septembre 28, 2020

Adaptation

affiche.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Spike Jonze

Avec Nicolas Cage, Tilda Swinton, Meryl Streep, Chris Cooper

Année: 2002

Pays: Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Le scénariste Charlie Kaufman est rongé par le doute. Engagé pour adapter à l’écran un livre tiré de la vie de John Laroche, chasseur et trafiquant d’orchidées dans les Everglades, il est totalement bloqué. Comme Susan Orlean, la brillante journaliste new-yorkaise qui a rédigé le roman, Charlie est incapable de vivre une véritable histoire d’amour.
Donald, son frère jumeau, aggrave la situation : non seulement, il réussit sans peine comme scénariste, mais il remporte également un franc succès auprès des femmes, ce qui n’est pas le cas de Charlie.
Un jour, ce dernier croit avoir trouvé une solution : il va utiliser ses problèmes personnels comme base d’un scénario sur Laroche et Susan Orlean. Mais alors que l’inspiration vient et que l’histoire prend forme, Charlie va déclencher une série d’évènements qui vont bouleverser la vie de tous les protagonistes.

Avis :

Le duo Spike Jonze/Charlie Kaufman est l’un de ceux que je préfère. Je trouve que les deux ont livré deux films extraordinaires ensembles et chacun de leur côté fournit un travail hors-norme.

Bien avant que Spike Jonze ne sorte « Her » et qu’il m’abatte émerveillé par tant de beauté, de poésie et de tristesse, « Adaptation » était mon film préféré du réalisateur.

Je trouve que ce film est une prouesse scénaristique et parle de tant de choses avec autant d’humour, d’action et de délicatesse qu’il n’en fallait pas plus pour me combler du premier au dernier plan. Le texte qui va donc suivre est une déclaration d’amour.

18835165.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Charlie Kaufman est un scénariste très doué, qu’on qualifie même de génie dans le tout Hollywood depuis qu’il a écrit « Dans la peau de John Malkovich « . Mais depuis Charlie ne sait pas trop sur quoi écrire. Son agent lui propose alors d’adapter le livre de Susan Orlean, une journaliste new-yorkaise, qui vient d’écrire un livre sur sa rencontre avec John Laroche, un homme passionné par les orchidées. Le livre peint le portrait tout en nuance de cet homme, drôle et charmant, qui a eu une vie très remplie. Un homme passionnant, braconnier à ses heures perdues, à la recherche d’une orchidée très rare, l’orchidée fantôme.

Charlie accepte, mais il a bien du mal à écrire un script qui parle de fleur. La frustration est d’autant plus présente que son frère jumeau Donald, commence lui aussi l’écriture d’un scénario et il a l’air d’y arriver mieux que Charlie, qui fut pourtant nommé à l’Oscar du meilleur scénario original. Charlie va alors décider l’improbable et écrire sur ses problèmes de scénariste, tout en gardant le fil de base sur l’histoire de Susan et de John, mais en faisant ceci, il va déclencher sans le vouloir, une suite d’événements qui vont venir changer la vie de tous les protagonistes.

Difficile de résumer ce film signé Spike Jonze tant le scénario est aventureux et singulier. Avec ce deuxième film, Jonze réalise là un film qui parle d’écriture. C’est un scénario dans le scénario qui explique les scénarios, ça pourrait même être un résumé du film bien plus juste en fait dans ses grandes lignes. « Adaptation« , c’est un film écrit à la première personne, c’est un film que l’on voit à travers les yeux de son scénariste, c’est un film qui pourrait presque être une sorte de cinéma vérité, si le rôle principal avait été tenu par Kaufman lui-même, on aurait presque pu s’y perdre dans le vrai du faux, et où est la frontière entre la vie et l’illusion.

Personnellement, je trouve ce scénario incroyable, (bien nombriliste, puisque le scénariste s’inclut directement dans son scénario, pour en fait parler principalement de lui, mais c’est loin d’être dérangeant) à chaque fois que je regarde ce film, je reste scotché par l’ambition de ce film, par les méandres de cette œuvre qui est aussi complexe qu’elle est simple à suivre. Spike Jonze réalise encore une fois un film qu’on ne verra pas tous les jours tant il sort des sentiers battus et nous offre de l’original.

« Adaptation » est un film qui parle d’envie, de confiance en soi, un film qui parle du fait d’oser des choses, de ne pas y arriver, de recommencer, de ne pas désespérer. Il fait se mélanger tout un tas d’histoires et alors qu’on aurait pu s’y perdre, tout le film est parfaitement compréhensible et on le suit le regard amusé et curieux pour voir jusqu’où le réalisateur va bien pouvoir nous emporter. Et il va nous emporter très loin et ce final est parfaitement imprévisible et j’ai adoré ça.

De plus, la mise en scène de Jonze, s’accorde parfaitement à l’écriture de Kaufman.

Le film est délicieux à regarder. Loufoque, tordu, génial, invraisemblable, énergique, ambitieux avec des plans inédits, une façon de penser neuve, la mise en scène est un puzzle où chaque petite pièce a son importance. Jonze y met beaucoup d’humour, de suspens, de frissons, de l’action, et même des allures de faux documentaire quand on se retrouve sur le tournage de « Dans la peau de John Malkovich« , il jongle parfaitement entre tous ces genres pour composer ce tableau passionnant à suivre.

C’est Nicolas Cage qui va incarner à l’écran la complexité de Charlie Kaufman et l’acteur nous offre une superbe performance, l’une de celle que je préfère chez lui. Il a même la double épreuve de jouer deux personnages différents, puisqu’il incarne aussi le frère jumeau de Kaufman qui est l’opposé total de son frère. Si certains avaient encore des doutes sur le talent de Nicolas Cage, ce film devrait mettre tout le monde d’accord.

Pour son deuxième film, Spike Jonze se paye un casting en or. Il offre à Meryl Streep l’un des rôles les plus barrés de sa carrière, offre à Chris Cooper l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Une récompense bien méritée. On trouvera Tilda Swinton, Brian Cox et Ron Livingston dans des rôles funs, surtout pour Cox qui incarne un professeur d’écriture de scénario complètement dingue. Et c’est avec grand plaisir qu’on voit pour de petites apparitions Catherine Keener, John Cusack et John Malkovich dans leur propre rôle sur le tournage du précédent film de Jonze.

adaptation 2002 real : spike jonze nicolas cage COLLECTION CHRISTOPHEL

Au final, « Adaptation » est un film que j’adore, que je ne me lasse pas de regarder, qui n’arrête pas de m’étonner à chaque nouveau visionnage. C’est un film que je trouve incroyablement riche, complexe, c’est un film qui ne ressemble à aucun autre, comme tous les films de Jonze d’ailleurs. Enfin, c’est un film qui me touche par ce qu’il raconte, sur la difficulté de créer, et de s’adapter…

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.