Killers

203640.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto

Avec Epy Kusnandar, Rin Takanashi, Kazuki Kitamura, Ray Sahetapy

Année : 2014

Pays : Indonésie, Japon

Genre : Thriller

Résumé :

Nomura, la trentaine, vit avec succès à Tokyo. Les filles l’aiment et il apprécie leur compagnie. Mais derrière cette apparence, personne ne se doute de la réelle identité de Nomura… Il est un criminel impitoyable et l’auteur de meurtres violents qu’il immortalise par des clips vidéo postés ensuite sur internet. À des milliers de kilomètres vit Bayu, un journaliste d’investigation en disgrâce parti vivre à Jakarta. Suite à d’innombrables échecs, Bayu commence à ressentir une fascination pour les vidéos de Nomura… Il crée alors un alter ego : celui d’un tueur en série justicier qui enregistre ses propres meurtres. Les deux tueurs vont alors se livrer à un face-à-face mortel…

Avis :

Le cinéma asiatique aura mis du temps à venir jusqu’à chez nous. Et c’est bien dommage, car ce pays possède un vrai sens de la mise en scène et surtout une image forte et reconnaissable. Après les succès de Battle Royale et autre The Ring, le cinéma asiatique a fructifié dans nos vertes contrées et par le même coup s’est bien développé dans le monde entier. Souvent incisif, qu’il soit du Japon, de Corée, d’Indonésie ou encore de Chine, le cinéma oriental a des qualités qui sont souvent absentes des films occidentaux. Malheureusement, si l’on veut voir des perles du cinéma asiatique, il faut bien souvent se pencher sur les sorties DTV, car les sorties dans les salles de cinéma sont très rares ou il faut que les franchises remportent un franc succès. Killers est un film à la fois indonésien et japonais et il rentre dans ce genre âpre et sans concession comme J’ai Rencontré le Diable, The Murderer ou encore The Chaser.

000763.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Nomura est riche homme et vit à Tokyo. Séduisant, il est aussi un véritable chasseur, faisant vivre un enfer à ses proies, se filmant en train de les torturer et mettant ensuite les vidéos sur internet. Bayu est un journaliste déchu vivant à Jakarta. En ayant voulu faire tomber un homme d’affaires, il s’est ridiculisé et a perdu toute crédibilité. Alors qu’il se fait kidnapper par un chauffeur de taxi véreux, il va tuer par accident. Ayant vu les vidéos de Nomura, il va filmer son acte et le mettre sur internet. Les deux hommes entrent alors en contact. Mais si Nomura possède un véritable problème psychologique, Bayu ne sait plus trop où il en est et se pose beaucoup trop de questions. Nomura décide alors de se confronter à cet alter ego.

Le thriller asiatique est souvent fort avec une violence crue et décomplexée. Killers ne fera pas exception à la règle, même s’il reste plus soft que certains métrages comme Blood Island par exemple. Il y aura du sang, des innocents sacrifiés, mais ce n’est pas ça le plus important dans le métrage. Cette violence sera plutôt l’occasion de montrer deux cultures qui s’opposent, l’Indonésie et le Japon. D’un côté, on aura un Japon moderne, assez lumineux, mais cachant une part d’ombre dans chacun des personnages. On notera que Nomura est un personnage torturé, roi des monstres dans la cité alors qu’il est le plus propre sur lui. On verra une jeune fille prête à sacrifier son frère autiste pour ne pas manquer d’argent ou encore une prostituée exigeante, n’ayant aucune pudeur à exercer un métier assez dégradant. De l’autre côté, on aura droit à un Jakarta sombre, angoissant, où le mal guette à chaque coin de rue. La mise en scène sur les deux cités est intéressante mais demeure finalement assez scolaire et sans grande prise de risque, sauf en ce qui concerne les moments un peu plus durs, si absent de notre cinéma à nous.

L’autre intérêt du film réside dans la confrontation entre les deux tueurs. Leur évolution sera totalement différente et c’est ce combat psychologique qui sera intéressant. D’un côté on aura Nomura, propre sur lui mais ayant un traumatisme lié à son enfance et qui se révèlera, malgré ses efforts pour être normal, complètement fou et accro au meurtre. Celui qu’il prend pour son alter-ego indonésien est bien plus différent. Tuant par la force des choses, Bayu n’est pas un tueur né, mais en profite pour devenir une sorte de vengeur masqué, profitant de la situation pour régler ses comptes. Cela permettra de brasser des thèmes comme la pédophilie dans un pays au climat tendu, mais Bayu se rendra vite compte qu’il n’est pas fait pour ça. Cette évolution de deux psychismes différents est le point fort du film. Mais malheureusement, le film se traine en longueur et il possède plusieurs passages inutiles. Ainsi, avant l’affrontement final (qui est très ben foutu), on aura droit à des passages inutiles et franchement lénifiants. Préférant bien développer ses personnages, les Mo Brothers ont oublié de divertir à plusieurs moments et on sent que tout est bon pour étirer le film au maximum. C’est dommage, car le film aurait pu être plus fort avec certains passages en moins. Enfin, on peut regretter le léger mensonge sur le fait que le film est hyper violent, car on a vu pire et tout cela reste franchement soft.

465923.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Killers est un film assez sympathique, notamment par la confrontation qu’il propose entre deux personnages que quasiment tout oppose. Néanmoins, entre une réalisation un peu trop classique, un gore présent mais pas jusqu’auboutiste et des longueurs vraiment inutiles, le film n’est pas la tuerie annoncée, mais un thriller agréable et qui devrait convenir aux fans du genre.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net