Bananas

be3159ad04564bfb90db9e32851ebf9c

De : Woody Allen

Avec Woody Allen, Louise Lasser, Carlos Montalban, Natividad Abascal

Année: 1971

Pays: Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

C’est en soutenant un pays sud-américain soumis à la dictature militaire que Fielding Mellish rencontre une jeune militante. Seulement il n’est pas assez viril dans ses positions pour plaire à la belle.

Avis :

Troisième film de Woody Allen, alors jeune réalisateur, et ce fut une très bonne surprise. J’adore le cinéma de Woody Allen, mais je ne connaissais pas encore les débuts du cinéaste et avec cette affiche loufoque, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Et c’est une comédie hilarante d’absurdité devant laquelle je me suis retrouvé et je me suis éclaté de bout en bout. Comédie cynique et caricaturale de la dictature, Woody Allen offre là un film que je mets de suite dans les meilleurs que j’ai pu voir du réalisateur.

Bananas 1971 real : Woody allen Collection Christophel

Fielding Mellish est un homme qui travaille comme testeur d’appareils dans une grande société. Un jour, il fait la connaissance de Nancy, une jeune activiste, qui l’entraîne avec elle dans ses actions. Mais malheureusement pour lui, la jeune femme le trouve timide et fragile pour lui plaire. Alors après qu’elle l’ait quitté, il décide d’aller dans un tout petit pays où règne une dictature des plus rudes. Mais une fois sur place, il se fait kidnapper par des rebelles et est passé pour mort. Il décide alors, contre son grès, d’aider les rebelles à faire tomber le dirigeant en place…

Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre et d’emblée dès l’ouverture de son film, Woody Allen donne la couleur avec une scène aussi improbable qu’elle m’a fait rire.

Imaginez, le film s’ouvre sur un journaliste en reportage dans un pays qui va devenir une dictature et il annonce ceci :

« – Chers téléspectateurs. Voici store sans frontière depuis la petite république de San Marco. Dans quelques instants, vous assisterez en direct à la retransmission d’un assassinat. Il est question en effet de tuer le président de ce joli pays d’Amérique du Sud et de le remplacer par un chef militaire dictateur naturellement. Je précise qu’ici tout le monde est très excité et que la température monte …  »

Voilà donc la scène d’ouverture de « Bananas » troisième réalisation du célèbre cinéaste newyorkais. Avec cette ouverture complètement absurde, Woody nous indique la couleur d’emblée. Son film sera donc cynique, illogique dans un sens, irrationnel, dénonçant et critiquant les dictateurs sud-américains, mais sur le ton de l’humour et presque le n’importe quoi.

L’intrigue est drôle d’emblée et le personnage que joue Woody Allen est attachant et bien loin de ceux qu’il interprète de plus en plus. Il y a dans ce film un côté décousu, imprévisible dans son n’importe quoi, qui m’a beaucoup plu. C’est très drôle, le film m’a beaucoup accroché, car je ne savais pas où le réalisateur pouvait partir et il nous emporte très loin dans le n’importe quoi. L’humour est génial, ça faisait longtemps que je n’avais pas autant rigolé devant un film. Beaucoup de scènes sont complètement absurdes, burlesques et décalées avec beaucoup de gags visuels qui fonctionnent toujours plus de quarante ans après (accéléré, musique qui accentue le comique, des chutes, il y a un côté très Charlie Chaplin dans ces gags…)

Puis, en même temps, quand on lit entre les lignes, on se rend compte que « Bananas« , sous ses airs de comédie quelque peu débile est bien plus subtile et cynique qu’elle n’y parait, puisque Woody Allen y peint quand même un portrait peu flatteur des dictateurs bien sûr, mais aussi de tout ce qui va avec, gouvernements, rebelles, habitants, militants, tout le monde en prend pour son grade et c’est terrible. Le tout, toujours entre comique et dénonciation.

Alors que j’ai beaucoup de mal ces dernières années avec Woody Allen comédien, je trouve qu’il joue toujours le même genre de personnages, surexcité, qui se pose cinquante questions à la minute, je prends plaisir à le découvrir autrement et beaucoup plus fun dans ses premiers rôles. Ici, je le trouve hilarant, c’est un clown dans ce film, il m’a tellement amusé. Il est tellement naturel qu’on se demande même s’il joue. Par exemple, les scènes de l’entraînement chez les rebelles m’ont valu un très beau fou-rire.

Carlos Montalban est terrible lui aussi dans le rôle du général Vargas, infâme dictateur. L’acteur est trop bon et drôle, alors que le rôle lui n’est pas drôle et pourtant à chacune de ses apparitions, il m’a fait sourire. Idem pour Dorothi Fox qui tient surement le rôle le plus improbable du film.

Bananas 1971 real : Woody allen Collection Christophel

C’est donc une comédie très très fun que Woody Allen nous offre avec « Bananas« . Une comédie qui m’a vraiment éclatée du début à la fin. Bien sûr, ce n’est pas le meilleur film d’Allen. Bien sûr le film a pris un coup de vieux, et surement que le film aurait été oublié avec les années si Woody n’avait pas fait par la suite des chefs-d’œuvre, mais qu’est-ce que je me suis marré devant et comme c’est vraiment une bonne surprise, pour le coup, je le mets dans mon top dix du réalisateur.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net