novembre 30, 2020

Alice

702496_986091774737565_1475486271_n

De: Woody Allen

Avec Mia Farrow, William Hurt, Judy Davis, Alec Baldwin

Année: 1991

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie dramatique

Résumé :

Alice, mariée depuis quinze ans, mère de deux beaux enfants, épouse d’un homme brillant, riche et fidèle, a tout pour être heureuse et elle l’est. Mais un mal de dos persistant va bouleverser sa vie. Sur les conseils d’amis, elle consulte un chiropracteur de Chinatown qui lui prescrit des potions qui ont des effets inattendus. En effet, elle ose tout à coup briser sa vie convenable, court après les amants, écrit, part pour Calcutta, œuvre aux côtés de mère Teresa, revient et devient enfin elle-même.

Avis :

Ça y est, les années 90 sont bien là et la carrière de Woody Allen redécolle un peu. Le cinéaste new-yorkais se renouvèle, tout en gardant une touche de cette fin des années 80, avec encore une histoire qui se déroule dans un milieu bourgeois. « Alice » est un petit film sympathique qui vous fera doucement sourire. Sans être incroyable, mais en évitant d’être lourd et lent, je dirais que dans l’immense carrière de Woody Allen, « Alice » est un film de passage. Si certains moments sont très bien, il lui manquera ce je ne sais quoi, qui rend le tout harmonieux et prenant.

Alice 1990 real : Woody Allen Mia farrow William Hurt COLLECTION CHRISTOPHEL

Alice est l’épouse parfaite, mariée depuis quinze ans, elle partage sa vie entre son époux, ses enfants et ses longues après-midi à faire du shopping entre copines. Dans sa vie si parfaite, elle commence à se lasser en secret. Ayant de cruelles douleurs dans le dos, elle finit par aller voir un herboriste chinois sur les conseils d’une amie. Cet herboriste va alors lui soigner ses maux psychologiques avec des herbes pour le moins spéciales. Des herbes et autres potions qui vont aider Alice à reprendre le contrôle de sa vie.

Woody Allen continue dans la continuité de « Crimes et délits » et remonte peu à peu la longue et difficile pente de la fin des années 80. Avec « Alice« , Woody signe un film qui est loin d’être désagréable, sans que ce soit vraiment terrible, on suit, non sans humour, les petites aventures de son personnage principal. C’est léger, c’est attachant, même si je dois dire que le rythme du film est assez lent. Plusieurs passages ne sont qu’anecdotiques dans l’histoire et ce n’est pas que l’on s’en fiche, mais s’ils n’étaient pas là, ce serait du pareil au même. On dirait que Woody s’amuse à combler des trous. Pourtant, il y a de belles idées, Woody s’amuse cette fois-ci avec le surnaturel par moment et c’est fun de voir ça. Mais le tout manque d’ambiance, d’univers, de charme aussi, comme si le réalisateur faisait son minimum pour que ce soit bon, mais pas inoubliable. J’ai trouvé que Woody Allen n’allait pas vraiment au bout de son idée et le côté fantastique de cette fable n’est pas assez développé. C’est même un peu frustrant, parce que le peu qu’il y a est si bon qu’on en voudrait plus.

Par contre, il y a une chose que Woody Allen mène jusqu’au bout et qui se trouve vraiment terrible, c’est la critique qu’il fait des habitants. Car au travers des yeux de son héroïne, Woody Allen dresse une satire de la bourgeoisie new-yorkaise, c’est très réussi et chacun en prend pour son grade, enfin surtout les amies d’Alice, de vraies punaises, que Woody ne va pas montrer sous leurs meilleurs jours. Son personnage principal est plutôt sympa pour une bourgeoise coincée. C’est vrai qu’au début, j’ai eu un peu de mal avec cette femme qui est assez froide, et rude, puis peu à peu, le charme opère et je l’ai trouvé très attachante. Puis, le fait qu’elle soit jouée par l’excellente Mia Farrow, l’actrice dont le réalisateur en a fait sa muse, a fini par me séduire. Et puis Mia Farrow est convaincante dans le rôle, et c’est à force de sincérité que son personnage finit par nous séduire. J’ai beaucoup aimé les scènes qu’elle a avec Alec Baldwin, en fantôme. Ce n’était pas commode et surprenant, mais très bien venu. Sinon sa romance avec Joe Mantegna est assez plate, je ne suis pas un grand fan de l’acteur, mais j’ai trouvé qu’ici, il ne faisait aucun effort pour plaire. Pour le reste du casting, seul William Hurt trouve vraiment ses marques, et Cybill Shepherd joue bien les opportunistes, les autres n’étant que de passage dans le film.

Alice 1990 real : Woody Allen Mia farrow William Hurt COLLECTION CHRISTOPHEL

Je suis donc content de ce nouveau tournant, car j’aime le cinéma d’Allen dans le fond, même s’il commence à y avoir pas mal de films que je n’aime pas. Mais, malgré les différentes choses que j’ai à reprocher au film, « Alice » est un film qui n’est pas désagréable à regarder. Ce n’est certainement pas l’un des meilleurs films de Woody Allen, mais c’est à force de dialogues sympas, de situations improbables et d’acteurs qui sont bons, que le film vaut quand même le coup d’œil, rien que pour les scènes de test des différentes herbes.

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.