décembre 2, 2020

Cours Toujours Dennis

18913359.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Run, Fat Boy, Run

De: David Schwimmer

Avec Simon Pegg, Thandie Newton, Hank Azaria, Dylan Moran

Année : 2007

Pays : Angleterre

Genre : Comédie

Résumé :

Cinq ans après avoir abandonné Libby, sa fiancée enceinte, en pleine cérémonie de mariage, Dennis réalise qu’il est toujours amoureux d’elle et qu’il a fait l’erreur de sa vie. Grâce à Jake, leur petit garçon, il continue de la voir très fréquemment.
Quand il rencontre le nouveau fiancé de Libby, Whit, un beau et riche golden boy de la City, Dennis comprend qu’avec sa bedaine et son modeste salaire de vigile, son idée de la reconquérir ne s’annonce pas vraiment bien.
Ecrasé par la réussite de Whit et ne sachant plus quoi faire pour le concurrencer, Dennis annonce sur un coup de tête qu’il va courir le marathon de Londres. Pour tenir 42 km et tenter de séduire à nouveau celle qu’il aime, Dennis va commencer un entraînement aussi long que douloureux…

Avis :

Quand Ross, un ex « Friends« , réalise une comédie « So British » avec son pote Simon Pegg, ça donne un bon petit film avec pas mal de sourires et un peu d’émotion, avec un jolie histoire et on passe un bon moment, pas inoubliable, mais très sympa.

18913902.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cela fait cinq ans que Dennis a laissé tomber Libby le jour de leur mariage, alors qu’elle était enceinte. Tout le faisait fuir à l’époque, Dennis est un grand enfant et les responsabilités lui font très peur. Se sentant oppressé, il a craqué.

Mais voilà, il a changé, enfin du moins il le croit, et il veut récupérer Libby. Mais il n’avait pas prévu Whit le nouveau copain de Libby. Le genre beau gosse, gentil avec leur fils, riche, propre sur lui, et en plus, il va courir un marathon comme un athlète pour une œuvre caritative (c’est le comble). Alors pour lui prouver qu’il a changé, Dennis se lance alors dans le pari fou de faire ce marathon, alors qu’il n’arrive pas à courir trois cent mètres sans être essoufflé. L’entrainement va être difficile et Dennis n’est même pas sûr de pouvoir récupérer sa belle à la fin de l’histoire, mais qu’importe…

Ce qui est bien avec les comédies de Simon Pegg, c’est qu’on est presque toujours sûr de passer un chouette moment, agrémenté de sourires et d’émotions.

En quelques années, l’acteur s’est révélé une valeur sûre dans le comique et « Cours toujours Dennis » (que je déteste ce titre !!!) n’enfreint pas cette règle. C’est vrai que le premier film de David Schwimmer n’a rien d’extraordinaire, si ce n’est qu’il a le mérite d’être honnête et bien fait. Je me suis bien amusé devant ce personnage un peu lourd, enchaînant gaffe sur gaffe et qui dans le fond s’avère être très attendrissant.

Même si le scénario est couru d’avance, il reste original et l’idée de base est bien sympa. Et pourtant, c’est un domaine qui est vu et revu, qui aurait pu être lourd. Un mec qui cherche à récupérer son ex en se lançant dans un défi qu’elle ne le pensait pas capable, mais même si on a déjà vu ce genre d’histoire, le film fonctionne bien et le charme de Simon Pegg opère.

David Schwimmer (dont c’est le premier film qui sort au cinéma, avant il avait déjà fait des téléfilms et des épisodes de séries) arrive très bien ce bon mélange entre comédie et drame avec des moments plus sérieux. Certaines fois j’ai été plus qu’attendri par la simplicité des scènes entre Pegg et son fils (Schwimmer abordant la difficulté d’être un jeune papa qui a l’impression de tout foirer). C’est vrai que ça sonne un peu cliché, mais de temps en temps, quand le cliché est bien employé, ça fait du bien.

L’histoire avance petit à petit sans faire de bruit, l’humour est bien présent (vannes, gags par-ci par-là, puis Simon Pegg qui se pète la gueule dans un escalier me fait rire à chaque fois) et l’on se laisse prendre dans le film. J’adore les scènes de rivalité entre les deux prétendants de la dame. Et puis, le final est émouvant, et l’on est content que le film se termine ainsi. D’ailleurs, on n’en aurait pas voulu autrement.

Le film bénéficie d’une belle bande originale, bien rythmée et cool. Une bonne BO pop-rock comme il se doit, où l’on pourra écouter aussi bien du David Bowie, que du Toots & The Maytals et même du Amy Winehouse.

Comme on est en droit de s’y attendre, le film bénéficie d’une bonne palette de personnages hauts en couleur et tous à peu près attachant. Simon Pegg est juste et touchant. Hank Azaria, qui joue le nouveau prétendant, est bien trop gentil pour être vrai et on n’arrive pas à lui faire confiance. Dylan Moran, qui joue le meilleur ami de Pegg est fun en rebelle de la vie. Puis il y a ce Harish Patel, qui tient le rôle de Mr Ghoshdashtidar, le propriétaire de Pegg, mais aussi le soutien de son entraîneur, et l’acteur, dans un personnage pourtant très cliché, s’en sort haut la main et est vraiment drôle. On n’oubliera pas la belle Thandie Newton qui tient un petit rôle, qu’on aurait aimé plus présente.

18913905.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour son premier long métrage, David Schwimmer fait simple, c’est vrai, mais honnête et nous offre une petite comédie romantique, aussi cliché qu’elle est originale en même temps. C’est un petit film bien rythmé, rigolo et tenu par un Simon Pegg en pleine forme.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.