Foxcatcher

226062.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Bennett Miller

Avec Steve Carell, Channing Tatum, Mark Ruffalo, Vanessa Redgrave

Année : 2014

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte.

Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave. Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement.

Flatté d’être l’objet de tant d’attentions de la part de du Pont, et ébloui par l’opulence de son monde, Mark voit chez son bienfaiteur un père de substitution, dont il recherche constamment l’approbation. S’il se montre d’abord encourageant, du Pont, profondément cyclothymique, change d’attitude et pousse Mark à adopter des habitudes malsaines qui risquent de nuire à son entraînement. Le comportement excentrique du milliardaire et son goût pour la manipulation ne tardent pas à entamer la confiance en soi du sportif, déjà fragile. Entretemps, du Pont s’intéresse de plus en plus à Dave, qui dégage une assurance dont manquent lui et Mark, et il est bien conscient qu’il s’agit d’une qualité que même sa fortune ne saurait acheter.

Entre la paranoïa croissante de du Pont et son éloignement des deux frères, les trois hommes semblent se précipiter vers une fin tragique que personne n’aurait pu prévoir…

Avis :

Après « Truman Capote » et « Le stratège« , Bennett Miller débute cette année 2015 avec un drame fort tiré d’un fait réel. Le réalisateur qui a décroché le prix de la mise en scène pour ce film au dernier festival de Cannes, nous propose une descente dans les coulisses d’un sport dont on parle peu, la lutte, et va tisser un drame psychologique subtil, mais qui manquera de rythme et d’antipathie pour les personnages.

128987.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

États-Unis, 1987. Mark Schultz et son frère Dave sont deux champions de lutte. Mark a même décroché la médaille d’or voilà quelques années. Mais depuis, Mark a bien du mal à vivre de son sport. Ne désespérant pas, il continue assidument avec son frère en vue des championnats du monde de lutte qui se tiendront à Séoul en 1988. Alors qu’il s’entraîne, Mark est repéré par John E. du Pont, un milliardaire, fasciné par ce sport et qui a sa propre équipe. Il propose au jeune homme de le prendre sous son aile et d’en faire le meilleur du monde. Mark accepte la proposition de M. Du Pont, mais très vite leur relation va devenir ambiguë.

Le premier film de Bennett Miller était un fait divers des plus sordides, le meurtre d’une famille en pleine campagne. Le film suivait l’écrivain du même nom, qui allait révolutionner l’écriture avec son roman « De sang-froid« . Pour son second film, « Le stratège« , le réalisateur s’est penché sur l’histoire vraie d’un manager qui va tout faire pour emmener son équipe de base-ball vers des sommets. Et bien pour son troisième film, le réalisateur a mélangé un peu des deux, fait divers et sport et s’est aventuré dans le monde de la lutte pour nous offrir le portrait de trois personnages aussi fascinants que le projet s’annonçait sous les meilleurs auspices.

Avec sa bande-annonce alléchante et son excellent bouche-à-oreille, « Foxcatcher » s’annonce comme l’un des événements cinéma de la nouvelle année. Et le projet en lui-même a de quoi nous mettre l’eau à la bouche. Entre ce fait divers des plus intéressants, le monde de la lutte qu’on connaît mal, ses acteurs qui avaient l’air tout bonnement palpitants dans les rôles et Bennett Miller lui-même qui en deux films s’est construit une belle petite réputation, je ne pouvais pas résister à l’envie d’aller voir ce film et j’en ressors abasourdi par l’ambiance géniale, mais aussi frustré par une mise en scène lente, presque ennuyeuse …

« Foxcatcher » est donc un film en demi-teinte, jouissant de très gros points forts, mais aussi de mauvais côtés. L’une des premières choses que je retiens du film à ma sortie de la salle, c’est cette atmosphère particulière que le réalisateur a su capter. Une atmosphère lourde, pesante, presque asphyxiante. Quand on regarde « Foxcatcher« , on ne rigole pas et le réalisateur a décidé de nous mettre mal à l’aise très vite. Le film avance lentement, mais au départ, ce n’est pas dérangeant, Miller laissant planer le fait que « Foxcatcher » mettra du temps à démarrer, mais une fois dedans, ce sera une spirale infernale et au vu de l’ambiance, laissera son spectateur scotché à son fauteuil. Et c’est bien ce qui va se dérouler, mais trop tard. Et c’est là le problème majeur du film. « Foxcatcher » met un temps interminable avant de partir et je dois dire que malgré l’excellence de l’ambiance et la composition palpitante du casting, j’ai mis beaucoup de temps à me mettre dedans, ce qui a gâché un peu mon plaisir. La narration est trop longue, et le récit manque de rythme. Parfois même, on a l’impression que le film tourne un peu en rond. De plus, le film promettait de la lutte (le peu de scènes qu’il y a sont d’ailleurs redoutablement bien foutues), mais il manque justement de ce sport. Le réalisateur préférant développer la psychologie de ses personnages. Ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire, mais j’aurais vraiment apprécié un juste milieu.

Car c’est vrai que niveau psychologie, on est servi. Le film dresse un portrait dur et énigmatique de ces trois personnages. Un portrait sombre, parfois drôle, mais qui laisse une grosse part d’ombre sur ces personnages. Et cette part d’ombre vient un peu obscurcir le décor, car si les personnages sont bien profonds, je les ai trouvés trop refermés sur eux-mêmes. Il y a peu de moments où je les ai trouvés touchants. En fait, en y pensant, hormis les scènes de Steve Carell avec sa mère, je ne peux pas dire que les personnages et leurs destinées m’ont touché. Et pourtant, le casting est superbe, offrant peut-être les meilleurs rôles de leur carrière à deux des comédiens, Steve Carell, qui mérite largement d’être récompensé et Channing Tatum qui jusque-là m’était sympathique, mais ne m’avait pas impressionné. Avec ce film, c’est chose faite, car même si je reproche au personnage de ne pas être touchant, l’acteur est plus que convaincant dans ce rôle, il est imprégné de ce rôle et j’aurais bien du mal à voir quelqu’un d’autre dedans maintenant.

348282.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Foxcatcher » est donc un film plus ou moins agréable, qui jouit d’un casting remarquable. L’histoire que nous raconte Bennett Miller est intéressante, dure et âpre à la fois et le film a son atmosphère, c’est vraiment dommage que le réalisateur se soit un peu enfermé dans cette mise en abîme trop longue, car même si on final, j’ai apprécié le film, je pense qu’avec une autre approche, « Foxcatcher » avec tous les éléments en main pour qu’il soit l’une des plus belles surprises de ce début d’année 2015.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net