octobre 27, 2020

Homefront

21060519_20131125121948291.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Gary Fleder

Avec Jason Statham, James Franco, Winona Ryder, Kate Bosworth

Année : 2013

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Action

Résumé :

Ancien agent de la DEA (Brigade américaine des stupéfiants), Phil Broker se retire dans un coin tranquille de la Louisiane avec sa fille pour fuir un lourd passé… Mais Broker ne tarde pas à découvrir qu’un dealer de méthamphétamines, Gator Bodine, sévit dans la petite ville et met en danger sa vie et celle de sa fille. Face à la menace et à la violence croissantes, Broker n’a d’autre choix que de reprendre les armes…

Avis :

Titre évocateur, drapeau patriotique sur le nom du film, Jason Statham avec un fusil à pompe et un regard inquiétant, une fillette le serrant dans ses bras, tout est réuni sur l’affiche pour faire grincer des dents tous les anti-américains d’un point de vue cinématographique. On les entend déjà dire du mal de ce film qui n’a pour vocation autre que d’être un film binaire, divertissant et peut-être un poil touchant. Et c’est ce que vend le film et il le fait bien. Scénarisé par Sylvester Stallone himself et devant être à la base un Rambo 5, Homefront n’a pas la prétention de péter plus haut que son cul et remplit son cahier des charges sans trop de difficultés. Alors certes, on n’est pas face au film de l’année, on n’est pas face à quelque chose de profond, mais on est face à un petit thriller d’action bien torché et qui fait le job. Retour sur un métrage assez sympathique.

255483.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Fini ton p’tit dej, après, t’auras plus de dents et tu seras bien embêté.

L’histoire se déroule en Louisiane, dans une petite bourgade où s’étale une misère qui ne se cache même plus. Phil Broker est un ancien flic de la DEA qui avait infiltré un gros réseau et fait coffrer un gros poisson alors que le fils de ce parrain se faisait descendre par les autres policiers. Ayant pris une retraite pour protéger sa fille suite au décès de sa femme, Phil va avoir des soucis avec des parents d’élèves pour le moins tordus. Faisant appel à son frangin, dealer notoire et psychopathe en devenir, la mère d’élève lui demande de faire peur à Broker. Il découvre alors que ce dernier est un ancien flic infiltré et décide de faire appel au réseau du parrain pour le faire descendre. Broker va alors tout faire pour protéger sa fille.

Rien de bien neuf dans le pitch de départ du film et il faut dire que tout sera relativement linéaire. Pas de surprises au niveau de la réalisation, ni au niveau de la narration qui suit un schéma chronologique tout tracé. Mais quand on regarde de plus près, on est loin d’un film lambda de Jason Statham. Certes, il va foutre des raclés à des types, mais on n’est pas face à un film d’action pure. En effet, le film va prendre le temps de présenter ses personnages, de les approfondir afin que le spectateur les prenne en empathie. Et cela fonctionne relativement bien, notamment grâce à la relation père/fille qui semble si difficile. Entre la difficulté de se remettre de la perte de sa femme et mère et un changement radical qui demande une adaptation, la vie des deux personnages n’est pas facile et on se laisse prendre au jeu. On remarquera aussi que le contexte social a réellement une forme dans le film. Certes, c’est mineur, mais on ressent une certaine misère, que ce soit dans les mentalités des gens ou leurs addictions (drogue notamment). Comme un film indépendant (Mud Sur les Rives du Mississippi), on a quelques fulgurances faisant écho à un constat social alarmant sur la Louisiane.

Si le film est assez long à se mettre en place, c’est pour permettre de créer un lien avec les deux personnages principaux, mais aussi pour prendre position par rapport aux méchants. Il est difficile de dire qui est le plus pourri de tous, en sachant finalement que tous les personnages ne sont ni bons, ni mauvais. Bien entendu, les fans de Jason Statham comme ceux de films d’action seront servis par un final explosif, à grands renforts de fusillades et de combats à mains nues. La saturation de couleur bleue renforce un aspect urgentiste et montre que Gary Fleder, le réalisateur, a pensé à rajouter certaines choses l’éloignant des productions d’action décérébrées du moment. Jason Statham est presque à contre-emploi dans ce rôle de père car il est vraiment touchant et montre tout son talent. On est bien loin de son rôle binaire dans Parker ou Le Flingueur. A ses côtés, l’excellent James Franco lui donne la réplique et il est un peu en deçà. Il faut dire que son rôle de méchant est très difficile à jouer et qu’il réussit néanmoins à se faire détester. On notera un Franck Grillo en taré de toute beauté, une Winona Ryder en prostitué qui fait le job et une Kate Bosworth en camé complètement habitée et finalement sympathique.

267515.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Comment ça mon film est pas mal ?

Au final, Homefront tient toutes ses promesses et ne cherche pas plus loin. Si on peut lui rajouter un fond social intéressant et désenchanté et un final avec une jolie fusillade bien sanglante, il faut reconnaître que le film reste simpliste et sans surprise. Mais force est de reconnaître qu’il reste efficace à plus d’un titre et sort du lot de films d’action binaires que nous a habitué Jason Statham. Un thriller qui va droit au but et qui se révèle plaisant.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.