octobre 18, 2021

A Hard Day’s Night Quatre Garçons Dans le Vent

190183.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : A Hard Day’s Night

De: Richard Lester

Avec John Lennon, Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr

Année: 1964

Pays: Angleterre

Genre: Comédie

Résumé:

En 1964, les Beatles prennent le train pour donner un concert. Le grand-père de l’un d’eux, qui les accompagne et dont la devise est de semer le désordre et l’anarchie partout où il passe, disparaît soudain avec son petit-fils. Commence alors une course folle pour les retrouver avant que le concert ne commence.

Avis :

Durant les années 60, il y a un groupe qui a révolutionné la planète, rendant les nanas hystériques et les mecs jaloux. Bien entendu, The Beatles est le groupe de rock qui a su rendre ce genre de musique populaire. Si pour certains puristes ce groupe ne s’apparente pas au rock, c’est qu’ils ne connaissent pas bien leur discographie, car le groupe possède quelques morceaux bien lourds. La folie autour des Beatles était si grande qu’il ne fallut pa longtemps pour qu’un film sur eux voit le jour. Néanmoins, exit la biographie lénifiante et glorifiante, car ce n’est pas l’état d’esprit du groupe. En lieu et place de cela, on va avoir droit à une comédie, s’axant autour de l’enregistrement d’une émission télé, où l’on va pouvoir découvrir l’envers du décor mais aussi la vie au sein du groupe. Et même si cela reste scénarisé, on ne peut qu’y voir une parcelle de vérité.

john_lennon_snorting_coke_hard_days_night

Depuis ce film, cinquante années sont passées. 50 ans où les Beatles sont toujours au top et où l’on peut entendre l’une de leurs chansons au moins une fois par jour. Et c’est avec un grand plaisir que Carlotta sort une édition restaurée et une pléiade de bonus pour parfaire les amoureux de cinéma et de musique. Dans ce film, on va suivre le groupe à un enregistrement pour une émission. Paul McCartney emmène son grand-père avec lui tout en disant bien que c’est un emmerdeur né. Et il ne faut que très peu de temps pour que ce grand-père facétieux fasse des siennes, semant discorde, trouble et peut-être même une scission.

On voit rapidement où le film veut en venir. Comédie gentillette dans l’environnement des Beatles, ce fil sera aussi l’occasion pour le groupe de faire valoir quelques morceaux mais aussi de contenter les fans avides de savoir comment ça se passe dans le groupe. Le film va avoir de bons côtés comme de moins bons, mais dans sa globalité, on reste sur quelque chose de positif. Le film est assez court et il est bien rythmé. Les actions s’enchainent très vite et on n’a pas le temps de s’ennuyer. Autre point intéressant, le film reste assez drôle dans les relations. Mais attention, pas les relations entre membres du groupe, mais surtout avec les gens extérieurs. On aura droit aux fans hystériques, mais aussi à la discorde entre John Lennon et leur agent, on verra Ringo Starr danser comme un imbécile cherchant une bonne âme pour danser avec lui. Dans toutes ces relations, cela cache un profond mal-être, celui d’être finalement adulé mais esseulé. Et c’est ce qui choque, car derrière l’humour potache, incarnée par le grand-père, on reste sur quelque chose de grave, qui oscille entre manque de liberté et isolation du monde extérieur. On retrouvera cela symbolisé par le moment chanté où tous les membres du groupe s’évadent à l’extérieur pour courir et faire les imbéciles dans un champ.

Après, le film a des défauts. Le principal défaut que l’on pourrait trouver au métrage, c’est qu’il lorgne trop du côté mercantile. On a parfois l’impression d’être face à une campagne publicitaire sur les Beatles qu’un vrai film. Cela est confirmé par les moments chantés, où l’on voit le groupe jouer, que ce soit dans un train ou ailleurs. Certes, il est toujours plaisant d’entendre les Beatles, mais ces morceaux, même s’ils ne tombent pas dans des moments inopportuns, restent factices. Vient ensuite l’humour qui est un poil trop potache et il est souvent peu drôle. On flirte parfois avec la facilité et la finesse de l’humour anglais est parfois absente. On verra des dialogues souvent inintéressants ou des références que l’on peut difficilement comprendre ou trouver cela débiles. Par exemple, on peut citer lorsque John Lennon mime de sniffer de la coke et qu’il tient une bouteille de Coca. Enfin, on peut dire aussi que les quatre garçons ne sont pas des comédiens et que cela se voit. Si Ringo Starr vole un peu la vedette à tout le monde, il reste médiocre et semble souvent jouer un rôle alors qu’il est censé être lui-même. Rien de bien méchant, mais là encore, on peut voir que le métier d’acteur n’est pas à la portée de n’importe qui.

sjff_01_img0216

Au final, A Hard Day’s Night est un film sympathique et agréable et devant lequel on passe un agréable moment. Seulement entre un humour potache et des chansons dans des moments pas forcément nécessaires, on peut se demander l’utilité d’un tel film si l‘on n’est pas vraiment fana du groupe. Objet purement commercial ou vrai faux documentaire sur la vie du groupe, on peut rester le cul entre deux chaises et cela peut paraître frustrant. Néanmoins, il faut tout de même signaler la qualité incroyable de la restauration et le nombre de bonus affolant dont dispose le bluray. Un objet que tout fan se devrait de tenir.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=TWbiVqlSMgc[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.