décembre 2, 2020

Favelas

10748607_967434079936668_1647574376_n

Titre Original : Trash

De : Stephen Daldry et Christian Duurvoort

Avec Wagner Moura, Selton Mello, Rooney Mara, Martin Sheen

Année: 2014

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

Lorsque deux garçons des bidonvilles de Rio trouvent un portefeuille au cours de leur inspection quotidienne de la décharge du coin, ils sont loin de se douter que leur vie est sur le point de changer à jamais. Quand la police locale débarque, offrant une belle récompense en échange du portefeuille, Rafael et, Gardo réalisent l’importance de leur découverte. Une aventure extraordinaire commence alors pour nos deux jeunes héros. Flanqués de leur ami Rato, le trio décide de cacher son précieux butin, et d’échapper à la police afin de découvrir quel secret il peut bien contenir. Pour tenter d’y voir plus clair, ils vont recomposer, étape par étape, l’histoire de son propriétaire, José Angelo, discernant peu à peu à qui ils peuvent se fier. Ils vont alors comprendre que la police, et notamment son chef, le redoutable Frederico, sont loin d’être dignes de confiance. Mais un couple de missionnaires américains qui travaille dans leur favela, le très désabusé Père Julliard et sa jeune assistante Olivia, pourra peut-être leur ouvrir de meilleures perspectives.

Avis :

Stephen Daldry est un réalisateur britannique qui tourne peu et ne fait quasiment aucun faux pas. Depuis son désormais culte « Billy Eliott » qui lança la carrière de Jamie Bell en 2000, le cinéaste n’a réalisé seulement que quatre films, qui sont tous une réussite pour ma part.

Cette année, il nous revient avec un projet surprenant, puisque pour son cinquième long-métrage, Daldry a posé sa caméra en plein milieu des favelas de Rio De Janeiro pour un film qui va s’avèrer être captivant.

292541.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En plein milieu des bidonvilles de Rio, Raphaël et son pote Garbo, deux adolescents, essaient de survivre comme ils peuvent à la famine. Tous les deux travaillent au triage dans l’une des plus grosses décharges de la ville. Et c’est dans ce lieu que Raphaël va trouver un portefeuille. Un objet anodin, perdu par un particulier comme un autre, mais très vite il va se rendre compte que ce portefeuille a une grande valeur. Toutes les forces de police de la ville sont à sa recherche et la vie des garçons est bientôt menacée. Pour se sortir de ce pétrin, les deux garçons, aidés de leur ami surnommé Le Rat, vont devoir mener une enquête minutieuse pour essayer de comprendre ce que cache ce portefeuille et rester en vie.

Après avoir filmé Londres, la campagne anglaise, ou New-York, Stephen Daldry revient là où l’on ne l’attendait absolument pas. C’est sous le soleil du Brésil et la misère de son peuple que le cinéaste va nous entrainer dans ce qui s’annonce comme la plus belle et trépidante chasse aux trésors de l’année.

C’est dans la bonne humeur et l’angoisse que le réalisateur anglais nous entraîne dans son film car « Favelas » ne sera pas le « Slumdog Millionnaire » de Daldry. Le film n’a rien à voir avec celui de Danny Boyle.

Le scénario signé Richard Curtis (Réalisateur de « Love Actualy » ou « Good Morning England » entre autres) est un petit bijou de simplicité, de mystère et d’aventure. Stephen Daldry a une belle façon de nous entraîner dans son histoire et l’on est mis au plus près des trois gamins, recherchant et découvrant en même temps que les indices laissés dans ce portefeuille qu’ils vont se servir pour dénoncer la corruption de la ville.

Le film a des allures de chasse aux trésors et l’on se déplace d’indice en indice pour découvrir le fin mot de l’histoire. Mais « Favelas » n’est pas aussi lisse et joyeux que laisse penser son affiche. Stephen Daldry nous réserve aussi une histoire sombre, avec son lot de violence assez dure, ces moments de doute et de suspens prenants. Il en profite pour dénoncer le système de justice brésilien, il aborde la lutte des classes entre les très pauvres et les très riches.

« Favelas » est vraiment surprenant jusqu’au bout, la magie opère jusqu’au dernier plan du film.

Pour bien conter son histoire avec réalisme, Stephen Daldry fait carrément jouer la ville de Rio De Janeiro, la filmant tour à tour merveilleuse, imposante, magique, pleine d’espoir, mais aussi dangereuse, angoissante, asphyxiante et redoutable. Une ville qui peut nous enlever et nous faire disparaitre comme un rien, au détour d’une ruelle un peu sombre. Ce qui rend le film et toutes les scènes de courses poursuites tendues et captivantes à la fois.

Le film est muni aussi d’une bonne bande originale typiquement brésilienne. Elle donne beaucoup de rythme au film et les différents scores composés pour l’occasion marqueront comme il le faut les actions qu’on suit.

424815.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Puis enfin, le réalisateur s’est entouré d’un casting d’acteurs renommés, mais aussi d’inconnus recrutés grâce à un casting sauvage. Si l’on ne trouve trop rien à dire en ce qui concerne Martin Sheen et Rooney Mara, on s’attardera plus sur les adolescents remarquables avec qui on vit l’aventure, l’amitié et l’injustice. Héros du film, le petit Gabriel Weinstein est plus vrai que nature. Le garçon est extrêmement touchant et en impose dans le film. Il est soutenu par ses deux camarades, Rickson Tevez et Eduardo Luis, qui sont tout aussi bon que lui. Puis il y a Selton Mello qui joue les enflures à merveille. Tout à fait le genre de personnage qu’on adore détester dès son apparition.

Ne vous faites pas un avis trop hâtif en voyant l’affiche du film et la bande annonce, qui ne sont pas si représentatives, allez plutôt vérifier par vous-mêmes, cas ce nouvel opus signé Stephen Daldry est encore une fois une très belle surprise !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.