octobre 26, 2020

Prends l’Oseille et Tire-Toi

19121728.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Take the Money and Run

De: Woody Allen

Avec Woody Allen, Janet Margolin, Marcel Hillaire, Jacquelyn Hyde

Année: 1969

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Tout le monde a honte de Virgil, même Virgil. Et surtout ses parents qui, pour parler de lui devant les caméras de télévision, ont revêtu des masques de Groucho Marx. Escroc minable, Virgil tente d’échapper à sa condition en épousant Louise, la blanchisseuse amoureuse. Mais il passe son temps en cavale.

Avis :

Après s’être moqué gentiment d’un film japonais en rachetant les droits et déroutant les dialogues, Woody Allen réalise son deuxième « Vrai » film et nous offre une petite comédie de gangster bien rigolote à la sauce Alleniesque qui laisse entrevoir l’humour absurde du comique new-yorkais.

045824.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Virgil Starkwell est un petit escroc, apprenti gangster sans envergure et surtout un homme malchanceux, mais pourtant, à vingt-cinq ans, il est déjà recherché dans une grande partie du pays.

Après un premier séjour en prison, il fait la connaissance de Louise, une jeune femme, trop belle pour lui pense-t-il, mais pourtant, ils vont vivre une belle histoire d’amour.

Il va se faire passer pour un violoncelliste pour la surprendre et pour lui cacher la vérité et lui offrir un joli train de vie. Virgil va derrière son dos essayer de braquer une banque, mais il va encore se faire coincer et il est bien décidé à s’évader pour rejoindre sa belle.

Le premier film de Woody Allen était aussi surprenant dans son concept que drôle en fin de compte. Mais comme c’était un film à moitié réalisé par Woody, je n’avais pas la satisfaction d’avoir vu le premier film de Woody Allen entièrement réalisé par lui, et j’avais très hâte de voir un « vrai » film de Woody pour voir si ce que j’aime chez le cinéaste était bien présent dès le début.

Avec « Prends l’oseille et tire-toi« , je ne dirais pas que c’est la meilleure comédie de son réalisateur, mais avec ce deuxième effort, le cinéaste nous offre-là une comédie assez loufoque qui prête à sourire dès l’entente du synopsis. Woody Allen dans le rôle d’un gangster me fait rire d’emblée.

Le film est construit comme un vrai/faux documentaire de fiction, que j’ai apprécié et qui m’a étonné. Woody Allen nous invite à suivre les péripéties de Virgil Starkwell depuis son enfance rude dans les quartiers difficiles de New-York, à sa rencontre avec celle qui sera son épouse et puis sa vie en cavale, avec femme et enfant sous le bras.

Le film est léger, son « héros » attachant et le côté documentaire est vraiment intéressant. Mais ce qui fait vraiment le charme du film, c’est le côté absurde de son humour, des gags, des situations qu’affronte notre pauvre looser de Woody. Certaines situations sont très bien trouvées, comme les évasions de prison, la scène délirante de la banque que Virgil braque et surtout la façon qu’il a de se faire attraper. Les répliques sont drôles, parfois elles frôlent avec le grand n’importe quoi, Woody Allen continue ce qu’il avait commencé avec son premier film de ce côté-là et j’aime ça. Bon, il y en a bien quelques-unes qui tombent à plat, mais dans l’ensemble, c’est drôle et bien trouvé.

Le film dans son ambiance a un côté burlesque qui va bien avec le côté absurde des répliques. Le film n’arrête pas une minute et je trouve qu’il dégage quelque chose de très sympathique. C’est naïf et attachant, même dans la mise en scène du réalisateur. Il y a quelque chose qui s’en dégage que j’aime.

Je suis très content de découvrir Woody Allen en comédien, mais dans des rôles différents que celui qu’il fait depuis des années. J’ai beaucoup de mal avec ses rôles de maintenant. Je parle de ses personnages, toujours super excités, qui se posent cinquante mille questions à la minute. Là, je le découvre autrement et c’est bon. Il a un bon côté comique qui m’a fait rire et en même temps avec toutes les bourdes qu’il fait et ce côté gauche qu’il a, je l’ai trouvé très attachant et on a trop envie qu’il s’en sorte, que la justice le laisse tranquille.

Janet Margolin, qui joue Louise est une belle découverte. L’actrice que je ne connaissais pas est talentueuse, elle aussi attachante et surtout très belle avec le charme des sixties. J’ai adoré le look qu’elle aborde et la grâce qu’elle dégage. C’est une belle découverte. Par contre, c’est vrai qu’en y repensant, le film manque de personnages secondaires marquants, mis à part les parents de Virgil qui apparaissant régulièrement interviewés, je ne retiens pas d’autres personnages et c’est dommage, car avec toutes les situations dans lesquelles le pauvre Virgil se retrouve et tous les personnages qu’il rencontre, Woody Allen aurait pu nous offrir plein d’autres personnages hauts en couleur, mais il n’y en aura pas qui marqueront.

19134207.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Prends l’oseille et tire-toi » est donc une bonne comédie signée Woody Allen. C’est vrai que le film a quelques défauts, mais pour un « premier » film tout seul, il laisse entrevoir un vrai sens des situations comiques et un bon humour, différent de celui qu’on lui connait aujourd’hui d’ailleurs.

J’ai donc passé un bon moment devant et je suis ravi d’avoir découvert ce film. J’ai très hâte de découvrir la suite.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.