décembre 4, 2020

La French

128118.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Cédric Jimenez

Avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Céline Salette, Mélanie Doutey

Année : 2014

Pays : France

Genre : Policier

Résumé :

En 1975 : le magistrat Pierre Michel, installé avec sa femme et ses enfants à Metz, se voit promu juge du grand banditisme à Marseille. Sa mission : lutter contre les agissements de la French Connection, cette organisation criminelle qui abreuve les États-Unis d’héroïne. N’ayant que faire des mises en garde et de la frilosité des forces de l’ordre, le juge se met rapidement en tête de faire tomber Gaétan Zampa, la figure emblématique du milieu, réputé intouchable…

Avis :

Pour son deuxième film, Cédric Jimenez décide de raconter la tristement célèbre histoire du juge Michel. Après avoir fait sensation avec « Aux yeux de tous« , le jeune réalisateur se lance dans ce film à gros budget, avec un casting solide et une histoire que l’on espère racontée avec fouge, violence et drame. Cette plongée dans les bas-fonds de la pègre de Marseille avait vraiment de quoi nous faire palpiter. Mais si le film, dans son ensemble, est bien réussi, on aurait aimé que le réalisateur s’implique plus et nous livre un film avec plus de caractère.

033803.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En 1975, Marseille est sous la domination de la French Connection, une organisation mafieuse qui gère presque tout. La police piétine, et rien n’a l’air de pouvoir freiner Gaëtan Zampa. Zampa, c’est le chef de cette organisation, de sa villa, il approvisionne les rues de New-York, tout comme celle de Marseille. Pierre Michel est un juge d’instruction affecté aux affaires sur les mineurs. Grâce à son engagement et sa ténacité, il est alors promu juge du grand banditisme, une fonction qui lui permettra de pouvoir enfin faire bouger les choses et peut-être pouvoir arrêter l’ascension de Zampa et remettre un peu d’ordre dans les rues de Marseille. Mais la French est fourbe et très vite, le juge comprend que s’il veut arrêter tout cela, il va lui aussi falloir transgresser quelques règles. La guerre est donc déclarée entre le juge Michel et Gaëtan Zampa.

La French, c’est un bon film dans son genre, tiré d’un fait qui a défrayé la chronique chez nous. Cédric Jimenez, avec ce film, nous permet de détailler et de suivre l’évolution de cette affaire. Très documenté sur son sujet, le réalisateur nous offre un film de mafieux, sans tomber dans la caricature du genre, (c’est ce qui me faisait le plus peur en allant voir le film), et un sympa récit sur cette affaire. Un récit que personnellement, j’ai trouvé très linéaire. Alors que j’aurais aimé être surpris et passionné par le film, j’ai trouvé « La French » trop simple, sans vraiment de surprise, comme si le réalisateur n’avait pas envie de prendre un risque, de sortir des sentiers battus et de donner un vrai caractère à son film. Même si je ne me suis pas ennuyé devant ce film, que je l’ai trouvé bien fichu, que l’histoire était vraiment intéressante et j’ai pris plaisir à la redécouvrir d’une nouvelle façon, que les personnages sont touchants, même Gilles Lellouche, qui pourtant a le difficile devoir de rendre son Gaëtan Zampa sympa, alors que c’est une « belle ordure », j’aurais vraiment aimé que le film soit plus sombre, qu’il s’affirme plus, et qu’il est moins ce côté déjà vu.

Bon bien sûr, Cédric Jimenez nous donne ce que l’on est venu chercher devant « La French« . Le scénario est solide, et le film nous offre règlements de comptes, corruption et engagements, mystères, tueries, drames, belles bagnoles d’époque (jolie reconstitution soit dit en passant), une bonne bande originale avec des titres rock et pop de ces années-là et puis un duel classe, une belle confrontation, même s’ils se croisent assez peu entre Jean Dujardin et Gilles Lellouche.

Pour donner vie à tous ces personnages, Cédric Jimenez s’est offert un très beau casting. C’est notre oscarisé Jean Dujardin qui prend les traits du juge Michel et j’ai troué l’acteur très bien dans la peau de ce personnage. Dujardin, tout en sobriété, nous implique dans son enquête, dans les dessous de celle-ci et de ses découvertes. En face de lui, on trouve son pote à la ville, Gilles Lellouche qui incarne pour la première fois un vrai méchant et l’acteur s’en tire vraiment très bien, peut-être mieux que Dujardin, puisqu’il arrive à nous faire aimer ce personnage, malgré que celui-ci soit un beau salaud. Pour les seconds rôles, c’est la crème du cinéma français qui peuple le film. On retrouve donc Céline Salette (sous employée) en femme de Dujardin, Mélanie Doutey en femme de Lellouche. Un Benoît Magimel assez inquiétant, Moussa Maaskri toujours charismatique, ou encore Guillaume Gouix qui joue les jeunes premiers.

094431.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Voilà, « La French » est donc un bon film. Mais c’est un film qui, malgré le plaisir que j’ai pris à le regarder, me laisse avec un petit goût de déception. Je trouve que c’est un film à qui il manque vraiment du caractère et du souffle pour vraiment nous impliquer dedans. Ça reste beau, bien fait et bon, mais comparé à ce qu’il aurait pu être, c’est dommage et j’en ressors un tout petit peu frustré. Mais bon, comparé à beaucoup d’autres films qui sortent en salle, « La French » reste un excellent film.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.