Le Mystère Von Bulow

Le_mystere_von_Bulow-20110106031740

Titre Original : Reversal of Fortune

De : Barbet Schroeder

Avec Glenn Close, Jeremy Irons, Annabella Sciorra, Felicity Huffman

Année : 1991

Pays : Etats-Unis, Angleterre, Japon

Genre : Thriller

Résumé :

A la fin des années 70, les enfants de Sunny von Bulow accusent leur beau-père, Claus, d’avoir administré une dose d’insuline à son épouse, faisant d’elle un légume. Un détective privé réunit alors de nombreuses preuves contre Claus von Bulow.
Jugé coupable d’avoir tenté d’assassiner son épouse, il est condamné à trente ans de prison. Au moment d’entamer une procédure d’appel, von Bulow décide d’engager, pour sa défense, Alan Dershowitz, avocat new-yorkais et professeur à Harvard connu pour son intégrité.
Entouré d’une équipe d’étudiants, celui-ci reprend tout le dossier à zéro, reconstituant le passé de l’affaire.

Avis :

Glenn Close qui tourne devant la caméra du talentueux Barbet Schroeder, il ne m’en fallait pas plus pour avoir très envie de voir ce film. De plus le film a un argument de plus pour me plaire puisque c’est une affaire judiciaire, un genre que j’affectionne pas mal, mais même si j’ai apprécié ce film, j’en ressors quelque peu déçu, car je l’ai trouvé un peu trop « plan plan » et conventionnel. Sans que je me sois ennuyé devant, je dois dire que je n’ai pas trouvé le film passionnant et je n’ai pas été pris dans son intrigue.

19076969.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

À la fin des années 70, Sunny Von Bulow est retrouvée inconsciente sur le parterre de sa salle de bains. Les enfants de Sunny accusent leur beau-père d’avoir essayé de tuer leur mère et d’avoir provoqué ce coma, dont elle ne se réveillera jamais. L’homme est froid, distant et inébranlable, il a tout du parfait coupable. Alors qu’il a déjà perdu son procès et qu’il est reconnu coupable, il fait appel et engage Alan Dershowitz pour le défendre. Clauss Von Bulow se dit innocent, malgré les preuves fournis par le privé des enfants de Sunny. L’avocat accepte de le défendre, en étant persuadé que son client est coupable et que tout homme mérite d’être défendu. Mais plus Alan prépare sa défense et plus il se dit que son client est peut-être bien innocent et qu’il serait tombé dans une terrible machination.

Réalisateur discret, Barbet Schroeder a toujours su me captiver avec les différents films que j’ai pu voir de lui. Sa filmographie est très éclectique et l’homme essaie différents styles avec plus ou moins de réussite. Dans mes préférés de lui, on trouve des films comme « Kiss Of Death« , « L’Enjeu » (Michael Keaton en psychopathe est énorme) ou encore le touchant « Le Poids du Déshonneur » avec Meryl Streep et Liam Neeson qui voyaient leur fils coupable d’un meurtre.

J’étais donc content de découvrir un nouveau film signé Barbet Schroeder.

« Le mystère Von Bulow » est un film qui jouit d’un bon scénario où règne le doute. Cet homme froid, insensible, que tout accuse peut-il être coupable et se joue-t-il de nous, ou alors était-il la victime d’un malentendu ?

C’est sur ça que le réalisateur va monter tout son film. Tiré d’une histoire vrai, le film va nous raconter les détails de l’appel fait par Clauss Von Bulow pour prouver son innocence, plus précisément de l’enquête de son avocat. Pour cela, Barbet Schroeder va monter son film en flashback, ainsi pendant que l’avocat de Von Bulow prépare la défense de son client, on va pouvoir découvrir la version de Von Bulow et ce qu’il s’est passé l’année précédant le coma de sa femme et cette fameuse nuit.

L’intrigue est bonne et crédible. Le film n’est pas lourd et la manière qu’a le réalisateur de nous raconter cette affaire est compréhensible et à aucun moment on est perdu dans l’histoire. Mais là où j’ai eu un peu de mal, c’est avec à peu près tous les personnages du film. Je les ai trouvés très antipathiques et pas accrocheurs, agaçants même. Si l’écriture du film est très bien, que le mystère et le suspense sont présents, les personnages ne donnent pas vraiment envie de s’y accrocher et de les aimer, même l’avocat de la défense.

Je ne suis resté que spectateur sur cette affaire, alors que j’aurais aimé la vivre, la trouver trépidante, que chacun d’eux me donne envie de savoir la vérité. Mais à la place, je l’ai trouvé sans surprise, avec un final que j’avais malheureusement vu venir. Chacun pourra en faire sa propre déduction au final et c’est quelque peu dommage, car à la place de trouver un film génial, qui aurait pu être angoissant, j’ai trouvé un film sympathique, mais qui ressemble à beaucoup d’autres.

Puis c’est d’autant plus dommage que les comédiens sont impeccables dans leurs rôles. Jeremy Irons, qui reçut l’Oscar du meilleur acteur pour ce film, en impose, Glenn Close est touchante et formidable. Annabella Sciorra qui joue la compagne de Ron Silver, qui lui joue l’avocat de Von Bulow, est la seule avec laquelle j’ai vraiment accroché. L’actrice est très bien et son personnage attachant. On trouvera aussi dans ce film des comédiennes comme Felicity Huffman, (Lynette de « Desperates Housewives« ) qui joue une étudiante, ou alors Christine Baranski qui joue la nouvelle femme de Von Bulow.

19076970.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Avec « Le mystère Von Bulow » Barbet Schroeder réalise un film juridique sympathique, mais qui s’arrête là. Il ne marquera pas les esprits malgré l’interprétation terrible de Jeremy Irons.

Je n’ai pas encore tout vu du réalisateur et ce film s’inscrit comme ma première déception dans sa filmographie. Non pas que ce soit un mauvais film, mais j’aurais aimé qu’il soit plus prenant.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net