octobre 24, 2021

La Balade de Lobo

Couv_230449

Auteurs : Keith Giffen, Alan Grant, Simon Bisley

Editeur : Urban Comics

Genre : Super-Héros, Comédie

Résumé :

Dernier survivant de la race des Czarniens, le chasseur de primes le plus déjanté de la galaxie poursuit sa route à travers l’espace entre contrats juteux et la protection de ses amis, les dauphins. Mais quand une affaire sanglante le laisse pour mort, sa résurrection ne se fera pas sans peine !

Avis :

Durant les années 90, un vent de liberté soufflait sur l’univers du comics. Plus libertaire, plus trash, plus gore, plus osé, le comics se libère du carcan de la censure et en profite pour livrer des œuvres contestataires et déviantes. Lobo est un personnage créé de toute pièce par Keith Giffen et il est le personnage préféré d’un certain Stan Lee, alors qu’il est le patron de la maison d’édition rivale, Marvel. Et à la lecture de ce recueil qu’a sorti Urban Comics au mois d’octobre, on peut comprendre pourquoi Lobo a autant de succès et demeure l’une des lectures phares dans l’univers de DC. Irrévérencieux, ordurier, violent, macho, incorrect, hors la loi, Lobo est l’Homme, le Mec plus Ultra et il a décidé de revenir en force avec ce recueil qui réunit deux longues histoires où le czarnien s’en donne à cœur joie pour défourailler autant que possible.

LabaladedeLobo_2

La Balade de Lobo se compose en deux histoires différentes. La première histoire se concentre sur une mission qu’est obligé d’accepter Lobo, puisqu’il travaille pour la L.E.G.I.O.N et qu’il honore toujours ses contrats. Le problème, c’est qu’il doit escorter son ancienne institutrice, qui vient de sortir une biographie non autorisée sur lui. Son envie de la faire souffrir est forte mais il a promis de la livrer vivante. Derrière cette quête toute simple, se cache en fait une manipulation pour se débarrasser de plusieurs factions gênantes comme la ligue de la décence ou encore une brigade anti-terroriste. Dans la deuxième histoire, Lobo est envoyé en mission pour liquider une brute sans nom qui massacre des gens. Malheureusement, il va mourir lui aussi mais il va foutre le bordel au paradis pour se faire réincarner.

Il va sans dire que les deux histoires ne sont qu’un prétexte pour montrer de la tripaille et des situations complètement loufoques. D’ailleurs, au niveau de l’humour noir, le comics s’impose comme une référence. Lobo est un personnage irrévérencieux, sans limite et il s’en donne à cœur joie dans chaque histoire. Néanmoins, si le premier segment possède un semblant d’histoire avec une manipulation et un message sous-jacent, le deuxième segment sera complètement foutraque (pour reprendre les termes de Lobo lui-même) et on verra Lobo foutre le bordel au paradis et en enfer. On retrouvera donc des manipulations politiques, mais aussi des déviances propres à notre futur comme le saccage de librairies vendant des torchons ou encore une ligue qui est contre toute forme de vices, que ce soit sexuel, violent ou injurieux. Dans tous les cas, La Balade de Lobo ne laisse pas indifférent et propose son lot de gore, de situations complètement barrés et de passages complètement saugrenus.

Bien entendu, tout cela est soutenu par les dessins de Simon Bisley. Si pour certains les graphismes ressembleront à des dessins fait à la va-vite ou certaines planches seront presque digne d’un élève de primaire, il n’en est rien et chaque morceau est travaillé avec de nombreux détails. On pourra ainsi repérer les références à différents groupes de rock et de métal (Slayer, Motley Crue, etc…) mais aussi à des moments très riches, comme lors de l’apparition des dieux dans le second segment. Ce qui est assez surprenant par contre, c’est qu’il n’y aura aucune allusion graphique au sexe. Tous les éléments de sexe sont cachés par l’ombre ou par des feuilles ce qui est assez bizarre pour une histoire aussi dévergondée. Autre phénomène à noter, entre certaines planches, on retrouve des bulletins de notes de Lobo, des extraits de la biographie de l’Homme ou d’autres jeux avec plein de références au personnage central. C’est fun, ça exagère certains points de vue fermés comme lorsque le hard rock rend fou et violent et c’est un vrai régal à lire.

LabaladedeLobo_3

Au final, La Balade de Lobo présente un personnage ultra charismatique dans un récit qui devient instantanément culte pour le lecteur d’aujourd’hui. Complètement libertaire, fun, décalé et culotté, La Balade de Lobo s’impose comme une lecture obligatoire pour tous les fans de comics tant il est drôle et intéressant. Et en plus de cela, ce recueil est gore et ça c’est un bonus indéniable. Et n’oublions pas le design qui sert ce chaos et cette folie, égratignant au passage les religions, la politique et la bienséance. Indispensable.

Note : 19/20

Par AqME

lobopreview

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.