octobre 28, 2020

Guerre et Amour

25988

Titre Original : Love and Death

De : Woody Allen

Avec Woody Allen, Diane Keaton, Georges Adet, Féodor Atkine

Année: 1975

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Boris Grushenko, un simple soldat russe, devient un héros par inadvertance lors d’une bataille contre l’armée napoléonienne. Il rentre triomphant dans son village où il espère épouser sa belle cousine Sonja qui ne le remarque pas vraiment. Sentant qu’il risque de périr dans un duel, elle lui promet de devenir sa femme s’il survit. Manque de chance, il sort vainqueur et Sonja accepte donc le mariage. Ensemble, ils projettent d’assassiner Napoléon…

Avis:

Surement le dernier film de la période absurde de Woody Allen, ce film est une surprise sympa car je ne savais pas du tout a quoi m’attendre et j’ai trouvé un film absurde encore une fois et très différent dans son contexte que les autres films du réalisateur.

Guerre-et-amour_w

Boris Grushenko est un poète, amoureux de sa belle cousine Sonja. C’est un froussard et le jour où Napoléon attaque la Russie, il est envoyé sur le front comme un simple soldat. Mais là, alors qu’il est promu à une mort certaine, en faisant preuve de maladresses, il devient un héros décoré. Un matin, il sort vainqueur d’un duel et sa cousine accepte de l’épouser. Ils vivent comme ils peuvent, heureux sans l’être au départ, puis peu à peu, ils décident d’aller assassiner Napoléon pour le bien de la Russie. Ensemble, ils vont essayer de monter un plan pour tuer l’empereur.

Avec « Guerre et Amour« , le génial Woody Allen signe une comédie complètement folle qui part dans tous les sens et qui m’a beaucoup amusé grâce à des dialogues vraiment très drôles, originaux et improbables dans seul Woody a le secret.

Exemple, dialogue entre Woody Allen et Diane Keaton :

« – … Le meurtre est immoral.

– Et l’immoralité est subjective…

– La subjectivité est objective. »

J’ai trouvé ça tordant et le film regorge de répliques identiques, de réflexions très drôles et improbables et celle que je viens de citer n’est qu’un passage au milieu d’une grosse conversation tordante sur dieu, les hommes et la vie (C’est d’ailleurs la première fois que Woody joue ce personnage qui se pose trop de questions. Il commence les réflexions métaphysiques qu’on retrouvera dans son cinéma par la suite). D’ailleurs si l’histoire est bien et riche en rebondissements, le film est brillant particulièrement pour ses dialogues, drôles et cyniques, loufoques et intelligents. Woody Allen pose de bonnes questions derrière les drôleries.

Pour ce film, Woody Allen ne déroge pas à sa règle et nous invite à suivre une histoire complètement loufoque, comme ces rencontres avec la faucheuse qui sont terribles.

Après, l’Amérique du Sud, le sexe et l’intérieur de l’homme, le futur, cette fois-ci, le réalisateur emporte sa caméra et la place en pleine campagne Napoléonienne de 1812 du côté de la Russie où comment un petit campagnard peureux va devenir un soldat reconnu et comment il va comploter pour assassiner l’empereur.

Bien sûr le film n’est pas à prendre au sérieux et c’est bien une satire de l’histoire que Woody met en images pour nous amuser avec son humour.

Comme pour son précédent film, je suis très surpris par l’ambition du réalisateur. Si le film fait la part belle aux réflexions, dialogues, aux discussions entre les personnages, aux gags qui fonctionnent toujours aussi bien avec la même recette que les précédents films, le réalisateur s’aventure aussi sur les champs de bataille et retranscrit la guerre, certes avec drôlerie et amusement, mais de manière très crédible. Explosion, tir de canon et figurants à perte de vue sont de rigueur. Une belle reconstitution aussi de l’époque à laquelle se passe l’histoire.

Je n’aurais jamais pensé voir de telles scènes dans le cinéma de Woody Allen et je suis plus que ravi de cette rétro qui me permet de découvrir d’autres facettes de l’œuvre du réalisateur new-yorkais.

Pour ce film, le réalisateur retrouve pour la seconde fois la belle Diane Keaton. Leur duo était hilarant dans « Woody et les robots« , alors le réalisateur retrouve son actrice et ils se partagent l’affiche. Comme pour leur précédente collaboration, l’alchimie entre eux deux est là. Ils sont amusants et tendres en même temps. Leurs discussions sont passionnantes.

Je trouve qu’ils sont très complémentaires l’un de l’autre, ils se sont bien trouvés et je suis pressé de découvrir les autres films qu’ils ont faits ensembles. James Tolkan, l’acteur qui joue Napoléon est bien drôle aussi, malgré un petit rôle. Puis on retrouve aussi au casting Féodor Atkine qui trouve un bon rôle.

guerre-et-amour_WEB

« Guerre et Amour » est donc un bon Woody Allen. C’est un film qui fait la part belle à l’écriture et nous offre des répliques délirantes qui m’ont vraiment fait rire. J’ai beaucoup apprécié ce film, qui conclut apparemment la première période de Woody Allen, c’est-à-dire l’absurde, et il la conclut de belle manière.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.