Sinbreed – Shadows

Sinbreed-Shadows-Cover-638

Avis :

Le domaine du heavy métal est de nos jours un peu délaissé. Non pas qu’il dégringole au point de ne plus en entendre, mais il est beaucoup moins mis en avant même dans les rayons métal au profit de groupe plus axé soit vers du hardcore mélodieux ou encore du métal teinté de pop et qui lorgne plus vers le hard. Et pourtant, des groupes mythiques font encore et toujours du heavy comme Judas Priest par exemple. Sinbreed (ou la race du péché si on fait de la traduction) est un groupe allemand qui au départ ne devait être qu’un projet réunissant plusieurs musiciens d’autres formations. L’idée vue le jour en 2000 mais le groupe prend forme seulement en 2006 avec le chanteur de Seventh Avenue et le guitariste de Blind Guardian. Une formation solide se centre autour de la formation et quelques électrons gravitent autour, apportant leur pierre à l’édifice surtout durant les concerts. C’est en 2010 que sort le premier album, When Worlds Collide et c’est un succès critique et public. C’est en avril 2014 que sort le deuxième effort du groupe Shadows, avec un visuel très joli malgré une typographie franchement has been. Mais que se cache-t-il derrière les ombres de Sinbreed ?

Le skeud commence avec Bleed et il reste dans la tradition de ce que propose le heavy depuis des années. Des riffs agressifs et rapides, une batterie ultra rapide à double pédale et un chanteur à la voix criarde et qui est capable de monter dans les tours. C’est ultra efficace et on peut même dire que cela fait du bien d’entendre des morceaux comme ça encore en 2014. L’ajout de chœur dans le refrain permet de donner plus de force et d’amplitude au titre et c’est relativement bien fichu. La rupture plus pop est bien maîtrisée amenant à un solo puissant et techniquement irréprochable. La suite sera du même acabit sur quasiment toute la longueur du skeud. Shadows impose une intro qui montre toute la maestria du batteur et la corrélation avec les autres membres du groupe. La titre envoie du pâté et ne s’embête pas avec des fioritures électros ou d’autres ajouts qui ne seraient pas nécessaires. Le seul problème vient peut-être du manque de variation du titre. On peut aussi parler de Reborn, un excellent morceau, avec un très bon refrain, mais qui marque surtout par son solo de guitare incroyable et d’une grande maîtrise. En ce sens, Sinbreed, égale pas mal de ses aînés et parvient même par moments à surpasser ce que l’on a l’habitude d’écouter. Difficile ensuite de ne pas évoquer les deux meilleurs morceaux du skeud que sont Leaving the Road, morceau classique mais d’une redoutable efficacité et surtout Black Death, qui va chercher vers le power métal mélodique avec une ambiance très pesante et qui renoue avec des morceaux des années 80, où la recherche de pognon n’était contraignante pour la musique.

Sinbreed-band

Le plus gros défaut de l’album, c’est d’être assez linéaire. C’est-à-dire que le skeud ne réserve pas de surprises. Les morceaux sont longs, bien maîtrisés, mais il manque un petit grain de folie, de grandiloquence qui ferait de Sinbreed un groupe légendaire. Parmi les dix titres proposés, il est parfois difficile de se rappeler le nom et la mélodie de chacun d’eux, car ils bénéficient tous de la même structure et du même schéma. Certaines pièces sont même ratées, comme par exemple Far Too Long qui ne présente aucune variation dans la rapidité des grattes durant tout le long, rendant le morceau redondant. On peut aussi citer London Moon, un titre agréable mais complètement transparent et donc peu marquant, ce qui est dommage car la rythmique des grattes est parfaite. Reste Broken Wings, qui conclut de fort belle manière l’album avec une intro toute douce pour repartir ensuite dans les riffs agressifs en proposant un morceau assez varié et bien plaisant, surtout qu’il propose quelque chose de plus doux dans le refrain et dans les chœurs en arrière. La conclusion du titre montre que le groupe peut fournir quelque chose de plus posé et qui s’axe vraiment vers une musique plus « médiévale », apportant surtout un peu de nouveauté au heavy classique.

Au final, Shadows, le dernier album de Sinbreed est un bon album. N’y allant pas par quatre chemins, le groupe fournit un skeud classique mais classieux, démontrant tout le talent de ses musiciens et toute la fougue que possède la formation. Reste un léger ennui au bout de plusieurs écoutes, la faute à un manque de variation dans la proposition des titres, mais rien de bien méchant. Un groupe allemand à suivre.

  1. Bleed
  2. Shadows
  3. Call to Arms
  4. Reborn
  5. Leaving the Road
  6. Far Too Long
  7. Black Death
  8. Standing Tall
  9. London Moon
  10. Broken Wings

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net