre Jack O’Connell et Miyavi. L’acteur que je ne connais pas, est aussi flippant qu’étrangement attachant. Alors qu’il sera capable de la pire des cruautés, il y a quelque chose qui fait qu’on a envie de lui pardonner, peut être son visage d’ange.

10935870_1020461984633877_244129235_o

Bref, vous l’aurez compris, je me suis complètement laissé prendre dans ce film et Angelina Jolie, tout comme Jack O’Connell, m’ont encore une fois bluffés. « Invincible » est mon premier coup de cœur de l’année. C’est un très beau film pour une très belle histoire. Maintenant, j’attends le prochain film de Jolie avec impatience.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.